[DEBAT] Le mercato hivernal doit-il être supprimé ?

Mercato
L'OM a animé le mercato hivernal 2017, avec notamment l'arrivée de Dimitri Payet - (c) http://www.huffingtonpost.fr

Apparu en 1996, le mercato hivernal n’a jamais vraiment fait l’unanimité dans le monde du football. Barré par l’ampleur de la période estivale et ses nombreux énormes transferts, ce mois de janvier n’a connu que très peu de grosses acquisitions. Si certains entraîneurs y voient une possibilité d’ajuster au mieux leur effectif, d’autres y trouvent surtout un souci d’équité sportive qui peut fausser la donne du championnat. Le mercato hivernal devrait-il donc être supprimé ? La rédaction d’Agora Sport vous propose de répondre à l’une des plus grandes interrogations du football actuel.

Un mercato… utile !

Dans un premier temps, le mercato hivernal n’a pas que des mauvais côtés. Souvent considéré comme un marché d’opportunités, cette fenêtre de transfert a surtout l’objectif de pouvoir réaliser des ajustements au sein d’un effectif. En effet, il peut être très difficile pour un entraîneur de s’en faire une idée précise après seulement quelques journées de championnat. Après déjà 6 mois de compétition, le technicien peut repérer les lacunes de son effectif si les comptes le permettent et tenter de résoudre certains de ces problèmes en janvier avec l’arrivée d’un ou plusieurs renforts. Autre exemple d’ajustement, le coach aurait changé de stratégie au cours de la saison et souhaiterait s’attacher les services d’un nouveau profil au sein de son équipe. Les entraîneurs peuvent aussi s’appuyer sur cette période de transfert pour remplacer un titulaire. Soit à cause d’une méforme, soit d’une blessure ou d’un départ pour la Coupe d’Afrique des Nations, le technicien peut revoir ses plans au mois de janvier et trouver une recrue. On peut trouver plusieurs exemples qui justifient ce type de transactions.

Cet hiver, la méforme d’Angel Di Maria a permis au PSG de tout faire pour s’attacher les services de Julian Draxler. Cette arrivée a pu instaurer une nouvelle concurrence au sein du club parisien. Autre exemple, la grave blessure de Robert Beric la saison dernière avec Saint-Etienne avait obligé les Verts a recruter Alexander Soderlund lors du mercato hivernal. Enfin, cette fenêtre peut avoir une utilité pour les clubs qui ne s’attendaient pas à jouer le maintien en début de saison et qui doivent alors investir durant l’hiver pour éviter une catastrophe en fin de saison et des pertes financières énormes.

Plus qu’un mercato, un marché

Mais ce mercato n’a pas qu’une simple utilité pour les équipes, en effet c’est surtout pour les joueurs que cette période offre des opportunités. Celle-ci permet surtout aux joueurs en manque de temps de jeu d’avoir la possibilité de changer de club. On peut alors évoquer la venue de Mario Balotelli en 2013 à l’AC Milan. Alors qu’il sortait d’un Euro très convaincant, l’Italien n’avait pas réussi à faire l’unanimité à Manchester City et avait donc choisi de revenir dans son pays natal. Ou alors, un joueur peut tout simplement vouloir quitter son club actuel car un club plus huppé lui propose un transfert, même si dans les faits cela reste majoritairement un fait de mercato estival. Dans ce cas là, cela entraîne le club qui perd le joueur à recruter un remplaçant après son départ. Cela permet donc de réguler le marché et de ne jamais le laisser inactif.

Là, on peut prendre un exemple qui a entraîné plusieurs transferts. Wolfsburg a remplacé le départ de Draxler avec la venue de N’tep, de ce fait le Stade Rennais a récupéré le prêt d’Aldo Kalulu, ce qui a permis l’OL de libérer une place pour faire venir Memphis Depay. Un exemple parmi tant d’autres… La dernière chose à prendre en compte sur le mercato hivernal concerne désormais les clubs rachetés. Cette période de transfert permet de faire un premier état des lieux aux investisseurs qui sont arrivés après le mois d’août. Récemment, deux clubs français ont investi massivement durant le mois de janvier dernier. En effet, Lille et Marseille ont vu l’arrivée de nouveaux investisseurs et ont permis aux deux équipes d’animer comme jamais la période des transferts. Si cela est intéressant pour les clubs et les supporteurs, en commençant le projet plus tôt, cela peut aussi faire apparaître de nouveaux soucis d’équité sportive…

Vers une suppression du mercato hivernal ?

