Une défaite amère et une remise en question pour la Team Yavbou

L'équipe de France s'incline face aux tchèques et ne défendra pas son titre de championne d'Europe. Crédit photo : Julien Crosnier

Hier soir, l’équipe de France a été éliminée des championnats d’Europe de volley-ball par la République Tchèque. En Pologne, les bleus venaient avec le statut de favori, tenants du titre et vainqueurs de la Ligue Mondiale. Mais les joueurs de Laurent Tillie n’ont jamais réussi à retrouver le jeu qui a fait leurs plus belles heures.

La tête est basse, le regard fuyant et la déception, immense. Les Bleus ont abandonné leur fauteuil de tenants du titre hier soir en Pologne, à l’issu d’un match bien loin de leurs habitudes. Cette Team Yavbou, qui a construit sa légende sur son insouciance, son talent et sa folie, était absente du parquet. Il n’y avait que des joueurs jouant les uns à côté des autres et qui avaient oublié comment jouer en équipe. Ce collectif qui a fait jadis leur fortune et aujourd’hui la cause de leur déroute.

Dès le premier match contre la Belgique, les bleus de Laurent Tillie ont très vite montré leurs limites. Un service médiocre, un bloc inexistant, des réceptions hasardeuses et une attaque trop fébrile, bien loin de ce à quoi la Team Yavbou nous a habitués. Le premier set est logiquement remporté par la Belgique. Mais parce que rien ne disparait jamais complètement, les éclairs de génie de nos bleus leur permettent de revenir à un set partout. Une nouvelle fois battue dans le troisième set, ils s’arrachent pour remporter le quatrième et s’offrir un tie-break. Mais ce dernier est malheureusement l’affaire des Belges, qui infligent aux bleus une défaite qui ne les quittera pas de la compétition. En effet, déjà en plein doute sur leur capacité à défendre leur titre, ce match leur enlèvera le peu de confiance qu’ils avaient, rendant la suite de la compétition encore plus compliquée.

Leurs prochains adversaires sont les joueurs hollandais, battus par les turques pour leur entrée en lice. Déjà, ce match devient décisif si les bleus veulent continuer leur rêve polonais. Mais là encore, rien ne semble fonctionner. A l’image de Stephen Boyer qui avait été tonitruant en Ligue Mondiale mais qui n’a jamais réussi à retrouver son jeu pour ces championnats, les bleus semblent se battre contre eux-même. Malgré un premier set plutôt convaincant, les hollandais gagnent les deux suivants, plaçant la France sur un siège éjectable. Mais s’il y a une chose que l’on peut saluer chez nos bleus, c’est leur détermination à ne jamais abandonner. Et ce quatrième set l’illustra parfaitement. Menés 24-22, nos bleus se dirigent tout droit vers la sortir. Mais Thibault Rossard sauve les deux balles de match et ramène la France à hauteur. Ne cessant de jouer au jeu du chat et de la sourie, les bleus ratent trois balles de match mais sauvent celle des hollandais. Sur un score de 28-30, la Team Yavbou montre une fois encore qu’elle est toujours là malgré tout. Remportant le tie-break 12-15, la France signe une victoire précieuse mais loin de rassurer.

Le troisième et dernier match de ces phases de poule les opposent à la Turquie, qui a montré jusque-là un beau visage. La France, dans un match encore très accroché, signe finalement une belle victoire 3 set à 0, les amenant en barrage pour les quarts de finale. La place qualificative se joue face à la République Tchèque, réputée très forte physiquement. Alors que l’on pense les bleus remotivés après leur belle victoire face aux turques, la chute continue. Laissant filer le premier set, les Français remportent néanmoins le deuxième sur le même score de 25-21. Le troisième set est encore très disputé, nos joueurs semblent exécuter un numéro d’équilibriste enchaînant les bonnes touches et les fautes directs. Ce sera d’ailleurs ces dernières qui leur feront perdre ce set et le suivant, les éliminant définitivement de la compétition. Peu habitués à cela, les Français auront signé 33 fautes directes sur tout le match, reflet d’un manque de confiance et de concentration inexcusable.

L’heure du bilan a sonné pour nos bleus, qui devront trouver les raisons de cet échec, physique certes, mais surtout mental, ce qui est le plus préoccupant. Mais n’ayons pas la mémoire trop courte, et rappelons-nous qu’après la très grosse désillusion des Jeux Olympiques de Rio, les bleus avaient réussi à se remotiver et gagner la Ligue Mondiale de la plus belle des manières avec une seule défaite. Nul doute que cet esprit de guerrier ne les aura pas quitté et qu’ils auront à cœur de redorer le blason de la Team Yavbou.

Aurore Dessaigne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*