[AU CŒUR DE L’EUROPE] L’Atletico de Madrid douche le Bayer Leverkusen

Diego Simeone, satisfait des trois points empochés par les Colchoneros

L’Atletico se rapproche des huitièmes de finale après cette victoire acquise grâce à ses supersubs au terme d’un match joué sur un petit rythme. Le Bayer Leverkusen se rapproche d’une élimination de toute compétition européenne.

« J’ai dit à ma petite amie:  “Allons au Brésil, je ne tiens plus. Allons à la maison. ” » Pour son premier match en Liga avec les Colchoneros, Renan Lodi, arrivé à Madrid en juillet dernier, est expulsé. Empli de doutes, sa situation l’angoisse, et le rendait « nerveux à l’entraînement ». Après ce carton rouge et un match de suspension purgé, le jeune latéral de vingt-et-un ans revient tout feu tout flamme avec le maillot rouge, émerveille l’Espagne et l’Europe et n’a pas manqué un match (huit titularisations consécutives et une entrée en jeu : samedi dernier contre Valence). Mardi soir, au Wanda Metropolitano, Renan Lodi a été dans tous les bons coups de son équipe et notamment à la passe décisive d’un magnifique centre pour la tête de Morata (1-0, 78e). Présent offensivement avec deux passes clés (dont une décisive), un tir cadré (le seul côte colchonero hormis le but) et trois dribbles réussis (sur les huit réussis par tous les joueurs de l’Atletico), l’ancien latéral de l’Atletico Paranense a également démontré les progrès défensifs réalisés sous les ordres de Simeone avec deux interceptions, cinq duels gagnés et un tacle réussi.

L’Atletico efficace, le Bayer manque de justesse

Dans ce match où les deux équipes ont fait preuve d’une grande faiblesse technique, Lodi a apporté l’étincelle et guidé ses coéquipiers face à un Leverkusen, joueur mais en manque de confiance (deux défaites et un nul sur les trois derniers matchs) et de solution face au bloc compact de l’Atletico. 

Les onze joueurs de l’Atletico de Madrid sont dans leur moitié de terrain (capture d’écran RMC Sport)
Huit Colchoneros dans leur surface pour défendre la cage d’Oblak (capture d’écran RMC Sport)

« On a manqué de justesse dans la dernière passe dans le dernier tiers du terrain, souligne Peter Bosz, le coach du Bayer. On n’a pas pu se procurer beaucoup d’occasions ». Avec 83 % de passes réussies, les Allemands sont en dessous de leur moyenne depuis le début de la saison : 88 %. A l’approche de la zone de vérité et du dernier tiers, cette moyenne chute à 69 %. La volonté de construire des Allemands, à l’image des cinquante-et-une passes échangées entre les frères jumeaux Bender (record du match) l’un défenseur central et l’autre latéral gauche, a donc été contrecarré par le manque de justesse technique dans les zones cruciales. Aucun centre sur les dix-sept tentés n’est arrivé à destination et un seul corner sur les sept joués a trouvé preneur : difficile dès lors de se procurer des occasions (zéro grosse occasion recensée). Les Allemands ont tenté douze tirs mais la moitié des tentatives ont été contrés par un défenseur, surtout sept tentatives sur ces douze sont venus d’en dehors de la surface. Nouvelle preuve de la solidité défensive de l’Atletico de Madrid malgré la sortie prématurée sur blessure du roc Gimenez, remplacé au quart d’heure de jeu par Hermoso. Kai Havertz, le prodige allemand de vingt ans, a bien essayé de guider le jeu de son équipe en touchant des ballons parfois très bas. Mais, son apport aux abords de la surface a été restreint malgré un placement entre les lignes souvent bien senti. 

Kai Havertz s’est baladé sur le terrain pour distribuer le jeu (en bleu les passes réussies) via Stats Zone

Maîtres du ballon, les joueurs du Bayer Leverkusen ont laissé échapper des points cruciaux pour espérer continuer à fouler les pelouses européennes cette saison . Ils ne comptent aucun point après trois journées. L’Atletico, lui, se positionne en tête de ce groupe avec la Juventus (sept points tous les deux) et a su tirer le maximum de ce but marqué dans un match loin d’être maîtrisé.

Des milieux Colchoenros méconnaissables

Les milieux de terrain de l’Atletico, d’habitude si justes techniquement afin de profiter au mieux des phases de transition, ont pêché dans les transmissions et ont été loin de leur standard habituel. Thomas Partey a réussi 75 % de ses passes (92 % de moyenne en championnat et 86 en Ligue des champions), Saul Niguez 65 % (85 % de moyenne en Liga et 81 % en Ligue des Champions) et Koke 72 % (84 % de moyenne en Liga et 89 % en Ligue des champions). Les Espagnols n’ont pas pu apporter de danger réel sur le but de Hradecky durant la partie, mais une seule action a suffi à leur bonheur. Lemar (sept passes réussies sur sept tentées et deux dribbles réussis), auteur d’un décalage parfait pour Lodi, et Morata, buteur, (un tir, un tir cadré, un but pour un seul ballon touché dans la surface), tous deux remplaçants au coup d’envoi, ont permis à l’Atletico d’entrevoir sereinement la suite de cette Ligue des champions. Mais, à l’image des remplaçants, debout à quelques secondes du coup de sifflet final, ces trois points n’ont pas été aisés à empocher et Simeone conclut parfaitement, « les buts te donnent toujours de la confiance et la victoire nous donne plus d’ambition. »

Devant leur banc de touche, les Colchoneros sont prêts à exulter (Capture d’écran RMC Sport)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*