Certains entraîneurs aimeraient voir disparaître cette période de transfert. Cette fenêtre pose énormément d’interrogations quant à l’équité sportive durant les championnats. Il est clair que l’arrivée d’un ou plusieurs joueurs peut fausser le verdict d’un exercice. En prenant l’exemple de l’arrivée des investisseurs à l’OM et des nombreuses recrues, cela pourrait permettre aux Marseillais de glaner une place qualificatif pour la prochaine Europa League, place qu’il aurait été difficile d’obtenir sans toutes ces recrues. Les supporters de Guingamp ou de Saint-Etienne peuvent se sentir lésés.

Même cas de figure pour le LOSC. Les Lillois ne sont pas à leur avantage cette saison et ne s’attendaient pas à jouer le maintien. Heureusement pour eux, l’arrivée de Gérard Lopez et de très nombreuses recrues durant l’hiver devrait permettre aux Dogues de ne pas être inquiétés en fin de saison. Une situation très difficile pour toutes les autres équipes qui cherchent à éviter la relégation et qui n’ont pas les moyens de recruter. Cela peut alors faire penser au démarrage d’un second championnat, et se sauver seulement grâce à l’arrivée des recrues alors que les autres équipes se battent avec leurs moyens depuis le début du championnat. Tout en faussant la donne sur le terrain, cette initiative peut aussi défavoriser certaines équipes.

Si le mercato hivernal se termine fin janvier, certaines équipes ont donc déjà joué leur match aller et retour face à certains concurrents et peut donc tout bouleverser. Le cas de figure qui exprime au mieux cette éventualité concerne Newcastle et Arsenal. Les Magpies avaient recruté massivement durant l’hiver il y a quelques saisons au point d’avoir plusieurs nouveaux titulaires. L’équipe avait rencontré Arsenal pour la deuxième fois, alors qu’elle avait déjà joué face à certains autres cadors. Arsène Wenger s’était alors plaint de cette période hivernale, en appuyant sur le fait que les Gunners avaient affronté une équipe totalement différente que ses principaux rivaux. Sur le fond, le technicien français n’a pas vraiment tort…

Si cela pose beaucoup de problèmes quant à l’équité sportive, comme si l’on recommençait un championnat en janvier, cela peut aussi faire très mal aux clubs. L’arrivée d’un grand nombre de joueurs dans une équipe peut bouleverser la cohésion de l’effectif. C’est pour cela que les clubs les plus huppés ne font pas de nombreuses grosses acquisitions durant cette période. En effet, cela pourrait changer le court de la saison et être néfaste à la bonne ambiance d’un effectif. De plus, les recrues n’ont pas beaucoup de temps pour s’adapter car la compétition ne s’arrête pratiquement pas. Au contraire du mois d’août, où les effectifs partent souvent en stage de préparation et permettent alors au mieux d’intégrer les nouveaux joueurs. En plus de cela il faut savoir que les joueurs ayant participé à la Ligue des Champions en première phase ne peuvent pas évoluer avec un autre club durant la seconde phase. Une restriction qui freine souvent les grosses cylindrées qui ne voient pas l’intérêt de faire venir un joueur uniquement pour le championnat et les coupes, sauf grosse opportunité. Pleins de points à améliorer pour rendre ce marché plus attractif que jamais.

Si le mercato hivernal est aussi contesté, il ne devrait vraisemblablement pas voir son existence remise en cause. Cette période a des atouts indispensables même s’ils ne font pas l’unanimité. Le fait de pouvoir remplacer un joueur blessé, sans utiliser le joker médical qui offre énormément de restrictions, peut être très important mais aussi pour les joueurs partis à la CAN sans trop étouffer son effectif en début de saison. D’un autre côté, si cette fenêtre n’offre pas d’énormes mouvements, les prochaines années pourraient changer la donne. Avec l’expansion des clubs chinois et leur marché qui reste ouvert jusqu’à fin février, ces grosses acquisitions vont offrir des fonds négligeables à certains clubs comme Chelsea ou le Zénith cette année (avec le départ d’Oscar ou de Witsel). Cela devrait malheureusement continuer à donner plus de moyens aux gros clubs au profit des moins huppés. Donc même si ce mercato se montre aussi déloyal, le mieux serait de poser quelques réglementations dans l’objectif de ne pas fausser l’équité sportive d’un championnat. Par exemple en limitant le nombre d’acquisitions ou un certain montant dépensé dans le mois. En tout cas, une chose est certaine ce mercato hivernal risque encore de faire beaucoup parler dans les prochaines années avec l’explosion des montants de transfert et le fossé qui se creuse entre les clubs les plus riches et les autres.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*