ATP : Un Tsar et un Roi

@Media365

 Haro sur quiconque qualifiera les 250 Series de tournoi de seconde zone. Si en terme de points ou de budget, ils ne sont guère alléchants, il n’en reste pas moins que par moment, ceux-ci sont susceptibles d’être les théâtres de récits grandioses. En ce sens, la galaxie de la balle jaune aura été servie cette semaine, en Moselle et à Saint Petersbourg. Décryptage…

Le dernier carré de l’Open de Metz était largement prévisible. Les pronostiques sur papier ont le franc honneur d’être conforme à une réalité logique. Dominic Thiem affrontait Gilles Simon, à l’heure ou Lucas Pouille se mesurait à David Goffin. Le second a, une fois de plus révélé les tares inhérentes au Belge, soit son physique défectueux. Sa stratégie lui a octroyé une remontada solide lors de l’acte initial. Alors qu’il était mené d’un break d’avance, il a su mettre a mal le Français et l’emmener dans un tie-break qui aurait pu lui coûter la rencontre. L’Autrichien, de son coté, ne s’est pas aisément débarrassé du Niçois qui a le mérite de l’avoir littéralement malmené avant de s’incliner (4-6, 7-5, 6-3). L’ultime opposition, constituait une joute d’espoir, dont le Nordiste est sorti triomphant (7-6, 6-2), ouvrant par la même un compteur que certains estiment, à juste titre, promis à devenir grandiose.

« C’était très dur quand j’étais mené 3-0 dans le dernier set, mais je me suis forcé de continuer à me battre. Et je suis maintenant très heureux d’avoir gagné », Alexander Zverev

 Le tsar de ce dimanche réside en la personne de Alexander Zverev. À l’instar du natif de Grande-synthe, il amorce une probable série de sacres futures.  Aux antipodes de son homologue, à la vue des résultats des mois précédents, l’Allemand ne représentait en aucun cas un vainqueur potentiel. En réalité, sa route aurait été entravé par Milos Raonic, actuel colosse aux pieds d’argiles, mit en déroute par le vétéran Mikhail Youzhny (2-6, 7-6, 6-4). En revanche, le jeune joueur a confirmé son état de forme en pulvérisant Thomas Berdych (6-4, 6-4), de retour après son opération de l’appendicite. Sans doute, les lumières de la planète tennis était-elle particulièrement braquées sur le récent lauréat de Flushing Meadows, Stanislas Wawrinka. Impérial, il a évincé avec un brio sans pareil Lukas Rosol (6-3, 6-1), le croate Viktor Troicki (7-5, 6-2), et l’espagnol Roberto Bautista Agut (7-6, 6-2), avant de s’incliner contre toute attente contre « Sacha » (6-2, 3-6, 7-5). L’originaire d’Hambourg renoue avec ses standards et stoppe net le cycle du Suisse systématiquement victorieux sur ses douze dernières finales.

 De facto, la course vers l’O2 Arena de Londres est quelque peu altérée. Les champions du jour atteignent, à titre indicatif, la dix-huitième (Pouille) et vingt-quatrième (Zverev) place. Les succès antérieurs du Lausannois ont verrouillé sa qualification, les interrogations pèsent donc sur Kei Nishikori (5), Gael Monfils (6) et Rafael Nadal (8). Préalablement au World Tour Finals, la tournée asiatique est un vivier d’occasions à saisir. Dès demain, Shenzhen (Bernard Tomic, Ryan Harrison, Fabio Fognini, Richard) et Chengdu (Radek Stepanek, Grigor Dimitrov, Feliciano Lopez, Kevin Anderson, Nick Kyrgios) commencent, avec de sérieux clients. Le rendez-vous paroxystique de cette visite chinoise correspond au Masters de Shanghai (9/10 – 16/10). L’année passée, Novak Djokovic avait dominé Jo-Wilfried Tsonga (6-2, 6-4) au bout du tunnel. À cette époque, les forces en présences n’était clairement pas identiques aux actuels cavaliers du circuit. Le numéro un au classement ne semblait pas aussi affaibli qu’aujourd’hui, son dauphin non plus…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*