[DOSSIER] À la découverte du trail : les grandes courses qui font le trail (2/3)

Foto: ©PatitucciPhoto

La semaine passée, nous avons décrit le trail running à travers sa grande diversité et l’état d’esprit de la discipline. Mais le trail ne saurait être défini sans ses grandes courses. Ces courses à l’atmosphère unique, qui offrent des paysages époustouflants et une aventure sportive hors du commun.

Nous allons vous faire découvrir quelques uns des plus beaux ultra-trails. Notre sélection est peut être subjective et certainement loin d’être exhaustive, tant ce sport regorge de courses aux parcours magnifiques et variés. Cependant, notre choix vous présentera les plus grands mythes de la discipline. Immersion au sein des plus grandes courses, sur les plus beaux itinéraires.

L’UTMB, Ultra Trail du Mont Blanc ou course de tous les superlatifs

L’UTMB est certainement le trail le plus connu et l’un des plus difficiles au monde. “Sommet mondial du trail running”, “mythique” ou “course de tous les superlatifs”, nombreux sont les qualificatifs pour décrire l’UTMB. Le tracé s’apparente à une véritable boucle de 170 km et 10 000m de D+ autour du massif du Mont-Blanc, traversant 3 pays (France, Suisse et Italie). Chaque année, l’élite du trail mondial se retrouve à Chamonix ainsi que 2300 coureurs passionnés pour s’élancer au tour du Mont Blanc. Les meilleurs boucleront le tour en environ 20h, les amateurs rêvent de finir la course en moins de deux jours. Beaucoup passent donc deux nuits complètes en montagne avant de rallier l’arrivée.

Le tracé offre des paysages exceptionnels puisque les coureurs côtoient les plus grands sommets du massif (aiguille de Bionnassay, dent du Géant, Noire de Peuterey, Grandes Jorasses). Les panoramas sur les glassiers qui descendent du mont blanc sont époustouflants. Les plus forts auront su dompter la fatigue engendrée par les dix cols à plus de 2000m d’altitude. Ils auront la chance de faire face à l’aiguille Verte et à la verticale des Drus avant de basculer sur Chamonix.

Paysages magnifiques, très haut niveau, Chamonix le coeur de la planète trail le temps d’une semaine

L’histoire de la course est d’ailleurs très représentative de celle de la discipline. En 2003, la première édition courue dans des conditions dantesques de pluie et de neige ne comptait que 67 finishers ! Depuis le trail n’a cessé de se développer. Les participants se sont multipliés et les grandes marques ont investi dans le trail. Aujourd’hui, en raison du nombre de demandes d’inscription supérieur à celui de coureurs autorisés à prendre le départ, un tirage au sort détermine les participants. 16000 supporters venus du monde entier sont présents sur les chemins de la course. Il est même possible de suivre la course avec un live vidéo. Ce développement engendre certaines critiques : l’UTMB s’éloignerait de ses valeurs initiales. Cependant, le succès des dernières éditions a rappelé que la course de Chamonix demeurait une aventure unique pour les coureurs et une fête extraordinaire pour le monde du trail.

L’édition 2017 a été particulièrement marquante de part des conditions météos difficiles (les coureurs ont connu la neige lors de la première nuit) mais surtout de part la formidable bataille entre les plus grands trailers du monde. L’ultra-terrestre Kilian Jornet était de retour sur une épreuve qu’il n’avait pas couru depuis la dernière des ses trois victoires en 2011. C’est finalement le français François D’Haene qui l’emportait 15 minutes devant le catalan après une course épique. Aujourd’hui, le français détient avec Jornet le record de trois victoires sur l’UTMB. Jornet réagissait d’ailleurs à l’arrivée en s’adressant à son rival avec un sourire qui en disait long sur le respect entre les deux hommes : “Francois, on est à trois victoires chacun, rendez-vous l’année prochaine ou quoi ?”. Nous avons déjà hâte.

