[ATP NEXT GEN] Hyeon Chung, le geek sud-coréen

Le tennis asiatique et plus particulièrement la nouvelle génération sud-coréenne grimpe à une vitesse impressionnante au classement ATP. Parmi cette dernière, le jeune Hyeon Chung, avant-dernier prétendant en date à avoir obtenu sa qualification pour les ATP Next Gen Finals. Le sud-coréen et son “geek style” n’ont pas fini de vous surprendre…

 

CARTE D’IDENTITÉ

Nom : Hyeon Chung
Date de naissance : 19 mai 1996
Nationalité : Sud-coréenne
Classement ATP (au 30.10.17) : 55e
Taille / Poids : 188 cm / 87 kg
Pro depuis : 2014
Coach : Hyunjoon Suk
Style : Droitier, revers à deux mains
ATP Comparaison : David Ferrer, Kei Nishikori
Idole : Novak Djokovic
Surface favorite : Dur
Meilleur souvenir tennistique : Demi-Finale de l’ATP 500 de Munich

 

Un enfant de la Bollettieri Academy

Hyeon Chung débute le tennis à l’âge de 6 ans avec ses parents et commence à porter des lunettes pour maintenir sa vue. Il ne les quittera plus jamais sur un court de tennis. Elles deviendront sa marque de fabrique.

En 2008, il remporte le prestigieux tournoi “Junior Orange Bowl Boys” des moins de 12 ans et se fait immédiatement repérer avec son grand frère Hong Chung (aujourd’hui 582e à l’ATP) par les recruteurs de l’Académie Nick Bollettieri, qui a, entre autres, formé Andre Agassi, Jim Courier, Monica Seles, Mary Pierce, travaillé avec les sœurs Williams et dernièrement Kei Nishikori. Alors, le “Laurent Voulzy” sud-coréen prend direction la Floride pour un début de carrière tonitruant chez les juniors.

Dès 2012, il fait une progression impressionnante sur le circuit ITF. Après avoir remporté son premier titre Future à Gimcheon chez les grands, il arrive en finale de Wimbledon Junior 2013 après avoir écarté Kyrgios, Coric et Marterer notamment. Se consacrant très vite au circuit principal, il n’aura été que septième mondial chez les juniors en janvier 2013.

 

Une montée au classement très rapide

Sa carrière prend un tournant en 2014 lorsqu’il remporte son premier titre Challenger à Bangkok en battant en demi-finale le 106e mondial Go Soeda. Il termine l’année à la 173e place mondiale. Il découvre par ailleurs la Coupe Davis en étant appelé en équipe de Corée du Sud.

En 2015, il remporte les tournois Challenger de Burnie en février puis celui de Savannah en avril. Il s’impose encore à Busan en mai et Kaohsiung en septembre. Il est qualifié pour les deux derniers tournois du Grand Chelem. Il perd au premier tour du tournoi de Wimbledon face à Pierre-Hugues Herbert, (8-10 dans le cinquième set), et remporte un match à l’US Open face à James Duckworth avant de s’incliner contre la 5e tête de série Stanislas Wawrinka, dans un match serré (6-7, 6-7, 6-7) de plus de trois heures de jeu. À la fin de la saison, il intègre le top 100 et reçoit l’ATP Award du Joueur s’étant le plus amélioré.

 

Se construire dans l’ombre

Contrairement aux superstars de la Next Gen comme Zverev ou Shapovalov qui ont déjà toutes les lumières éclairées sur eux, Hyeon Chung se construit dans l’ombre. La multitude de tournois en Asie qu’il a joués entre 2014 et 2016 lui a permis de jouer à moindre coût car sa Fédération ne l’aide pas beaucoup. Ainsi, il s’est forgé sur le circuit secondaire Challenger plutôt que de se tourner vers les grands tournois trop vite lorsqu’il n’avait pas les épaules pour gagner. Discret, il joue la carte de l’humilité avec en point de repère la carrière de Djokovic : “Je m’inspire de Djokovic car il a un jeu fantastique et qu’il est très fort mentalement“. Son père ajoute : “Intentionnellement, il ne veut pas parler du tennis. Il ne veut pas se mettre de pression. Il veut juste profiter et jouer“. C’est avec cette mentalité qu’il affiche sa progression de jour en jour, sur le circuit principal désormais.

Son style de jeu pugnace, très agressif en retour de service, se rapproche de celui de David Ferrer. Très bon en coup droit comme en revers, il lui reste néanmoins un compartiment du jeu à améliorer : son service.

 

Blessures et retour tonitruant en 2017

Son année 2016 est gâchée par les blessures et il met fin à sa saison prématurément après Roland-Garros. Il reprend progressivement en 2017, avec une flopée de belles victoires à la clé. Entre autres, il a écarté Alexander Zverev à Barcelone, Gaël Monfils à Munich, Sam Querrey à Roland Garros, David Goffin à Montreal, Roberto Bautista Agut à Shanghai.

L’année 2017 marque également une belle progression en Grand Chelem. Pour la première fois, il a rejoint le troisième tour d’un Grand Chelem à Roland Garros. A l’US Open, il a accroché le 9e mondial, Kei Nishikori (5-7, 4-6, 7-64, 6-0, 4-6) en passant non loin de la victoire. Ce tournoi lui aura “donné l’expérience dont il avait besoin“.

 

Le jeune geek est désormais 55e joueur mondial et sa progression ne devrait plus connaître de coup d’arrêt. Il gagne de manière très régulière sur le circuit ATP. Le tournoi Next Gen est fait pour son profil, lui, qui fait désormais office de “papa” des jeunes joueurs avec toute l’expérience qu’il a acquise.

A propos de Clément Carton 164 Articles
- Fondateur d'Agora Sports depuis septembre 2016 - 21 ans, Lyonnais, M2 Journalisme Sportif à l'EDJ Nice. Envie de partager ma vision du sport. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*