[9-PREVIEW] Boston Celtics : un cap à franchir

Al Horford aux Celtics - ESPN / Brian Babineau/NBAE via Getty Images

Après une saison 2014-2015 qui marquait le renouveau de la franchise, les Celtics de Boston ont confirmé leurs progrès la saison dernière terminant l’exercice avec un bilan très correct de 48 victoires pour 34 défaites et une place en play-offs à la clé. Défaits 4-2 par Atlanta dès le premier tour, les hommes de Brad Stevens sont partis en vacances sur une petite déception. Qu’importe, Boston est déjà tourné sur le futur et le recrutement de l’été laisse espérer un avenir radieux…

La franchise avait la place salariale pour attirer un des gros poissons présents sur le marché cet été et Danny ainge, le GM, ne s’est pas manqué en signant Al Horford. Le pivot dominicain pourrait bien faire de Boston une des toutes meilleures équipes de la ligue tant son profil manquait cruellement dans l’effectif. Mais l’été n’a pas été parfait pour les Celtics : la perte d’Evan Turner, parti à Portland, pourrait faire du mal, d’autant plus que Gerald Green, arrivé pour le remplacer, est loin d’offrir autant de garanties. Jared Sullinger, auteur d’une dernière saison moyenne, quitte lui aussi la maison verte et rejoint Toronto. Jaylen Brown, drafté en troisième position, viendra renforcer le secteur extérieur de Brad Stevens.

Un point sur le roster :

Arrivées : Al Horford (Hawks), Gerald Green (Heat), Jaylen Brown, Demetrius Jackson, Ben Bentil (Draft).

Départs : Evan Turner (Blazers), Jared Sullinger (Raptors).

5 majeur (probable) : Isaiah Thomas – Avery Bradley – Jae Crowder – Amir Johnson – Al Horford

Le banc : Marcus Smart, Terry Rozier, RJ Hunter, James Young, Gerald Green, Jaylen Brown, Jonas Jerebko, Kelly Olynyk, Tyler Zeller, Jordan Mickey.

Un secteur extérieur très solide !

Une nouvelle fois, Brad Stevens mettra l’accent, dès les premiers entraînements, sur une défense dure et physique. Et l’effectif ne manque pas de gros défenseurs, bien au contraire. Avery Bradley, considéré comme un des meilleurs de la ligue dans l’exercice mais aussi Marcus Smart, Jae Crowder ou encore le rookie Jaylen Brown, Brad Stevens n’aura que l’embarras du choix. Isaiah Thomas, n’est lui pas un gros défenseur, mais son talent offensif n’a peu d’égal dans la ligue. Du haut de son mètre 75, Thomas sort d’une saison magnifique à plus de 22 points de moyenne. Il a logiquement été récompensé avec une première sélection au All Star Game au mois de février. La perte d’Evan Turner, l’homme à tout faire de cette équipe (10,7 points, 4,9 rebonds et 4,5 passes de moyenne la saison dernière) devra être compensé par le collectif. Gerald Green, seule recrue sur les postes extérieurs, ne présente pas du tout le même profil. Scoreur (parfois croqueur) capable de prendre feu, son attitude est souvent décriée par les médias américains. Il arrive dans le Massachusetts dans le but de se relancer, après une saison décevante à Miami, et retrouver le niveau qu’était le sien lors de sa première année à Phoenix.

Al Horford, ça change tout !

Danny Ainge avait prévenu, Boston allait être très actif durant la Free-agency. Dwight Howard, Kevin Durant, Jahlil Okafor ou encore Greg Monroe ont été, tour à tour annoncés à Boston pendant l’été. C’est finalement Al Horford qui est venu poser ses valises dans le Massachusetts. Un renfort de choix pour Brad Stevens qui va pouvoir s’appuyer sur un des meilleurs pivots de la ligue ces deux dernières saisons. Très complet en attaque, capable de marquer au poste bas mais aussi d’envoyer quelques shoots à trois points, son expérience sera plus que bénéfique pour entourer cette jeune équipe des Celtics. Du haut de ses 30 ans, Horford portera seulement son deuxième maillot après celui des Hawks d’Atlanta. S’il souhaite gagner un titre avant la retraite, le temps presse. Boston semble le meilleur projet possible pour lui. Réputé bon défenseur et facile à vivre, son intégration ne devrait pas représenter un gros problème pour Brad Stevens. Et c’est tant mieux, car avec un Al Horford en pleine forme, Boston pourrait rapidement changer de dimension et viser bien plus haut qu’un simple premier tour de play-offs.

La draft, sujet de nombreuses interrogations !

Les fans des Celtics attendaient cette Draft 2016 avec une grande impatience : pour cause, la franchise détenait 8 choix au total dont trois au premier tour. Finalement les fans ont, à première vue, été déçus des choix effectués par Danny Ainge. Boston disposait du troisième choix, et si Ben Simmons et Brandon Ingram étaient assurés d’être choisis dès les deux premières places, le troisième spot posait beaucoup plus d’interrogations. Les Celtics ont étonné beaucoup de monde en choisissant Jaylen Brown. Physiquement déjà impressionnant, le doute subsiste néanmoins sur son potentiel offensif, notamment sur son shoot extérieur. La très grosse surprise de cette draft est arrivée au moment du 2ème choix des C’s. Guerschon Yabusele est choisi dès la 16ème place du premier tour. L’intérieur français, annoncé au deuxième tour, ne s’attendait pas à être drafté si-haut. Très puissant, explosif, capable de shooter à 3 points, Yabusele a toutes les qualités du poste 4 moderne. Il va néanmoins partir s’aguerrir une saison en Chine avant de venir fouler les parquets de NBA. Dernier choix du premier tour, Ainge a choisi de sélectionner Ante Zizic en 23ème position. Le tout jeune pivot croate (19 ans) évoluait la saison dernière sous les couleurs du Cibona Zagreb et restera, au moins une saison de plus, en Europe.

Conclusion :

C’est une saison déterminante qui attend Brad Stevens et les Celtics. Après deux éliminations successives au premier tour des play-offs, l’arrivée d’une star comme Al Horford devrait propulser Boston jusqu’à une demi-finale de conférence au minimum. Mais la conférence Est semble s’être renforcée cet été et l’équipe devra rester soudée toute la saison pour garder l’avantage du terrain le plus longtemps possible (Inutile de le préciser mais l’apport du TD Garden en Play-offs est un atout non-négligeable). Gagner le titre dans les 3, 4 prochaines saisons est l’objectif de Danny Ainge. Histoire de faire remonter les souvenirs du passé glorieux des Celtics, et écrire une nouvelle page de l’histoire.

Preview par Baptiste.

A propos de Baptiste Regnier 16 Articles
Né il y'a 17 ans dans le foot, vis désormais dans le basket, passionné de sport en général. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter : @Baptistee39

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*