[BILAN] Saison 2017 : Le bilan des pilotes (Partie 2)

Le trophée pour lequel tous les pilotes se battent.

En toute logique, après le bilan des écuries, il est de bon ton de parler des pilotes et de dresser nos notes sur cette saison 2017 de Formule 1.

Mercedes

Lewis Hamilton : 11 pôles positions, 9 victoires, 13 podiums, 20 courses dans les points, 0 abandons, 363 points marqués, 1er au classement. 19/20

Vous allez surement râler. Il est vrai que la saison d’Hamilton a été parfaite… ou presque. Il faut rappeler qu’il doit son titre aussi à la mauvaise performance des Ferrari en Asie. Mais si on lui retire un point, c’est pour son accident en qualification au Brésil. Un pilote de ce standing ne doit pas se permettre de telle arabesque. Nul doute qu’il souhaitera réaliser une saison parfaite en 2018.

Valtteri Bottas : 4 pôles positions, 3 victoires, 13 podiums, 19 courses dans les points, 1 abandons, 305 points marqués, 3ème au classement. 9/20

Ne pas finir 2ème du classement des pilotes est un échec quand on est deuxième pilote Mercedes. Mais plus que ça, ce qui a marqué la saison de Bottas c’est son manque de rythme. Il a toujours semblé à la ramasse par rapport à son coéquipier et les Ferrari. Certes, il accrochera 3 victoires, les trois premières de sa carrière, mais on notera ses départs foireux, notamment lorsqu’il est en pôle. Gageons que le Finlandais arrivera mieux préparé en 2018 et qu’il sera un vrai rival à son collègue Anglais.

Ferrari

Sebastien Vettel : 4 pôles positions, 5 victoires, 13 podiums, 18 courses dans les points, 2 abandons, 317 points marqués, 2ème au classement. 7/20

Est-on sévère avec l’Allemand ? Peut-être. Mais on est obligé de le sanctionner pour Singapour. Ce départ qui provoque l’abandon de Verstappen, Raikkonen et le sien. Cette déviation vers la droite qui va décider du sort du championnat. Alors que la F1 allait effectuer sa tournée asiatique, avec 3 circuits plus propices aux caractéristiques des Ferrari, les deux titres ont finalement basculé chez Mercedes. D’autant plus frustrant que la Ferrari est intrinsèquement meilleure que la Mercedes. On espère que 2018 sera l’année du cheval cabré.

Kimi Raikkonen : 1 pôles positions, 0 victoires, 7 podiums, 16 courses dans les points, 3 abandons, 205 points marqués, 4ème au classement. 14/20

Chaque saison on l’envoie à la retraite et chaque saison il continue de montrer son niveau. Un coéquipier formidable, capable de hausser son niveau pour remporter des points importants. Il a malheureusement été victime des problèmes de fiabilité de sa voiture en Malaisie. Sinon, il faut souligner ses conversations radios qui sont hilarantes. Il est en roue libre et c’est tellement plaisant. Il faut en profiter puisque 2018 risque d’être sa dernière saison.

Red Bull

Daniel Ricciardo : 0 pôles positions, 1 victoires, 9 podiums, 14 courses dans les points, 6 abandons, 200 points marqués, 5ème au classement. 13/20

Tout ou rien pour le souriant Australien. Soit il finit dans les points, soit il ne finit pas. Et c’est dommage parce qu’il échoue à passer devant Raikkonen pour un rien au classement. 3 abandons en 4 courses en fin de saison, de quoi avoir des regrets. Il a subi la non fiabilité de sa monoplace. On retiendra son magnifique dépassement en Azerbaidjan et on espère voir la Red Bull a un niveau supérieur l’an prochain.

Max Verstappen : 0 pôles positions, 2 victoires, 4 podiums, 13 courses dans les points, 7 abandons, 168 points marqués, 6ème au classement. 14/20

Quelle malchance pour le néerlandais ! Un retour de karma qui a surement endurci le jeune pilote. Entre Bahrein & la Grande-Bretagne, 7 courses, 5 abandons. De quoi vous flinguer une saison. Pourtant, on a aperçu tout le talent de Verstappen en Malaisie & au Mexique ou il a remporté les deux évènements. De quoi permettre un pronostic un peu risqué, mais qu’on assumera. Il sera champion du monde 2018. On a confiance en la capacité de Red Bull a sortir une voiture compétitive et fiable. Couplé au talent de Max, il risque d’y avoir des trophées pour Helmut Marko.

