Alberto Contador fête aujourd’hui ses 34 ans

Source : cyclingnews

Né le 6 décembre 1982, Alberto Contador est considéré comme l’un des meilleurs et plus beaux grimpeurs de l’histoire du cyclisme. Il a marqué la dernière décennie, avec des raids spectaculaires en montagne, comme on en voit plus aujourd’hui. Revenons ensemble, sur la grande carrière de l’Espagnol.  

Alberto Contador est né à Pinto, en banlieue madrilène. Très vite remarqué par ses qualités en montagne, il est surnommé « Pantani » dans le peloton de la capitale espagnole. poursuivant ses classes au sein de l’équipe de jeune de la ONCE, il devient champion d’Espagne espoir du contre-la-montre en 2002, puis, l’année suivante, passe dans l’équipe professionnelle espagnole, ONCE-Eroski, dirigée par Manolo Saiz avec qui il nouera des liens très particulier.

Lors de sa première saison professionnelle, à seulement 20 ans, il remporte le contre-la-montre du Tour de Pologne. Mais tout à failli s’arrêter à la suite d’une lourde chute lors du Tour des Asturies. Plongé pendant le coma pendant 3 semaines, 3 mois sans marcher et 7 mois sans vélo, cette chute marquera fortement sa carrière. De retour au sein du peloton en 2005 dans la formation Liberty Seguros-Würth, il remporte la 5e étape du Tour Down Under, l’une de ses premières courses, un champion est né.

2006, sera marqué par l’affaire Puerto ce qui l’empêche de participer au Tour de France puis par une chute. 2007 et son passage chez Discovery Channel sont un déclic pour celui qu’on surnomme « El Pistolero ». Victorieux sur le Tour de France à la suite de l’exclusion de Michael Rasmussen par son équipe Rabobank, au soir de la 17e étape.Enchaînant les attaques en montagne, il rappelle les longs raids en montagne, du panache, également intraitable en contre-la-montre, Miguel Indurain s’est enfin trouvé un successeur.

Il signe avec l’équipe Astana en 2008 suite à l’arrêt de l’équipe Discovery Channel. Suite aux affaires de dopage de cette équipe l’année précédente, il ne peut défendre sont titre sur le Tour. Il en profite pour ajouter à son palamrès le Giro et la Vuelta. Il devient donc le cinquième coureur à remporter les trois Grand Tours et l’un des trois à réussir le doublé Giro-Vuelta lors de la même saison. La saison suivante, il partage le leadership avec Lance Armstrong, sorti de sa retraite. Malgré cela, il remporte tout sur son passage, le Tour n’est donc qu’une simple formalité malgré les attaques incessantes des Schleck.
En 2010, il assoit sa suprématie avec son 3e Tour de France mais sans panache cette fois-ci à cause de son attaque alors qu’Andy Schleck venait d’avoir un problème mécanique devant ses yeux. Il signe chez Saxo-Bank en 2011, remporte son 2e Giro et tente le doublé Giro-Tour qu’il termine à la 5e place. Cependant, il est suspendu pour dopage le 6 février 2012, perd ses titres acquis en 2010 et 2011 et reprend la compétition, le 5 août 2012, avec la Vuelta en point de mire. Il la remporte avec panache suite à une attaque à 40 kilomètres de l’arrivée lors de la 17e étape.
La saison 2014 sonne comme une résurrection pour le madrilène, en sortant d’une saison 2013 décevante. Très en vu sur le Dauphiné, il est l’un des prétendants sur le Tour qu’il abandonne sur chute lors de la 10e étape. Incertain pour le Tour d’Espagne, il l’écrase avec toute sa classe. En 2015, il retente le doublé Giro-Tour, comme en 2011, il gagne le Giro mais termine 5e du Tour. En 2016, Contador ne parvient pas à faire la différence en montagne comme il avait l’habitude de faire les années précédentes. Il signe chez Trek-Segafredo pour la saison 2017, certainement sa dernière saison, le temps d’un dernier raid en montagne…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*