 

Le Grand Raid de la réunion ou la Diagonale des Fous

Le crique de mafate, paysage magnifique et sentiers techniques au coeur du Grand Raid. Photo réunion.fr

De Saint Pierre à Saint Denis, du Sud au Nord de l’île, les coureurs traversent l’île non sans avaler 164km et plus de 9000m de dénivelé positif. Le grand raid est l’un des premiers ultras, la première édition remontant à 1989. Les terrains y sont extrêmement techniques et les conditions météos difficiles à gérer : le froid et l’humidité de la forêt la nuit contraste avec le soleil de plomb et la chaleur du jour. Les coureurs commencent par l’ascension du Piton de la Fournaise avant de plonger dans les plus beaux cirques de l’île. Les cirques de Cilaos et Mafate sont particulièrement réputés pour leur ambiance et la nature brute qu’ils offrent. Mafate n’étant pas carrossable, les malheureux coureurs contraints à abandonner doivent se faire évacuer par hélicoptère.

La Diagonale des Fous c’est donc un périple extraordinaire au coeur de l’île. La course est extrêmement difficile mais propose des points de vue extraordinaire et une vraie ferveur populaire, portée par la population locale qui vit au rythme de la course le temps d’un week end.

 

La Hardrock Endurance 100

Kilian Jornet aux côtés de Joe Grant. L’espagnol a le bras en écharpe mais le sourire, il est en route vers un exploit retentissant. Twitter de Kilian Jornet

La hardrock est un 100 miles historique couru dans le Colorado. La course est dédiée aux mineurs qui se sont installés dans la région et ont construit les sentiers empruntés par les traileurs. C’est probablement l’ultra-trail le plus difficile du continent américain. Au delà des 160km et 10 000m de dénivelé positifs, la difficulté réside dans le profil extrêmement montagneux du parcours. L’altitude moyenne est de 3500m et les coureurs doivent parfois utiliser des mains courantes pour franchir des rivières ou certains passages techniques.

La Hardrock, c’est aussi un règlement et un esprit particulier aux ultra-trails américains. Le nombre de participants y est limité à seulement 140 coureurs. Seuls les vainqueurs des dernières éditions ont la garantie d’y participer. Le coureur a également droit à un “pacer” qui pourra l’assister dans certains ravitaillement et surtout l’accompagner sur les derniers miles.

Les scénarios sur la hardrock sont souvent extraordinaires, à l’image de celui de la dernière édition. Chose rare, Kilian Jornet y a perdu l’équilibre dans une descente. L’espagnol est tombé au km 21 en glissant sur la neige, terminant sa course dans un rocher et se déboîtant l’épaule. Il se la remettait en place lui-même et finissait victorieusement les quelques 140km restant avec le bras en écharpe. Un courage époustouflant ou une inconscience qui le menait vers la victoire malgré la technicité du parcours ! Quant à la course féminine, la française Caroline Chaverot a remporté la course après s’être perdue pendant plus d’une heure et demi dans la nuit noire du Colorado… Épique.

Mais aussi les autres courses de l’ultra trail world tour, Le marathon des sables, Les templiers,la western states, le KMV de la Fully, le marathon du mont blanc, l’UTMF, le Madeira ultra trail, l’ultra trail du Lavaredo, le Tor des Géants, le Badwater Ultramarathon, la Transgrancanaria, l’Ultra Pirineu, le GRP, l’UT4M, la 6000D, le trail du bout du monde, le trail du Ventoux, Zegama aizkorri, Sierre Zinal, Glen Coe sky line, Limone skyrace, Lozère trail …
[DOSSIER] À la découverte du trail running (1/3)
A propos de Paul Mathonnat 4 Articles
Etudiant en Licence de gestion, je suis passionné de sport en général mais plus particulièrement des sports d'endurance : trail, course à pieds, vélo, triathlon... J'aime écrire et surtout j'aime le débat, donner mon opinion et recevoir celle des autres. Agora Sports est la plateforme idéale, j'y partage mes idées avec passion.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*