[5-PREVIEW] Oklahoma City Thunder : La vie sans le numéro 35, an I

Durant leaving, its Westbrook Era in OKC (c)sportsawakening

Après 9 ans, il est parti. En 9 ans, le Thunder est passé par tous les sentiments, et maintenant ils expérimentent le deuil. Mais tout n’est pas totalement noir pour l’organisation de l’Oklahoma. Beaucoup d’équipes voudraient pouvoir s’appuyer sur un monstre tel que Westbrook et une jeunesse aussi athlétique et qualitative que celle composée par Sam Presti. Reconstruction express.

Après le choke en finale de conférence face à Golden State, Presti avait déjà commencé à travailler pour améliorer l’équipe. Résultat le trade d’Ibaka, auteur de playoffs décevantes. Serge, l’un des emblèmes du Thunder est donc envoyé à Orlando contre un package plus qu’avantageux: Oladipo + 11th pick (qui servira à pick Sabonis) + Ilyasova. Même suite au départ de Durant, ce trade demeure très intéressant pour OKC, récupérer un Oladipo dans sa dernière année de contrat rookie ainsi qu’un jeune prometteur comme Sabonis sans perdre de poste 4 capable d’étirer le jeu. Sinon dans l’attente de la réponse de son FP, Oklahoma a été très peu actif sur le marché de la Free Agency. Vu le peu de monde disponible à l’aile de toute façon… Ils se sont contentés de signer Ronnie Price ( 5M$/2ans) et de rapatrier Alex Abrines (qui a signé un contrat rookie pour 17M$ repartis sur 3 ans) dont ils avaient les droits. Ces nombreuses arrivées sur les lignes arrières poussent les dirigeants à ne pas conserver Foye mais surtout Waiters malgré sa saison honorable. Dernière arrivée, cocorico Joffrey Lauvergne est tradé à OKC contre deux Mars et un Bounty pour apporter une densité physique et une arme plus fiable que McGary qui risque d’être coupé dès le retour de Payne de blessure.

La “KDecision” a également posé la question de l’avenir de Westbrook qui était free agent dès 2017 (dur de le perdre aussi sans aucune contrepartie). Heureusement pour le Thunder, le n°0 a accepté une juteuse extension (85M$/3ans avec Player Option sur la troisième année) qui lui permet de profiter de l’augmentation du Salary Cap tout en offrant un peu de temps au Front Office afin de l’entourer d’un groupe qui lui permettra de rejouer dans la cour des grands.

Point Roster

arrivées : Alex Abrines (Barça), Ersan Ilyasova(Magic), Joffrey Lauvergne(Nuggets), Victor Oladipo (Magic), Ronnie Price (Suns), Domantas Sabonis (draft via Magic)

départs : Kevin Durant(Warriors), Randy Foye (Nets), Dion Waiters(Heat)

contrats garantis : Alex Abrines, Steven Adams, Nick Collison, Josh Huestis, Ersan Ilyasova, Enes Kanter, Joffrey Lauvergne, Anthony Morrow, Victor Oladipo, Cameron Payne, Ronnie Price, Andre Roberson, Domantas Sabonis, Kyle Singler, Russell Westbrook

5 majeur : Russell Westbrook – Victor Oladipo – Andre Roberson – Domantas Sabonis/Ersan Ilyasova – Steven Adams

 

All About Westbrook, la naissance d’un franchise player ?

Fini l’ombre de Durant, Westbrook est maintenant l’homme en charge à Oklahoma. Il devient le meilleur joueur et le visage de la franchise comme l’atteste l’extension de contrat qu’il a signé. Ces dernières années, de nombreuses questions se sont posés sur qui aurait le ballon lors d’une dernière possession au couteau, cette question n’est plus, il n’y a plus qu’un seul n°1. La seule question qui reste quant à ce rôle est “quel genre de leader est Russell ?”. En effet, il a déjà été mis dans cette situation il y a un peu plus d’un an. OKC joue sans KD (et Ibaka) pendant près de la moitié de la saison et l’OKC version Westbrook ne fait pas les Playoffs de très peu.

C’est un peu sa saison, la saison où il doit (et VA) tout casser (les arceaux, les chevilles, les bouches), tout le monde a envie de voir ce que peut donner Beastbrook totalement libéré dans son rôle de mâle Alpha. Il faut aussi noter qu’il y a deux différences majeurs en ce début de saison par rapport à la saison 2014-2015. Premièrement son coach, Scott Brooks s’appuyait sur très peu de système et de mouvement de balle quand comme dit précédemment Donovan essaye de créer une attaque un minimum mobile ce qui provoque un Westbrook plus passeur, plus facilitateur. Deuxièmement le supporting cast est beaucoup plus bon et matûre, la majorité du groupe sort d’une finale de conférence (des joueurs comme Adams et Roberson se sont installés, Kanter a prouvé sa qualité de 6ème homme + les ajouts d’ Oladipo, d’ Ilyasova voir de Lauvergne).

L’année d’après, une saison en point d’interrogation

Nous n’allons pas relater ici les vraies fausses raisons qui ont poussé le petit Kevin à quitter l’Oklahoma mais il va sans dire que perdre l’un des trois meilleurs joueurs de la ligue ça laisse un vide dans n’importe quel vestiaire. OKC passe d’un effectif qui joue le titre avec 2 top 5 player à une équipe de Playoffs trop juste pour penser à juin dans une ère régie par les superteams. Nous allons donc nous intéresser donc à ce supporting cast derrière la seule assurance Westbrook.