Force India

Sergio Perez : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 17 courses dans les points, 2 abandons, 100 points marqués, 7ème au classement. 11/20

Il s’agit du leader de l’équipe de part son expérience. Sergio Perez est à Force India depuis 4 saisons maintenant et pour la première fois, il s’est senti en danger. Alors qu’il aurait du montrer sa domination, il a répondu à son coéquipier par des placements douteux en piste et des actions qui auraient pu avoir de graves conséquences en Belgique notamment. Il finit devant Esteban Ocon au classement des pilotes, mais il n’en sort pas grandi.


Esteban Ocon : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 18 courses dans les points, 1 abandons, 87 points marqués, 8ème au classement. 17/20

Première saison complète pour l’Andalou. On se doit de vous le rappeler parce qu’on a eu l’impression de voir un pilote expérimenté lors de cette année 2017. Sang froid, dépassements, pilotage propre, Esteban Ocon a montré que Mercedes a eu raison de miser sur lui plutôt de Pascal Werhlein. Il a battu le record du plus grand nombre de course sans abandon pour un rookie avec 27 d’affilée. Il a clairement montré qu’il avait le caractère, le pilotage pour aller très loin dans ce sport. Et si c’était lui la relève ?

Williams

Felipe Massa : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 13 courses dans les points, 2 abandons, 43 points marqués, 11ème au classement. 10/20

La véritable dernière saison de Felipe Massa aura été discrète. Pas de coups d’éclats, rien à se mettre sous la dent avec une Williams qui perd en performance année après année. Même son adieu au Brésil aura été terne. L’année de trop ? Peut être. Surtout après les adieux sublimes qu’on avait eu en 2016. Il faut quand même reconnaître un grand monsieur de ce sport. Au même titre que Mark Webber, il n’aura jamais eu son titre de champion, alors qu’il l’aurait mérité. Obrigado Felipe.

Lance Stroll : 0 pôles positions, 0 victoires, 1 podiums, 7 courses dans les points, 4 abandons, 40 points marqués, 12ème au classement. 12/20

Que ce fut laborieux pour Lance Stroll. Trois abandons en 3 courses et les premières critiques qui pleuvent sur le jeune Canadien. Il faut dire que son statut de pilote payant n’aide pas. Mais il a su se ressaisir et obtenir le seul podium de l’écurie Williams cette saison. La saison qui arrive sera un vrai test. On saura si Lance Stroll a les épaules pour durer, ou si c’est une fraude. On lui espère un autre destin que Pastor Maldonado.

Renault

Carlos Sainz Jr : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 10 courses dans les points, 8 abandons, 54 points marqués, 9ème au classement. 12/20

Saison particulière pour Carlos Sainz. L’Espagnol aura été au centre de l’attention pendant toute l’année à cause de son transfert chez Renault. Il faut dire que l’écurie Française en avait marre de Jolyon Palmer. La période Renault de Sainz aura été marquée par des abandons dus au moteur français qui n’a pas supporté les différentes altitudes de la fin de saison. Quant à Toro Rosso, il a porté l’équipe. Il a enterré son coéquipier de l’époque, provoquant son départ. L’an prochain il sera clairement un pilote à suivre.

Nico Hulkenberg : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 8 courses dans les points, 7 abandons, 43 points marqués, 10ème au classement. 11/20

C’était la recrue de l’été pour Renault. Et sans nul doute il a battu son coéquipier sans aucune forme de respect. Il faut dire que Nico Hulkenberg est un pilote reconnu du peloton. Maintenant, avec une voiture encore jeune, difficile de faire les mêmes résultats qu’avec une Force India déjà bien implantée. Sa rivalité avec Sainz l’an prochain risque de faire des étincelles.

Jolyon Palmer : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 1 course dans les points, 4 abandons, 8 points marqués, 17ème au classement, viré après le 16ème Gp. 5/20

50 points marqués par les coéquipiers de Palmer entre 2016 & 2017 contre 9 pour l’Anglais. Voilà voilà. Merci d’être passé Jolyon.

Toro Rosso

Daniil Kvyat : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 10 courses dans les points, 8 abandons, 5 points marqués, 19ème au classement, écarté pour les Gp 14 & 15 puis viré après le 16ème Gp. 5/20

De grand espoir du sport automobile Russe à viré en pleine saison. Le tout en 2 ans. Terrible destin pour Daniil Kvyat. Une pensée pour Jean-Eric Vergne qui s’est fait piquer sa place à Red Bull par le Russe, qui se retrouve pilote d’essai Ferrari pour 2018 à la place de… Jean Eric Vergne. Merci d’être passé Daniil.

Brendan Hartley : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 0 courses dans les points, 2 abandons, 0 points marqués, 23ème au classement, arrivé pour les 4 derniers gp. 10/20

Obligé de mettre la moyenne pour le rookie Australien. Il a été confirmé pour la saison 2018 après ses bonnes performance dans une Toro Rosso très peu performante. On jugera donc sur une saison complète pour voir s’il est talentueux. Il ne faut pas qu’il traîne. Il est âgé de 28 ans.

