Les Bucks face aux Playoffs : un acte manqué devenu opportunité

Middleton, Giannis, Parker - toujours le core des Bucks ? (c) sportsoftheday

Comme tous les ans, la mi-avril annonce le départ d’une nouvelle campagne de Playoffs. La partie la plus importante de la saison. Milwaukee sort d’une nouvelle saison décevante. Pourtant ses joueurs performent mais l’assemblage des pièces est loin d’être optimal. Et l’horloge tourne.

Une saison en tous points frustrante pour les Bucks

Après leur défaite l’an dernier au premier tour, on pensait les Bucks enfin lancés vers les sommets. Même si leur core n’a jamais vraiment pu évoluer ensemble depuis leur arrivée, beaucoup les voyaient se battre pour l’avantage du terrain à l’est. Les dirigeants ont même décidé de sauter sur l’opportunité Bledsoe en début de saison. Pourtant la saison régulière de Milwaukee apparaît comme un point d’arrêt. Pour preuve, Jason Kidd a été débarqué en cours de saison alors que l’équipe luttait pour finir en Playoffs.

Cette équipe est moins que la somme de ses parts, c’est assez clair aujourd’hui. Giannis, Middleton voire Bledsoe font tous leur meilleure saison statistique de carrière mais les Bucks sont la seule équipe engagée en Playoffs qui a un net rating négatif. Cela fait près de deux ans qu’on attend que Milwaukee passe à l’étage supérieur. Ce premier tour face à un Boston très affaibli semble être l’occasion idéale.

Une nouvelle étape pour Giannis

Giannis est considéré aujourd’hui comme le deuxième meilleur joueur de la conférence Est, sans discussions. Pourtant il n’a toujours pas gagné une seule série de Playoffs. Il n’est pas question ici de dire que le Freak n’a pas tenu son rang en post saison. L’an dernier face aux Raptors, il a par exemple tourné en 24.8 pts, 9.5 rbds, 4 asts, 2.2 stls et 1.7 blks en moyenne. Le Grec était sans débat le meilleur joueur sur la série, et malgré cela les daims se sont inclinés en 6 matchs.

Après son titre de MIP l’an dernier, Antetokounmpo est entré dans une autre dimension. Giannis est aujourd’hui une star. Cette année il réussit encore une saison incroyable (26.9 pts, 10 rbds, 4.8 asts, 1.5 stls, 1.4 blks) qui lui vaudra probablement quelques nominations au titre de MVP. Il a clairement progressé cette année, son jumper semble bien plus fluide par exemple. L’ailier a également affirmé son leadership.

Vu le calibre de sa saison, les Bucks devraient truster le haut de leur conférence mais son équipe a un différentiel de -7 quand Giannis n’est pas sur le terrain (+2.4 quand il est sur le parquet selon Cleaning the Glass). Le Greak Freak n’est pas responsable des mauvais schémas de jeu de ses coachs. Mais les Playoffs sont un autre animal que la saison régulière, le talent prévaut. Et dans ces conditions, le Grec a tout, à même pas 24 ans. L’enfance et la découverte de la NBA prennent fin, Giannis est prêt pour remporter une série et devenir une superstar. Une victoire que la franchise attend depuis 2001.

Dernière évaluation avant les choix de cet été

Cette campagne de Playoffs est capitale pour la suite des Bucks. Comme énoncé auparavant, Milwaukee a presque perdu un an lors de sa saison régulière. La direction de la franchise tient une pépinière qui approche de la maturité et qui semble être amenée à évoluer au plus haut niveau à moyen terme. Mais il faut bien avoir en tête la situation de Milwaukee.

La question demeure par contre concernant la nature du supporting cast de Giannis. La saison régulière n’a au final pas pu répondre à ces questions. Et au regard des décisions qui vont arriver pour les Bucks, il n’y a plus de temps. Joe Prunty le coach intérimaire n’a pas réussi à changer la tendance de l’équipe. Le système défensif a bien changé (fin des blitz inutiles du porteur de balle) mais l’équipe demeure l’une des plus mauvaises défenses de ces playoffs. Cet été, la franchise doit décider de la marche qu’elle veut suivre pour épauler sa licorne pour les 3 années à venir.

Il n’est pas question ici de parler d’un éventuel départ du grec, qui a envoyé tous les signaux contraires. Mais d’ici un an tous ses lieutenants seront passés par la case agent libre. Jabari Parker est agent restreint cette été alors que Middleton (PO), Bledsoe et Brogdon sont agents libres en 2019. C’est un simple calcul, quand il faudra prolonger Giannis ou lui proposer une extension en 2020, il n’y aura probablement plus d’espace sous le cap pour améliorer sa squad de façon significative. Et ils ont donc une campagne de Playoffs pour déterminer si Jabari fait partie du futur des Bucks. Et une décision sur l’ailier fort entraîne une décision sur Middleton ou Bledsoe. Ça ne s’arrête pas aux deuxième et troisième hommes, quel avenir pour Maker qui sort d’une saison décevante ?

Milwaukee approche de la zone de turbulences. Ces périodes décisives qui séparent les contenders dans la durée des opportunités manquées malgré un top player. Et les Bucks qui n’ont pas gagné une seule série depuis 2001 ont vraiment besoin d’un signe positif après cette saison morose. Le seeding leur a offert une opportunité presque inestimable d’atteindre les finales de conférences. Mais ça paraît également le style d’occasions qu’ils sont tout à fait capables de laisser passer.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*