[DOSSIER] À la découverte du trail running (1/3)

L'ultra terrestre Kilian Jornet lors de sa victoire sur la mythique course de Sierre Zienal 2017 (credit photo Philipp Reiter)

Le trail running est un sport en pleine croissance et attire chaque année de nombreux adeptes, séduits par un sport aux valeurs de solidarité, goût de l’effort mais aussi proximité avec la nature. Incarné par celui que l’on surnomme “l’ultra terrestre” Kilian Jornet, l’engouement pour cette discipline ne cesse de croître depuis le début des années 2000.

Malgré la démocratisation de la discipline, ce sport demeure peu médiatisé et par conséquent flou pour le plus grand nombre. Le trail a parfois l’image d’un sport très éprouvant physiquement et réservé uniquement à une élite de sportifs avertis. Pour d’autres, le trail se pratique exclusivement en montagne et ne diffère pas de la grande randonnée.  Des définitions bien restrictives pour caractériser ce sport.

Dans ce grand dossier de trois articles, nous allons décrypter cette discipline extrêmement variée. Qu’est-ce que le trail-running ? Qui peut le pratiquer ? Quels en sont les plus grands courses, les plus grands coureurs ?

Tout d’abord, il n’existe pas de consensus quant à la définition du trail running tant ce sport est varié. Vous trouverez des définitions plus ou moins restrictives si vous vous référez à la fédération française d’athlétisme ou à la fédération internationale de trail. Les points de vue convergent au moins en un point : le trail c’est d’abord une course à pied chronométrée. Une course à pied particulière puisqu’elle s’effectue dans un milieu naturel. Les parcours sont changeants et tracés typiquement sur des chemins de terre ou des sentiers de randonnée, en montagne, en forêt, dans la plaine ou même dans le désert. Les profils des courses sont généralement marqués par un fort dénivelé et la technicité du parcours.

Une discipline variée et ouverte à tous 

La diversité de ce sport se retrouve également dans les formats de course qu’il propose. On pense parfois que le trail se résume à l’ultra, des courses de très longues distances comme l’UTMB (Utra Trail du Mont Blanc) mais un des plus grands principes de ce sport est qu’il se veut ouvert à tous. Ainsi, vous trouverez des trails de toutes distances, allant de 1 à 330 km.

Encore une fois, les points de vue divergent quant à la définition des différents formats. Si l’on s’en réfère à la FFA, il existe des trails “course nature” (moins de 21km), “des trails courts” (21 à 42km), des “trails” (42 à 80km) et des “Ultra-trails” (plus de 80km). On peut ajouter les “kilomètres verticaux” qui consistent à gravir milles mètres de dénivelé positif sur la plus petite distance possible. La grande diversité de format proposée permet à tout le monde de trouver son compte dans ce sport.

Une approche différente de la course sur route

L’approche d’un trail est bien différente de la course sur route. L’entraînement doit d’abord être différent, de part la solicitation d’autres groupes musculaires en montée et en descente. L’effort est également moins régulier d’un point de vue consommation énergétique. Ensuite, la gestion de course n’est pas la même. L’athlète sur route part avec la garantie d’un terrain à la faible technicité, de ravitaillements réguliers, de conditions météorologiques relativement stables sur la durée de l’épreuve. Le trailer doit lui prendre en compte le dénivelé (on considère que 100m de dénivelé équivaut à 1km, ce qui est discutable mais donne une première approximation). Les changements climatiques sur des épreuves longues et la technicité du terrain (boue, pierres) peuvent aussi impacter sa progression. Sur des épreuves longues ou à fort dénivelé, il n’est pas rare de voir un coureur marcher. La marche rapide fait d’ailleurs partie intégrante de ce sport même pour les meilleurs.

Le trail running se court en semi-autonomie, le coureur est autonome avec son matériel entre les ravitaillements. Ainsi le trailer doit être en mesure de gérer son équipement. Il n’est pas toujours aisé de trouver le meilleur compromis entre prévention, protection et légèreté. Le matériel de base du trailer qui s’élance pour une sortie de plus deux heures pourrait être : un sac à dos léger ou une ceinture pour l’hydratation, des barres ou gels énergétiques et un coupe vent léger en fonction de la météo. Cependant, la liste de matériel s’allonge avec les distances, en témoigne les grandes listes de matériel obligatoire pour participer aux plus longs ultra trails.

