[WEST-PREVIEW] New Orleans Pelicans : un cap à franchir

Un Big Three à NO, c'est maintenant ! (Credit: Derick E. Hingle-USA TODAY Sports)

Après le terrible départ effectué la saison dernière (8 défaites pour débuter la saison, sans leur meneur Jrue Holiday), les Pelicans ne se sont pas relevés de cette contre-performance. Ils ont loupé les play-offs dans une conférence où la concurrence est rude. Alors que l’équipe enchaînait les déceptions, les dirigeants ont effectué le gros coup de la trade deadline en février : récupérer DeMarcus Cousins, sacrifiant malgré tout un tour de draft, Tyreke Evans et Buddy Hield. Désormais associé à Anthony Davis pour former la raquette la plus talentueuse de la ligue, il fallait renforcer les lignes arrières afin d’être compétitifs. Comment les Pelicans ont-ils géré leur intersaison ? Alvin Gentry trouvera-t-il les solutions pour rendre les deux intérieurs superstars compatibles ? Reportage.

Résumé de l’été

Après le trade de DeMarcus Cousins survenu en début d’année, il fallait que les dirigeants poursuivent le recrutement dans cette voie cet été. Avant de recruter, la franchise de la Nouvelle-Orléans a coupé de nombreux joueurs, parmi lesquels le français Axel Toupane, Donatas Motiejunas, Hollis Thompson ou encore Tim Frazier envoyé à Washington contre une bouchée de pain, un second tour draft. Très vite, Jrue Holiday a également prolongé sur 5 ans et un joli chèque de 126 millions. On comprend cette décision tant le rôle de ce joueur est important dans une équipe où le pick & roll reste l’arme offensive première en attaque.

Ensuite, construire une équipe autour de DeMarcus Cousins n’est jamais simple. Pour cela, il a fallu recruter malin, des joueurs compatibles avec Boogie (et Davis). En la personne de Rajon Rondo, qui pourra apporter sa qualité de passe et sa lecture de jeu, les Pelicans ont frappé juste. Tony Allen a par ailleurs paraphé un contrat pour s’occuper de tâches défensives de l’équipe, ce qui n’est pas de tout refus sur les lignes extérieures. Le talent offensif de Ian Clark, champion NBA avec les Warriors, sera également précieux en sortie de banc.

Alvin Gentry devra donc composer avec des joueurs à vocation globalement défensive. Son coaching devra être irréprochable s’il veut jouer les premiers rôles. Le coach des Pelicans est certainement celui qui joue le plus gros sur cette saison…

 

Le joueur à suivre : DeMarcus Cousins

Entré dans sa dernière année de contrat, DeMarcus Cousins sera free agent l’été prochain. New Orleans n’ayant aucune garantie quant à la renégociation de son contrat, il faudra tout mettre en oeuvre pour chouchouter l’ancien de Kentucky. Il sera intéressant de suivre ses attitudes, notamment avec son coach ou encore par rapport à son utilisation sur le parquet qui peut faire débat.

Résultat de recherche d'images pour "cousins pelicans"
Une volonté pour Boogie : aller plus haut ! (Streeter Lecka/Getty Images)

Quand on connait le caractère de Boogie, on sait qu’il peut faire chavirer une équipe. Il a annoncé vouloir jouer dans une équipe compétitive pour le titre. Etant à un an de la fin de son contrat, la seule et unique chance de prolongation est donc de réussir collectivement et mentalement à New Orleans, à savoir au minimum se qualifier pour les play-offs. Dans le cas inverse, une prolongation aux Pelicans se verrait compromise, et les espoirs de toute une franchise cassés par l’absence de contrepartie d’un départ en tant que Free Agent. En soi, les Pelicans jouent gros sur son contrat.

 

Cinq de départ

Recentrons-nous sur le basket. L’an dernier, Alvin Gentry a eu du mal à utiliser Davis et Cousins en même temps. Un été plus tard, on imagine ce problème réglé et une raquette dominante dans la ligue. Sur les postes extérieurs, l’utilisation de Rondo et d’Allen sera à vocation défensive. Un cinq de départ reste difficile à sortir, tant les interrogations restent présentes sur tous les secteurs du jeu.

Rajon Rondo (PG) – Jrue Holiday (SG) – Solomon Hill (SF) – Anthony Davis (PF) – DeMarcus Cousins (C)

Sur le banc, l’apport restera limité. Les blessures pourraient coûter très cher aux Pelicans tant leur banc reste maigre en profondeur. Jordan Crawford, E’Twaun Moore et Darius Miller auront un apport offensif limité par les ballons qui passeront par l’intérieur. Les remplaçants dans ce secteur seront malgré tout corrects, avec l’apport d’Ajinca, Asik et Diallo notamment. Le rookie meneur Frank Jackson (drafté en 31ème position) devrait avoir très peu de temps de jeu pour s’exprimer.

 

Le pronostic de la rédaction : 7e place à l’Ouest

A ce jour, les New Orleans Pelicans font partie de ces équipes à très fort potentiel, au point même qu’elle a récemment été cité par ESPN dans les équipes potentiellement champions NBA dans les trois années qui vont suivre. Beaucoup d’attentes sont placées dans cette franchise. Et on a envie de croire à sa qualification en play-offs cette année. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de rester sur nos gardes par rapport au contrat de Cousins ou la prolongation d’Alvin Gentry, très décrié l’an dernier, à la tête de l’équipe. Ces nombreux doutes seront à régler durant la saison. A commencer par le premier match de la saison, qui aura lieu le 19 octobre au FedEx Forum de Memphis.

A propos de Clément Carton 139 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports - 20 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif, EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*