[16-PREVIEW] Chicago Bulls : ambition ou explosion ?

Photo de Nathaniel S. Butler / Getty Images pour Bleacher Report

Lorsqu’on évoque les déceptions de la saison 2015-16, les Chicago Bulls caracolent en tête. Ayant l’ambition de proposer un jeu offensif et beaucoup plus rapide, les dirigeants des Bulls avaient décidé de renvoyer Tom Thibodeau, qui avait pourtant amené l’équipe cinq fois sur cinq en playoffs et révélé Jimmy Butler, pour engager un coach rookie en la personne de Fred Hoiberg, coach au profil clairement offensif. Cependant, le maintien de la majorité de l’effectif de l’ère Thibodeau, c’est-à-dire un effectif avec pas mal de joueurs défensifs, avait suscité pas mal d’interrogations et de critiques, notamment envers Gar Forman, le General Manager de l’équipe. Malheureusement, les interrogations se sont confirmés alors que les Bulls ont raté les playoffs pour la première fois depuis la Draft de Derrick Rose pour la saison 2008-09.

L’intersaison ne fut donc pas de tout repos. Tout d’abord, c’est Derrick Rose qui fut transféré aux New-York Knicks avec Justin Holiday et un second tour de draft contre Robin Lopez, José Calderon et Jerian Grant. Lors de la draft, c’est Denzel Valentine, dont le profil rappelle un Draymond Green mué en arrière, et qui sort, comme Green, d’un cursus de 4 ans à Michigan State, qui arriva du côté de l’Illinois. Mais les stars du recrutement furent Dwayne Wade, qui revient dans sa ville d’origine après 13 ans à Miami, et Rajon Rondo, qui a su se relancer dans le marasme de Sacramento l’an dernier.

Un point sur le roster:

Arrivées: José Calderon, Robin Lopez, Jerian Grant (New-York Knicks), Isaiah Canaan (Philadelphia 76ers), Spencer Dinwiddie (Detroit Pistons), Denzel Valentine, Paul Zipser (draft)

Départs: José Calderon (Los Angeles Lakers), Derrick Rose, Justin Holiday, Joakim Noah (New-York Knicks), E’Twaun Moore (New Orleans Pelicans), Aaron Brooks (Indiana Pacers), Pau Gasol (San Antonio Spurs), Mike Dunleavy Jr (Cleveland Cavaliers), Cameron Bairstow

5 majeur: Rajon Rondo, Dwayne Wade, Jimmy Butler, Nikola Mirotic, Robin Lopez.

Banc: Spencer Dinwiddie, Jerian Grant, Isaiah Canaan, Denzel Valentine, Doug McDermott, Tony Snell, Paul Zipser, Taj Gibson, Bobby Portis, Christian Felicio.

Un recrutement pas si logique ? 

L’an dernier, lorsque Fred Hoiberg est arrivé en tant que coach des Bulls, la volonté des dirigeants était de proposer un jeu offensif rapide, transition que certaines équipes comme les Indiana Pacers ont également entreprit. Mais contrairement aux Pacers justement, cette transition s’est mal effectuée, notamment à cause d’un effectif inadapté à jouer vite. Cet été, les Bulls ont donc décidé de revoir leur effectif en profondeur, en premier lieu en transférant Derrick Rose et en le remplaçant par Rajon Rondo à la free agency. Ce choix est très discutable pour plusieurs raisons: tout d’abord, Derrick Rose occupait une place forte dans le cœur des fans chicagoans, et le fait de voir leur protégé transféré a mécontenté plus d’un supporter ; ensuite, Derrick Rose, malgré ses blessures, était un joueur tout à fait adapté dans un système de jeu rapide ; enfin, remplacer Rose par un joueur comme Rajon Rondo, dont les qualités de basketteur sont connues mais qui possède un ego et un caractère imprévisible n’est pas forcément la meilleure des idées lorsqu’on veut construire une équipe compétitive. En échange de Derrick Rose (et de Justin Holiday) sont arrivés Robin Lopez et Jerian Grant. Le fait d’attirer Robin Lopez n’est pas forcément la meilleure solution, car même si il est solide défensivement, ses limites offensives et son léger manque de vitesse risquent de se faire sentir. En ce qui concerne Jerian Grant, c’est un bon recrutement, car le meneur sophomore possède un bon potentiel et peut devenir un bon meneur NBA.

