Ashton Eaton : une légende tire sa révérence

Ashton Eaton aux Jeux Olympiques de Rio 2016 où il a conquis un deuxième titre olympique. (Crédit photo : IAAF)

Ashton Eaton a annoncé sa retraite sportive le 4 janvier 2017. Plus qu’un sportif, c’est une légende du décathlon qui tire sa révérence. Détenteur de deux titres olympiques, pour les jeux de Londres 2012 et Rio 2016, et de deux titres mondiaux, pour les mondiaux de Moscou en 2013 et Pékin en 2015, il est devenu en quelques années le maître d’une des disciplines les plus dures et les plus exigeantes de l’athlétisme.

En effet, le décathlon, comme son nom l’indique, est un sport qui regroupe dix disciplines : le javelot, le 1500m, le 100m, le 400m, le 110m haies, le saut en longueur, le saut en hauteur, le saut à la perche, le lancer de poids et le lancer de disque. Il est souvent comparé aux douze travaux d’Hercule. Les compétitions se déroulent donc le plus souvent sur plusieurs jours, ce qui demande un effort intensif et répété. Ayant battu à plusieurs reprises son propre record du monde, qui est aujourd’hui de 9 045 pts, Ashton Eaton a au fur et à mesure des années forcé le respect de tous ses adversaires. Bien qu’ils aient toujours eu dans l’espoir de le battre, les élèves n’ont jamais réussi à dépasser le maître. Kevin Mayer, notre français qui est devenu son dauphin en décrochant la médaille d’argent aux Jeux de Rio, lui a d’ailleurs rendu un bel hommage sur les réseaux sociaux et est devenu l’un des acteurs de la célèbre photo de la finale du décathlon.

Ashton Eaton et Kevin Mayer se congratulent après la dernière épreuve du décathlon des Jeux de Rio 2016, au bord de l’épuisement. (Crédit photo : l’Express)

Raccrochant les pointes en même temps que son épouse Brianne Theisen-Eaton, heptathlonienne, Ashton Eaton pense avoir à 28 ans donné tout ce qu’il avait à donner pour son sport, comme le prouve son twitte :

Le décathlon est en effet un sport qui demande énormément de sacrifices, puisque l’athlète doit maitriser dix disciplines différentes. Ashton Eaton laissera à coup sûr l’image d’un homme humble, qui aurait mérité la même couverture médiatique qu’un Usain Bolt, tant ses performances physiques dépassaient l’entendement. On se souviendra surtout d’un sourire, qui arrivait parfois à effacer la douleur de tous ses efforts. Aller au bout de soit même et plus encore, tel était sa devise ainsi que celle de tous les décathloniens. On se souviendra d’un homme avec un mentale d’acier et une force herculéenne. Dix travaux amplement et admirablement réalisés. Chapeau champion !

Aurore Dessaigne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*