Francois d’Haene et Kilian Jornet à l’arrivée de l’UTMB 2017. Deux grands champions qui incarnent l’état d’esprit trail.

Humilité, solidarité et respect de la nature : Esprit trail ou illusion publicitaire ?

Enfin, on ne peut décrire le trail sans évoquer le fameux “esprit-trail”. Cet état d’esprit qui rend si fier les pratiquants et participent grandement à la belle image dont bénéficie la discipline. L’esprit trail se caractériserait d’abord par la proximité et le respect de la nature. La solidarité est également fondamentale dans la philosophie de ce sport. En trail, on court d’abord ensemble avec le même objectif être “finisher” et ensuite les uns contre les autres avec l’ambition de faire le meilleur classement possible.

La démocratisation de ce sport et son développement économique s’accompagnent de questions. L’impact du passage des coureurs sur l’environnement risque d’être plus important, la proximité avec la nature pourrait diminuer. Les enjeux économiques pourraient faire perdre ces valeurs d’humilité et solidarité. Le trail doit éviter les dérives qu’a connu le VTT il y a quelques années. Cependant, quand on voit Kilian Jornet courir 140km avec le bras en écharpe avant de gagner la Hardrock, quand on voit des grands champions finir une course main dans la main après 20h de courses, on peut penser que l’esprit-trail n’est pas une chimère mais existe vraiment. D’ailleurs, les grandes marques participent paradoxalement à la conservation de cet état d’esprit. Aujourd’hui, ce sont elles qui en parlent le plus en en faisant un véritable atout marketing. Elles ont tout intérêt à ce que le trail conserve cette image qui participe à leur développement économique.

Si le trail draine une économie de plus en plus importante, il a tout intérêt à garder ses valeurs d’humilité, solidarité et respect de la nature. Une éthique qui combinée à la diversité de la discipline contribue à la beauté de ce sport.

À suivre la semaine prochaine : (DOSSIER) À la découverte du trail : Les grandes courses qui font le trail (2/3)

A propos de Paul Mathonnat 4 Articles
Etudiant en Licence de gestion, je suis passionné de sport en général mais plus particulièrement des sports d'endurance : trail, course à pieds, vélo, triathlon... J'aime écrire et surtout j'aime le débat, donner mon opinion et recevoir celle des autres. Agora Sports est la plateforme idéale, j'y partage mes idées avec passion.

4 Comments

  1. Quel article passionnant ! effectivement, il est indispensable de faire découvrir ce beau sport au plus grand nombre.
    Une question à l’auteur : peut-on trouver aisément des chaussures de trail en drop 0 ? depuis que je cours avec ce type de chaussures je retrouve des sensations et une impression de légèreté et d’efficacité oubliées.

    • Bonjour Anne Nicolas,
      Merci pour votre retour.
      Le mouvement minimalisme ne cesse de se développer en France depuis 2012 et la traduction française du docu-roman américain « Born to run » de Cristopher Mc Dougall. On trouve ce type de modèle dans certains magasins spécialisés ou sur certains sites internet. Cependant, il n’est pas toujours aisé de trouver des chaussures minimalistes à drop 0. La faute revient probablement aux grandes marques qui ne proposent pas encore de modèles purement minimalistes. Elles ont tout intérêt à continuer de vendre leurs technologies d’amorti au talon ou anti-pronatrices. Beaucoup de coureurs gagneraient probablement en efficacité et verraient leur fréquence de blessure diminuée avec un changement de chaussures qui entrainerait un changement salvateur de technique de course.
      Vous avez soulevé un sujet extrêmement important qui pourrait faire l’objet d’articles dans un futur dossier.

  2. Bravo Paul pour ton article. Fier de toi. Tu as bien saisi l’esprit du Trail. Il Faudra parler un peu plus de Dhaene maintenant. Bonne fin de saison.
    Philippe, trailer anonyme mais mordu

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*