En second lieu, Chicago, qui disposait du 14ème choix de draft, a sélectionné Denzel Valentine. Ce choix est probablement, avec Tyler Ulis sélectionné avec le 34ème choix, l’un des plus gros steals de cette draft, pour la simple et bonne raison que Denzel Valentine est un des joueurs les plus expérimentés et complets de cette draft, et les Bulls ayant besoin d’un joueur qui peut apporter immédiatement, ce fut une chance que Valentine soit encore disponible avec le 14 ème choix. Souvent comparé à Draymond Green pour sa polyvalence, c’est également un joueur qui est toujours à surveiller de loin et capable de mettre des tirs très clutch.

En dernier lieu, les Bulls ont réussi un coup qui a fait beaucoup parler, en attirant Dwayne Wade dans sa ville natale. Sur le papier, c’est un très bon recrutement, tant l’ancien de Miami est un joueur exceptionnel, mais il est aujourd’hui âgé de 34 ans, et même si il a prouvé qu’il pouvait encore faire une saison complète, c’est un joueur auquel il reste au maximum deux ou trois ans à jouer à un gros niveau NBA.

Au final, les Bulls veulent revenir au sommet de la Conférence Est avec un jeu d’attaque rapide, mais a dans le même temps recruté des joueurs comme Dwayne Wade et Rajon Rondo, qui avec tout le talent qu’ils possèdent, ont sûrement déjà leurs meilleures heures derrière eux. C’est un pari risqué à très court terme que Chicago prend, et si ce pari échoue, quelqu’un devra payer les pots cassés.

Rondo, Wade, Butler, un trio compatible?

Lorsque Dwayne Wade et Rajon Rondo ont été annoncés comme arrivants aux Chicago Bulls, beaucoup d’interrogations ont été suscitées sur la compatibilité des trois joueurs pour deux raisons principalement. Premièrement, les trois joueurs sont connus pour avoir un assez gros égo tous les trois, en particulier Rondo, dont le passage à Dallas a laissé des traces. Butler a réussi à cohabiter pendant deux ans avec Derrick Rose en tant que leader tandis que Dwayne Wade avait déjà fait des concessions en accueillant LeBron James à Miami en 2010, et a d’ailleurs déjà déclaré que Chicago est « l’équipe de Jimmy Butler ». Quant à Rondo, il va devoir accepter un rôle réduit pour s’imposer à Chicago, car Jimmy Butler et Dwayne Wade seront clairement les deux premières options offensives.

Deuxièmement, beaucoup de monde pense que les trois joueurs ne seront pas compatibles sur le terrain. En effet, les trois joueurs ont besoin du ballon pour exister offensivement. En effet, on voit mal Butler réduit à un rôle de 3 and D (joueur qui, comme son nom l’indique, est un joueur capable de se fondre dans un système pour bien défendre et shooter à 3-points, comme Danny Green à San Antonio) par exemple. On pourrait se dire que l’attaque des Bulls va marcher comme celle des Celtics de 2008, avec Rondo qui nourrissait Ray Allen et Paul Pierce en ballons, et maintenant Wade et Butler. Sauf que ces derniers sont des joueurs totalement différents des anciens Celtics. Les deux Bulls, en particulier Wade, ne sont pas des shooteurs naturels, et passent beaucoup plus de possessions à remonter et porter la balle, et c’est pour cette raison que Rondo va devoir accepter un rôle réduit. Les moyennes de Rajon risquent de baisser, pour un peu plus ressembler à 8 points et 6 ou 7 passes décisives plutôt que l’habituel double-double. La question que cela suscite est: Les Bulls avaient-ils réellement besoin de Rajon Rondo ?

Ne pas répéter les erreurs de la saison dernière.