Pierre Gasly : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 0 courses dans les points, 0 abandons, 0 points marqués, 21ème au classement, arrivé pour les 6 derniers gp. 10/20

Même note que pour son collègue. Difficile de juger sur 5 courses (Il n’était pas la aux USA, il devait courir la finale du championnat de Superformula au Japon). Il arrive avec plein de promesses et surtout, son futur pourrait être très brillant. On sait que la situation contractuelle de Ricciardo va être un dossier chaud pour Red Bull. En cas de bonnes performances, Gasly pourrait atterrir dans le baquet de la maison mère d’ici quelques années. C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Haas

Romain Grosjean : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 8 courses dans les points, 3 abandons, 28 points marqués, 13ème au classement, 13/20

Les Formulix vont dire que Romain Grosjean ne provoque que des accidents. 3 abandons cette saison, aucun par la faute du Français. Et quand il percute Ocon au brésil, c’est qu’il subit une crevaison provoquée par un choc avec Stoffel Vandoorne. Mais bon, les clichés ont la peau dure. Avec une Haas qui ne progresse pas, Grosjean effectue un sacré boulot. Et il termine devant son coéquipier. On lui souhaite une voiture vraiment meilleure pour qu’il accroche plus de points.

Kevin Magnussen : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 5 courses dans les points, 5 abandons, 19 points marqués, 14ème au classement, 4/20

Kevin, tu es dégueulasse. Dans ton comportement sur et en dehors de la piste. T’es jamais en tort, tu fais que de te plaindre. Maintenant, va falloir que tu te sortes les doigts et que tu montres ton talent. Sinon, Haas se fera un plaisir de te dégager. Du moins, on l’espère.

McLaren-Honda

Fernando Alonso : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 5 courses dans les points, 8 abandons, 17 points marqués, 15ème au classement, 19/20

Fernando, on t’aime. On aime tes saillies verbales à la radio. On adore ton pilotage toujours au top malgré tes 36 ans. Tu nous vends du rêve à chaque course et rien que pour ça, merci. De plus, tu as montré en fin de saison que la McLaren était une voiture au grand potentiel. L’an prochain, tu es finalement débarrassé de ce moteur Honda calamiteux, au profit d’un moteur Renault bien meilleur. On attend de grandes choses de ta part. Et si tu pouvais nous claquer les 24h du Mans en bonus, tu serais encore plus une légende.

Stoffel Vandoorne : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 3 courses dans les points, 6 abandons, 13 points marqués, 16ème au classement, 14/20

Il devait montrer que toutes les bonnes choses dites sur lui étaient vraies. Le Belge a prouvé qu’il avait sa place en Formule 1. Loin d’être ridicule en piste, il s’est même adjugé quelques bons points, avec deux 7ème places d’affilée à Singapour et en Malaisie. Pour sa première saison complète dans un baquet, on a été conquis. Il ne reste plus qu’à confirmer tout ça en 2018.

Sauber

Pascal Werhlein : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 2 courses dans les points, 3 abandons, 5 points marqués, 18ème au classement, 15/20

Sauber est une écurie qui part de très loin mais qui est très bien gérée. Pendant quelques années, il faut faire le dos rond avant de les voir à la lutte avec les Toro Rosso ou les Haas. C’est pour cela que l’on récompense Werhlein. Marquer des points avec une voiture aussi faible relève presque du miracle. C’est donc tout naturellement qu’il n’a pas été conservé pour 2018. Un pilote affilié Mercedes, dans une écurie Ferrari ça la foutait mal. Et en plus, ce n’est pas un pilote payant. Facteur aggravant dans une Formule 1 de plus en plus gourmande.

Marcus Ericsson : 0 pôles positions, 0 victoires, 0 podiums, 0 courses dans les points, 6 abandons, 0 points marqués, 20ème au classement, 11/20

C’est pas fameux, mais ça aurait pu être pire. On aurait pu être en train de parler de Felipe Nasr. Le Suédois amène beaucoup d’argent, ce qui fait qu’il est presque intouchable. Il faudra quand même élever son niveau en 2018 pour à nouveau marquer des points. Une sensation qu’il n’a plus connue depuis 2015. Sauber aura besoin de marquer des points pour mieux finir dans le classement des constructeurs. C’est ce dernier qui attribue les sommes d’argent distribuées par la FIA pour l’année suivante. Plus on est haut, plus on touche. Tel sera l’objectif de Sauber. Sortir de cette place de dernier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*