Donovan va avoir beaucoup de question à se poser en réfléchissant aux rotations et à la hiérarchisation de son effectif. L’effectif du Thunder a deux soucis, un manque cruel de shoot dans une ligue qui en demande de plus en plus mais aussi une certaine tendance à ne pas faire tourner la balle dûe à la présence de deux joueurs presque impossible à défendre pour l’adversaire.

Cela n’a échappé à personne durant la pré-saison, dans une ligue qui vit probablement une révolution du jeu avec l’importance marqué du shoot derrière l’arc, le Thunder manque cruellement de spécialistes du shoot. Leurs deux spécialistes sont Abrines et Morrow qui pourrait ne pas avoir énormément de temps de jeu malgré le départ du meilleur shooter de l’équipe (Singler semble avoir retrouvé un jeu cependant). Les shooters permettent d’élargir la surface sur laquelle défend l’adversaire et moins on dispose de shooters plus la défense adverse peut jouer un jeu purement statistique sur qui défendre derrière l’arc et rendre la défense plus compact dans la peinture (le point fort d’OKC : meilleure attaque dans la raquette que ce soit en pénétration ou après rebond, meilleur équipe au rebond de la ligue avec une grosse avance). Après ils disposent de joueurs qui peuvent shooter à des pourcentages viables tels que Ilyasova, Lauvergne (un peu moins), Westbrook  Payne voir Kanter également. Pour espérer dépasser les attentes certains joueurs devront passer un cap dans l’exercice comme Oladipo ou Roberson qui auront de grosses minutes.

Deuxièmement, la franchise de l’Oklahoma a deux autres soucis constants qui datent même des années Scott Brooks : le mouvement du ballon et la défense en saison régulière. Commençons par la défense, c’est un comble d’avoir l’équipe reconnue comme la plus athlétique de la ligue et de ne pas imposer sa force physique des deux côtés du terrain. OKC semble parfois réticent à faire les efforts, ou semble souvent trop attiré par les gambles défensifs en particulier Russell Westbrook. Sans Durant, les oublis défensifs seront beaucoup plus difficiles à combler de l’autre côté du terrain. Et une meilleure défense avec des joueurs aussi athlétiques et longs signifie également plus d’interceptions ou de tirs forcés donc plus de points faciles en transition. Billy Donovan voulant plutôt jouer avec un tempo élevé, le soucis récurrent du manque de mouvement de balle pourrait devenir un coup de poignard pour une équipe privés de gros shooteurs. Ça sera difficile d’obtenir l’une des attaques les plus fluides de la ligue avec le personnel à disposition mais on s’attend à un jeu plus mobile avec parfois des mouvements de joueurs (les coupes de Roberson, Abrines ou Singler) pour combler le déficit de mouvement du ballon. Une autre clé de la saison sera dans cette même optique avec la gestion de Westbrook sans ballon – l’utiliser parfois comme leurre pour trouver un joueur ouvert – comme la situation de Westbrook sur le banc pour recharger les piles (Oladipo, Payne).

 

Le Talent nécessaire pour revoir les Playoffs

Malgré ses limites, l’effectif d’Oklahoma City semble être nécessairement armé pour rejoindre les Playoffs ou au moins espérer les rejoindre. On a déjà parlé en large et en travers de la saison de fou furieux que peut réaliser Westbrook mais Presti l’a également entouré de deux gros candidats au titre de MIP (suceptibles de signer une extension avant le 31 octobre). D’un Côté Steven Adams est devenu une vraie force de la nature, probablement le 3ème meilleur joueur de la franchise lors de la dernière saison. En plus d’être le socle défensif de l’équipe, Adams a travaillé quelque mouvements au poste bas et se montre être un bon passeur pour les cuts de ses coéquipiers. De l’autre côté Oladipo, feu n°2 de la draft 2013, vient possiblement former l’un des backcourts les plus excitants de la ligue au côtés de Russel. Après une année difficile à Orlando où il n’a jamais réellement pu trouver sa place, il a la possibilité de montrer toutes ses qualités athlétiques et de suggérer ses progrès au shoot, l’un des facteurs X de la saison X.

A ces deux lieutenants s’ajoutent Kanter qui a montré l’an dernier qu’il excellait dans ce rôle de scoreur du banc (12. 7 pts, 8.1rbd) tout en ajoutant un tir mid range et un stretch à 3 dans le coin. Des progrès sont également attendus de la part d’Andre Roberson, qui s’est montré être un défenseur très solide mais dont l’apport offensif laisse à désirer pour un starter, ou encore de Cameron Payne. On rajoute deux rookies très intéressant qui peuvent contribuer en la personne de Sabonis et Abrines le tout soupoudré de cols bleus ancrés dans la philosophie de l’organisation.

 

Après avoir expérimenté les sept étapes du deuil, OKC rentre donc dans l’ère Westbrook pour le pire mais surtout pour le meilleur. Le mâle alpha et ses coéquipiers auront à cœur de laver l’affront du départ du n°35 et de montrer qu’ils ont le matériel nécessaire de leurs ambitions. Dans un premier retourner en playoffs et à l’avenir “la chasse au Durantula” avec l’ajout de quelques pièces au puzzle de Billy Donovan et Sam Presti.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*