Cyclisme : Pinot ouvre le compteur, Astana fait peur, Pogacar à l’heure

La planète cyclisme ne s’arrête jamais de tourner. Entre le 17 et le 24 février, il fallait jongler entre trois pays différents. En France se tenait le tour du Haut Var couru en 3 étapes. En Espagne,  la Ruta del sol arpentait les routes Andalouses, tandis que du côté du Portugal se tenait le tour d’Algarve. Si vous n’avez pas suivi cette semaine intense, petite session de rattrapage, rien que pour vous !

Tour du Haut Var : Pinot ouvre son compteur

Pinot vainqueur au sommet du mythique Mont Faron

Pour la 40ème édition de ce tour, les organisateurs ont fait le choix de tracer un parcours encore plus escarpé qu’à l’accoutumée. En point d’orgue, le Mont Faron (5,7 km à 8,4%) comme juge de paix lors de l’ultime étape.

La première étape a été remporté par le Belge Sep Vanmarcke au terme d’une étape dynamique, marquée par des chutes à répétition dans la dernière descente du jour. La chaussée rendue très glissante pour les mimosas en fleur a perturbé le final de cette étape. Un groupe de 15 coureurs s’est finalement joué la gagne à Mandelieu la Napoule.

La seconde étape a été animée par les coureurs de l’équipe Vital Concept. La bataille pour l’échappée a duré un long moment sur un terrain difficile. De ce fait, seuls les hommes forts se sont retrouvés à l’avant : Rolland, Gautier et Vichot pour Vital Concept, accompagnés par Gougeard d’AG2R. Au final, c’est l’Italien de 24 ans de l’équipe Trek-Segafredo, Giulio Ciccone qui a franchi la ligne en tête au terme d’une arrivée en côte à Mons. Dans sa roue, on retrouve dans l’ordre Pinot, Bardet et Calmejane, ce qui en dit long sur les qualités du jeune transalpin, qui faisait coup double en s’emparant du maillot de leader.

Chacun savait que la dernière étape serait essentielle pour l’établissement du classement général. Le mont Faron n’a pas déçu les observateurs, et au terme des 136 kilomètres, c’est Thibaut Pinot, le leader de la Groupama FDJ, qui s’est imposé avec 3 secondes d’avance sur l’autre star du cyclisme français, Romain Bardet. C’est aussi par cet écart que Pinot s’impose au classement général de ce tour du Haut Var devant le Clermontois.

Ce résultat est de très bonne augure pour la suite. Pinot affiche un très bon état de forme en vue de Tirreno-Adriatico au mois de mars. Pour Romain Bardet, il s’agissait de ses premiers tours de roues en compétition en 2019. Il s’est mis en confiance pour le reste de la saison, dont le premier objectif sera au mois de mars sur Paris-Nice.

Ruta del sol : Fuglsang surfe sur la vague Astana

La puissance du collectif Kazakh a fait la différence.

Au soir du 24 février, l’équipe Astana compte déjà 13 victoires à son compteur après seulement un gros mois de compétition. Cette dynamique a permis à l’expérimenté coureur Danois de s’imposer au terme de 5 étapes sur les routes d’Andalousie.

La première partie de course a été animée par le talentueux Tim Wellens pour Lotto Soudal : une première victoire au terme d’un finish haletant sur une pente de 10% durant 1,5 kilomètre lors de la première étape, une seconde sur le chrono individuel de 16 kilomètres lors de la troisième étape.

La quatrième étape a abattu les cartes de chacun. Tim Wellens a craqué sous les assauts de l’équipe australienne Mitchelton-Scott des frères Yates. Si l’étape est remportée par Simon Yates avec 26 secondes d’avance sur ses premiers poursuivants, c’est bien Jakob Fuglsang qui s’empare du maillot de leader, devant… Ion Izagirre, son coéquipier chez Astana. On était proche du triplé, mais Pello Bilbao termine finalement au pied du podium en 4ème position.

La dernière étape remportée par le champion d’Europe Matteo Trentin (déjà lauréat de la 2ème étape) ne changera rien au classement général. L’équipe Astana continue son excellent début de saison pour le plus grand bonheur du grand boss Alexandre Vinokourov.

Tour d’Algarve : Pogacar, le futur est déjà là.

Première victoire chez les pros pour Pogacar sur cette Volta ao Algarve.

20 ans, et pourtant il a déjà tout d’un grand. Alors que son leadership était largement compromis par l’offensive de son dauphin Soren Kragh Andersen, le jeune Slovène a fait preuve de maturité pour conserver son maillot jaune.

La dernière étape menait les coureurs au sommet de l’Alto de Malhao (3 km à 9%). Tadej Pogacar, coureur de l’équipe UAE-Team Emirates et vainqueur du tour de l’Avenir en 2018, mène le classement général avec 29 secondes d’avance sur le second. Mais au pied de la dernière ascension de la course, son maillot de leader ne lui appartient plus, en tout cas virtuellement. En effet, Soren Kragh s’est lancé dans une offensive de longue haleine à 20 kilomètres de l’arrivée. En manque d’équipiers pour mener une chasse efficace, le jeune Slovène a tout misé sur la dernière ascension pour refaire son retard qui avoisinait alors les 45 secondes. Au prix d’un effort géré à la perfection malgré son jeune âge, il coupe la ligne avec seulement 15 secondes de retard sur son rival du jour. Largement suffisant pour conserver son maillot de leader.  À seulement 20 ans, Pogacar concrétise déjà et confirme tout le bien que l’on pensait de lui. Parce qu’au delà d’avoir parfaitement géré une situation bien mal embarquée, il s’était aussi imposé lors de la seconde étape au sommet d’un long col roulant devant Wout Poels et Enric Mas.

On notera aussi les deux secondes places d’Arnaud Démare au sprint, derrière Fabio Jakobsen puis Dylan Groenewegen.

Cette semaine, vous pouvez suivre en intégralité les 7 étapes du tour d’Abu Dabi sur la chaîne l’Equipe, avant de profiter de l’ouverture de la saison des classiques pavées samedi prochain avec le Omloop Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche. La planète vélo ne s’arrête jamais de tourner !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*