L’an dernier, les Bulls voulaient pratiquer un jeu offensif, sauf que l’équipe a fini seulement 21ème aux points marqués par match avec 101,6 points par match, tout en shootant à 44,1% en moyenne (22ème de la Ligue). Certes, l’effectif n’était pas très adapté à un système de jeu offensif rapide, mais avec Derrick Rose, Jimmy Butler, Nikola Mirotic, Pau Gasol ou Doug McDermott, les Bulls disposaient tout de même de plusieurs armes en attaques, comme le prouve le pourcentage de l’équipe à 3-points de 37,1%, le troisième de la ligue la saison dernière. C’est dans le shoot à 2-points que l’équipe à souffert en shootant à 46,4%, soit le vingt-neuvième pourcentage de la ligue. La problématique se creuse davantage quand on se rend compte que les Bulls sont derniers au pourcentage au tir sous le panier, alors même que l’équipe prenait presque 30% de ses tirs à cet endroit. Quand on sait que l’équipe composait avec Pau Gasol et Derrick Rose, qui aiment attaquer le cercle via le poste ou la transition, le problème devient encore plus grand. De plus, le bon pourcentage à 3-points de l’équipe est atténué par le fait que l’équipe prenait moins d’un quart de ses tirs derrière l’arc. Chicago aura besoin de plus de variété en attaque pour pouvoir rejouer les playoffs, car ce n’est pas avec Rajon Rondo et Dwayne Wade que les Bulls vont pouvoir se contenter d’artiller derrière l’arc. En ce qui concerne les passes décisives et les balles perdues, les Bulls se situaient dans la moyenne la saison dernière, le soucis n’était donc pas là.

Défensivement, l’équipe n’était pas si mauvaise qu’il n’y paraît. En effet, les Bulls ont terminé à la troisième place aux rebonds par match. Pourtant, les taureaux sont aussi la sixième équipe à avoir concédé le plus de rebonds. Cela peut s’expliquer par la défense générale plutôt bonne de Chicago, qui limitait ses adversaires à un pourcentage moyen de 44,1%, soit le septième meilleur de la ligue. Cependant, cela n’a pas empêché Chicago d’être que la seizième défense en terme de points encaissés. Cela s’explique par le fait que Chicago est l’équipe contre laquelle les autres équipes ont le plus tiré à 2-points, pour le quatrième meilleur total de paniers réussi par les adversaires (donc le quatrième plus mauvais pour Chicago). Défensivement, les bases étaient là la saison dernière, et l’ajout de Robin Lopez sur le poste de pivot va sûrement renforcer cette base, mais les Bulls vont devoir arrêter de laisser leurs adversaires tirer beaucoup, car l’équipe a eu la capacité de limiter leurs adversaires à 47,4% au tir à 2-points, ce qui en fait la septième meilleure défense dans ce domaine, et peut donc redevenir potentiellement l’une des meilleures défenses de la NBA malgré un système de jeu tourné vers l’attaque.

Au final, les soucis de l’équipe ont surtout eu lieu du fait que l’effectif n’était pas adapté à jouer un jeu offensif ultra rapide, et que Fred Hoiberg n’a pas réussi à s’adapter à son effectif. Maintenant qu’il a un effectif correspondant un peu plus à son style de jeu, le coach n’aura pas le droit à l’erreur, surtout lorsqu’on connaît l’exigence du front-office de Chicago.

Conclusion.

Si l’an dernier, l’effectif n’était pas du tout en accord avec le style de jeu prôné par Fred Hoiberg, ce qui a donné des résultats et statistiques contrastées dans tous les domaines, l’effectif a été revu, avec l’arrivée de stars pour épauler Jimmy Butler. Pourtant, le fait de recruter Dwayne Wade, âgé de 34 ans, montre que le front-office de Chicago veut voir l’équipe gagner tout de suite. Cependant, avec un coach qui n’a pas encore pu véritablement installer son style de jeu offensif, qui de plus est en contraste avec le style de jeu très défensif de son prédécesseur Tom Thibodeau, le GM Gar Forman aurait dû agir avec plus de patience et rajeunir l’effectif, ce qu’il n’a qu’en partie fait avec le recrutement de Denzel Valentine. Si l’effectif a le niveau pour atteindre les playoffs cette année, les objectifs de l’équipe à moyen et à long terme sont totalement flous. On ne sait donc pas quelle direction pourrait prendre l’équipe en cas de nouvel échec cette année.

A propos de Lucas Heilmann 48 Articles
Passionné de foot depuis mon enfance et de basket depuis 2 ans. Ici pour partager ses passions et ouvrir le débat. N'hésitez pas à me suivre sur twitter @LuScorpio68 ainsi que @agorasportsfr pour rester au courant de mes articles et de ceux des autres membres.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*