[PREVIEW] Toronto Raptors : L’année d’après

Kawhi Leonard parti, les Raptors vont devoir batailler et réagir en champions pour défendre leur titre (c) Clément Carton

Souviens-toi juin 2019… En venant à bout des Warriors lors des finales NBA, les Raptors grimpent sur le toit du monde. Un premier titre historique pour la franchise Canadienne, plutôt habituée aux « chokes » quand vient le printemps. Un succès basé sur un collectif parfaitement en phase avec la philosophie de coach Nurse. La victoire d’un groupe donc, Kawhi Leonard en tête…

Ce qui a changé cet été : un titre et puis s’en va

Les fans de Toronto, encore sur leur petit nuage, ont vu leur rêve de back-to-back s’effondrer en quelques heures. Moins d’un mois après les scènes de liesse dans l’Ontario, Kawhi Leonard annonçait sa nouvelle destination. Direction Los Angeles et les Clippers pour « The Klaw ». Le MVP des finales rejoint Paul George dans la Cité des Anges. Manque de respect ou forte ambition ? Peu importe, le choix est fait et il faut déjà trouver des solutions pour la prochaine saison. Et trouver des solutions, chez les Raptors, c’est le rôle de Masai Ujiri. Le general manager n’avait pas tergiversé quand il avait s’agit de faire le grand ménage. Après sept années en tant que coach, Dwane Casey avait été remercié. Même sort pour le bucheron, Jonas Valanciunas. Plus fort encore, DeMar DeRozan – meilleur marqueur de l’histoire de la franchise – avait été échangé contre… Kawhi Leonard. Ujiri a donc du flair.

Pour ce qui est du reste, pas grand-chose d’autre à souligner. Danny Green avait les mêmes envies Californiennes que son pote Kawhi : il portera le maillot des Lakers. En fin de contrat, Jeremy Lin n’a pas retrouvé d’équipes NBA.

Enfin quelques jeunes sont tombés dans les griffes des Raptors, Stanley Johnson et Rondae Hollis-Jefferson viendront garnir les ailes. Patrick McCaw va retrouver le parquet de la Scotiabank Arena, lui qui est déjà triple champion NBA, à 23 ans.

Roster 2019/2020 : toujours solide

Bien qu’Ujiri et Nurse misent encore une fois sur leur force collective, le départ de Leonard affaiblit indubitablement le nouvel effectif. Celui-ci semble néanmoins assez complet, avec notamment la quasi-totalité des postes « doublés ». À la mène, le duo gagnant des Playoffs, Lowry-VanVleet, est maintenu. S’ils ont parfois évolué côte-à-côte sur le parquet, on connaît les qualités du second en sortie de banc. Nul doute que Nick Nurse continue ses rotations en ce sens. Au poste de pivot, le schéma est identique pour le staff des Raptors : encore un duo indéboulonnable. Et quel duo ! Après les Splash Brothers et les Stache Brothers, voilà les Spanish Brothers : Marc Gasol et Serge Ibaka. Le premier va devoir s’accrocher lors du Training Camp après ses excès (justifiés) de cet été. Pas tous les ans qu’on devient champion du monde ET champion NBA. Olé.

Auteur d’un exercice 2018/2019 exceptionnel, Pascal Siakam doit prouver cette année qu’il est au niveau des tous meilleurs. Élu MIP la saison passée, le Camerounais a l’occasion de confirmer son statut. « Spicy P » est en tout cas indispensable dans le 5 du coach Nurse. En cette période de transition, Ujiri n’hésitait pas à parler de lui comme le possible futur de la franchise. Siakam pourra compter sur sa rotation, Serge Ibaka, qui peut largement faire l’affaire en tant qu’ailier fort.

Deux autres Raptors peuvent profiter des départs de Leonard et Green pour, eux aussi, confirmer leur bonne saison. OG Anuyobi et Norman Powell bénéficieront sans doute d’un temps de jeu plus élevé. Ils seront épaulés par de jeunes et fougueux joueurs comme Hollis-Jefferson, Johnson ou McCaw. Bref des profils de basketteurs qui correspondent à la philosophie de jeu de Nick Nurse, des athlètes capables de défendre fort et de se projeter vite vers l’avant.

Pour ce qui est du cas Drake, le rappeur n’a toujours pas été transféré et dispose toujours de la meilleure place à la Scotiabank Arena.

Le 5 majeur probable des Raptors : Kyle LOWRY, Norman POWELL, Og ANUYOBI, Pascal SIAKAM, Marc GASOL.

Le joueur à suivre : Siakam, taille patron ?

16,9 points, 6,9 rebonds et 3,1 passes par match. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, mais le terrain, encore plus. Véritable « two-way player », le Camerounais est désigné comme le successeur logique de Kawhi Leonard. Spicy-P n’est bien entendu pas encore au niveau du double champion NBA mais son ascension elle, est fulgurante. L’année dernière, il est récompensé en remportant le trophée du joueur ayant le plus progressé. Il écrase D’angelo Russell et toute autre forme de concurrence dans les votes. En Playoffs, il est l’un des acteurs majeurs de l’exploit des Raptors et impressionne la planète basket. Notre ami Pascal Siakam aura-t-il les épaules assez larges pour prendre le leadership de son équipe et l’emmener vers la défense de son titre ? Réponse dès le 23 octobre prochain. Toronto recevra les New Orleans Pelicans.

Objectif : défendre le titre, autant que possible…

Les hommes de Nick Nurse ne seront certainement pas de retour sur les terrains pour y faire de la figuration. Bien qu’affaibli, l’effectif reste tout de même très intéressant et mine de rien, plutôt expérimenté. À cela s’ajoute la fougue voulue par Masai Ujiri, que vont apporter les jeunes recrues. Un cocktail qui peut fonctionner, surtout s’il est mijoté par Nurse. Reste à trouver la motivation post-titre, qui, chez des compétiteurs de la trempe des Gasol ou Siakam, ne devrait pas se faire attendre. Une place dans le Top 4 de la conférence Est semble largement abordable, bien que pas encore assurée. L’avantage du terrain est loin d’être négligeable quand on sait à quel point le public Canadien a été déterminant dans la conquête du graal. En tout cas et jusqu’à preuve du contraire, les Toronto Raptors sont toujours champions NBA en titre.

Date à retenir : 11 décembre, Clippers – Raptors (Retour de Kawhi Leonard à Toronto).

Pronostic de la rédac’ :
5e de la conférence Est


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*