[DIMANCHE NBA #7] Des records à la pelle

La rage de James Harden face aux Lakers. (T. Taormina/ USA Today/Reuters)

Chaque dimanche, Agora Sports revient sur la semaine écoulée en NBA. Des news, les meilleures performances et des statistiques records sont au menu de cette semaine (09 au 16 décembre).

Les perfs’ de la semaine : première en NBA pour James Harden

Les Houston Rockets ont du mal à trouver leur rythme pour le moment. Avec un bilan de 14 victoires pour autant de défaites, ils se classent actuellement à la douzième place de la conférence Ouest. Mais les Texans peuvent compter sur leur MVP de la précédente saison régulière. Le barbu réalise un début d’exercice dans les mêmes standards que l’année dernière (31 points, 8.3 passes décisives, 5.8 rebonds de moyenne par match). Et ce jeudi soir, lors de la victoire des siens face aux Lakers (126-111), James Harden a frappé fort. Il a compilé 50 points (à 14/26 aux tirs) agrémentés de 11 passes décisives et 11 rebonds. Un triple double avec au moins 50 points marqués, c’est la quatrième fois que le Texan réalise une telle performance dans sa carrière. Du jamais vu dans l’histoire de la NBA, ce qui lui vaut un nouveau record.

En parlant de triple double (10 unités dans trois catégories de statistique différentes), les Lakers ont également accompli une performance rare dans ce domaine. Ce samedi soir, en écrasant les Charlotte Hornets (128 à 100), LeBron James et Lonzo Ball ont réalisé un triple double chacun. 24 points, 12 rebonds, 11 passes pour le premier, qui n’a même pas eu besoin de jouer le dernier quart, alors que le second a terminé la soirée avec 19 points, 10 rebonds et 10 passes. Deux triple double dans le même match et dans la même équipe, cela n’est arrivé que huit fois dans toute l’histoire de la ligue. Les derniers en date étant l’oeuvre de Jason Kidd et Vince Carter, alors aux New Jersey Nets, en 2007. Dans l’histoire des Lakers, c’est la seconde fois que ce “sextuple double” est réalisé. En 1982, Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbaar y étaient déjà parvenus.

Autre performance à souligner cette semaine : Giannis Antekounmpo a égalé son record de point en carrière. Auteur de 44 points (à 14/19 aux tirs), 14 rebonds, 8 passes, 2 contres, le Grec a écrasé les Cleveland Cavaliers (114 – 102) ce vendredi. Milwaukee est toujours deuxième à l’Est, derrière Toronto, avec 19 victoires en 28 matchs disputés.

Victoires en carrière : Gregg Popovich toujours plus haut

L’emblématique coach des San Antonio Spurs a dépassé cette semaine Pat Riley et ses 1 210 victoires en carrière. Avec 1 212 victoires en tant que coach, Gregg Popovich fait désormais partie du dernier carré aux côtés de Don Nelson (1 335), Lenny Wilkens (1 332) et Jerry Sloan (1 221), qu’il devrait bientôt dépasser. Il pourrait même devenir le coach le plus victorieux de tous les temps en NBA si il continue encore quelques années. Dans sa 23e saison avec les Spurs, Coach Pop’ multiplie les honneurs depuis des années, et il détient, par ailleurs, le record de longévité à la tête de la même équipe dans le sport US professionnel. Il possède également le second meilleur pourcentage de victoire (68,6%) pour un coach, toujours dans le sport professionnel américain.

Dirk Nowitzki pique un record NBA à Kobe Bryant

Deux mois après la reprise de la saison, Dirk Nowitzki a enfin fait ses grands débuts jeudi soir face aux Phoenix Suns. En sortie de banc, une première pour lui depuis 1999, l’Allemand a compilé deux points et un rebond en six minutes. Une ligne de statistiques anecdotique, tout comme l’était la victoire des Suns (99 – 89) ce soir-là. Mais, le MVP 2007 est ainsi devenu le premier joueur de l’histoire à disputer 21 saisons dans la même franchise, à savoir les Dallas Mavericks. Il détrône ainsi Kobe Bryant qui avait disputé 20 saisons avec les Los Angeles Lakers. Dirk Nowitzki pourrait même profiter de cette saison pour devenir le 6e meilleur marqueur de l’histoire. Il lui manque 231 points pour dépasser les 31 419 points en carrière de Wilt Chamberlain.

Toronto humilie les Warriors

Le choc de la semaine opposant la meilleure équipe de l’Ouest, les Golden State Warriors, à la meilleure équipe de l’Est, les Toronto Raptors, a largement tourné en faveur des Canadiens. Même privés de leur joueur star, Kawhi Leonard, ils ont facilement disposés 93 à 113 des Californiens, qui jouaient pourtant à domicile. Les doubles tenants du titre n’ont pas su comment aborder la rencontre malgré les retours de blessure de Stephen Curry (10 pts à 3/12) et Draymond Green. Serge Ibaka (20 points, 12 rebonds) et Kyle Lowry (23 points, 12 passes) ont mené les leurs vers la victoire dans un duel qui pourrait bien être la finale NBA au mois de juin prochain.

Le moment insolite de la semaine : un transfert avorté pour une histoire de prénoms !

Ce vendredi soir, Trevor Ariza devait prendre la direction des Wizards dans un échange en triangle. Les Grizzlies récupéraient Kelly Oubre tandis que les Suns obtenaient Austin Rivers, Dillon Brooks et Wayne Selden. Étonnamment, quelques heures plus tard, le transfert est annulé. Phoenix pensait obtenir Dillon Brooks alors qu’en fait c’est Marshon Brooks qui était proposé par Memphis. Une banale mésentente sur un prénom qui provoque l’annulation du trade mais surtout l’hilarité de la communauté NBA sur Twitter. Finalement, l’échange est conclu le lendemain sans les Grizzlies et leurs deux Brooks. Trevor Ariza débarque donc à Washington alors qu’Austin Rivers et Kelly Oubre Jr. rejoignent Phoenix.

A noter que Spencer Dinwiddie a prolongé son contrat pour 3 ans et 34 millions de dollars aux Brooklyn Nets.

Les affiches à ne pas manquer cette semaine :

  • Denver Nuggets – Toronto Raptors, le lundi 17 décembre à 2h.
  • Philadelphia Sixers – Toronto Raptors, le dimanche 23 décembre à 1h30.
A propos de Clément Beaume 93 Articles
Etudiant en journalisme sportif à Nice - Passionné de sport et plus particulièrement de basket-ball !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*