ITW : A la rencontre de Stéphane Houdet

La joie de Stéphane Houdet et Nicolas Peifer. Photo AFP

Nous avons eu au début de l’été l’immense honneur de s’entretenir avec le récent champion paralympique Stéphane Houdet!

Première question: pouvez-vous vous présenter brièvement pour celles et ceux qui ne vous connaîtraient éventuellement pas?

Stéphane: Alors oui je suis Stephane Houdet, joueur de tennis en fauteuil roulant et aujourd’hui je suis numéro un mondial de la discipline, en simple et en double.

Vous êtes moins médiatisé que vos camarades du circuit ATP par exemple, mais cela s’améliore petit à petit, notamment en Asie c’est bien ça?

Stéphane: Oui au Japon car Shingo Kunieda,qui est le grand monsieur du tennis fauteuil est une véritable star chez lui, si bien que c’est Uniqlo (NDLR: grande marque Japonaise de vêtements,également sponsor de Kei Nishikori et Novak Djokovic) qui est le sponsor du circuit. Il y a également la chaîne de télévision Japonaise « WOWOW » qui diffuse tous les tournois du Grand Chelem, il a beaucoup contribué à la reconnaissance de notre sport dans cette partie du monde et dans le monde entier.

Vous pensez donc que le tennis fauteuil est en train de se démocratiser un petit peu partout dans le monde?

Stéphane: Oui complètement, c’est vraiment bénéfique et on sent que ça avance, on est vraiment sur la bonne voie actuellement c’est indéniable!

Le tennis en fauteuil est en pleine révolution,notamment grâce à votre fauteuil, comment avez-vous eu l’idée de changer ce matériel, si important pour ce sport?

Stéphane: Alors pour la petite histoire, pendant les jeux de Pékin, on partageait le bâtiment France avec les cyclistes, qui nous chambraient un peu en disant qu’on ne prenait pas vraiment soin de notre matériel, on ne connaissait par exemple pas la pression de nos pneus. Et je me suis dit qu’ils avaient raison, je comprenais ce qu’ils voulaient dire alors je me suis renseigné auprès des ingénieurs et j’ai mis au point ce fauteuil « révolutionnaire ».

Alors maintenant nous avons envie de savoir, qu’est-ce que ce fauteuil a de si spécial ?

Stéphane: Il faut savoir que j’ai été un joueur debout, et on a cherché à travailler avec les ingénieurs sur un fauteuil qui me permettrait d’utiliser le plus de muscles restants sachant que je suis amputé au dessus du genoux. Cela fait que mon bassin est aussi dans le mouvement, comme un joueur de tennis debout et plutôt d’être assis ou on va beaucoup jouer avec le bras, je me suis mis dans une position « à genoux » pour pouvoir avoir un mouvement de rotation entre le haut et le bas du corps qui permet de générer plus de puissance. Et de la même manière, comme j’ai les bras qui sont juste au-dessus des roues quand je pousse, j’ai aussi à priori plus de puissance pour me déplacer.

Revenons à votre quotidien sur le circuit,vous côtoyez de nombreux joueurs ATP et WTA, avez-vous une amitié un peu plus marquée avec l’un d’entre eux?

Stéphane: Une amitié je ne sais pas mais c’est vrai qu’on a la chance de les côtoyer, de manger ensemble de temps en temps, j’étais récemment avec Julien Benneteau et Edouard Roger-Vasselin par exemple. Mais c’est compliqué car chacun est dans son tournoi et on essaye de respecter le travail de tout le monde, nos circuits sont peut-être parallèles mais on se voit moins souvent que les joueurs du circuit fauteuil c’est certain car on est toujours tous ensemble.

Pensez-vous que des exhibitions entre joueurs debouts et joueurs de fauteuil pourraient avoir lieu un jour ?

Stéphane: Oui il y en a déjà eu, notamment lors de la journée des enfants à Roland Garros, deux fois, j’ai par exemple joué avec Simona Halep, on peut d’ailleurs retrouver la vidéo sur YouTube. Pour tous les matchs de la France en coupe Davis, on a fait des exhibitions entre les matchs à chaque fois, donc oui on en fait de temps en temps.

En plus d’être un joueur professionnel ce qui implique de nombreux trajets, vous êtes également conseiller sport et handicap au Ministère de la Défense. Parvenez-vous à vous reposer quelques fois?

Stéphane: C’est vrai qu’il faut essayer de s’organiser au tour de ce circuit et de cet emploi du temps chargé, mais en même temps, c’est une vie qui tourne autour du plaisir, moi c’est comme ça que je trouve mon équilibre.

Un mot maintenant sur le numéro un mondial, mais chez les debout cette fois-ci. Je remarque que certaines personnes dénigrent ce que réalise Novak Djokovic depuis quelques années, trouvez-vous cela justifié?

Stéphane: De mon côté, je ne connais personne qui dénigre ce que fait Novak, qui est absolument incroyable, mais c’est vrai que certaines personnes se posent des questions sur le fait qu’il ne soit que très rarement essouflé après des matchs par exemple, mais ce sont les mêmes qui disaient cela à propos de Rafael Nadal, ça fait partie du tennis.

Le fait que Djokovic ait fait son nid au beau milieu du duo Nadal/Federer, qui comptait de nombreux fans avant de les dépasser joue en sa « défaveur »…

Stéphane: Oui c’est possible,mais c’est la petite guerre des fans et les sports sont aussi intéressants quand il y a des rivalités,c’est encore plus excitant.

 


Note importante: À cet instant j’avais demandé ce qu’on pouvait lui souhaiter pour la fin de saison, il avait répondu qu’une médaille d’or aux jeux paralympiques serait formidable, on peut dire qu’il a réussi avec Nicolas Peifer !


Merci de nous avoir accordé un peu de votre précieux temps, c’était vraiment super! 

Stéphane: Merci à vous c’était sympa!

A propos de Marin 10 Articles
Fan de nombreux sports depuis maintenant plus de dix ans, et plus particulièrement de tennis et de NBA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*