[PREVIEW] Charlotte Hornets : un seul être vous manque et tout est dépeuplé ?

Sans Tony Parker et Kemba Walker, les Hornets vont devoir redoubler d'efforts (c) Clément Carton

Il y a trois ans, les Hornets accédaient aux playoffs NBA avec une belle sixième place dans conférence Est et 48 victoires au compteur. Sûr de sa force, l’effectif n’a quasiment pas bougé au fil des saisons… Sans jamais retrouver la saveur des phases finales. La saison dernière, Charlotte est resté à quai dans le sprint final (9ème place, 39 victoires – 43 défaites). La déception de trop. Le franchise player – et probablement le meilleur joueur de l’histoire des Hornets – Kemba Walker a décidé de quitter sa franchise de cœur, la plongeant dans le flou le plus total.

Roster 2019-2020

A l’heure actuelle, il est encore impossible de déterminer qui composera le cinq majeur. Si la présence de Terry Rozier, Nicolas Batum et Cody Zeller ne font que peu de doutes, reste à savoir qui de Malik Monk ou Dwayne Bacon, titulaire en fin de saison dernière, prendra place à l’arrière. A moins que James Borrego préfère qu’il sorte du banc, Miles Bridges devrait être préféré à Marvin Williams, décalant ainsi Nicolas Batum au poste 4. D’une manière générale, l’effectif présente des lignes extérieures plutôt bien fournies avec des jeunes prometteurs (Malik Monk, Dwayne Bacon, Terry Rozier, Miles Bridges). En revanche, le secteur intérieur est totalement démuni, sans doute l’un des plus faible de toute la ligue.

Le cinq de départ probable : Terry Rozier – Dwayne Bacon – Miles Bridges – Nicolas Batum – Cody Zeller

Joueurs clés du banc : Devonte Graham, Malik Monk, Marvin Williams, Michael Kidd-Gilchrist, P.J Washington (n°12 de draft), Caleb Martin (n°36 de draft), Willy Hernagomez, Bismack Biyombo.

Coach : James Borrego

Ce qui a changé cet été : une page se tourne

Ce n’est pas tous les jours que le meilleur marqueur de l’histoire d’une franchise s’en va voir ailleurs. Avec 12 009 points en l’espace de huit saisons, Kemba Walker a décidé de s’engager pour les Boston Celtics pour enfin trouver un challenge sportif à la hauteur de son talent. Plus que le départ d’un meneur de jeu qui a marqué l’histoire de la franchise, c’est la figure de proue, le garant du jeu offensif des Hornets qui s’en est allé. Jeremy Lamb a suivi le mouvement en rejoignant les Indiana Pacers tandis que Tony Parker a pris sa retraite. Charlotte a ainsi perdu trois joueurs au rendement offensif important cet été (plus de 50 points de moyenne par match l’année dernière à eux trois).

Pour compenser le départ de Kemba Walker, la franchise de Michael Jordan n’a pu jeter son dévolu que sur Terry Rozier (ex Boston Celtics), qui souhaitait avoir un rôle majeur dans une équipe. Maigre consolation. A la draft, les Hornets ont sélectionné P.J Washington en douzième position, un ailier excellent à la finition près du cercle. Du côté des arrivées notables, c’est à peu près tout. Seuls des inconnus (Robert Franks, Joe Chealey, Thomas Welsh) ont ensuite rallié la Caroline du Nord pour compléter un effectif des plus démunis.

Objectif : repartir de zéro

En remplacement de Kemba Walker (25 points de moyenne la saison dernière), Terry Rozier devrait naturellement devenir le leader offensif des Frelons, un rôle qu’il a réclamé par le passé. L’ancien meneur remplaçant des Celtics va ainsi hériter d’importantes responsabilités, notamment au scoring. Son niveau de jeu et sa capacité à appréhender son nouveau rôle de leader conditionneront en grande partie la réussite future, ou non, des Hornets.

Les jeunes prometteurs de l’effectif, comme Miles Bridges, Malik Monk, Devonte Graham et Dwayne Bacon, aux qualités athlétiques reconnues, vont également avoir un rôle important à jouer. Mais il ne s’agit que de joueurs extérieurs. Du côté des intérieurs, seul Cody Zeller (10 points, 7 rebonds en moyenne la saison dernière), souvent blessé ces deux dernières saisons, présente un rendement correct des deux côtés du terrain. Même si cela ne correspond pas vraiment à son jeu, Nicolas Batum devra être plus saignant à la marque pour aider son équipe, tout en apportant autant que d’habitude dans les autres secteurs de jeu.

Dans tous les cas, Charlotte ne semble pas posséder un joueur capable d’emmener tout le monde sur son dos pour toute une saison. Les Hornets ont besoin d’une vraie force collective. Ce n’est pas un joueur en particulier qui doit se dégager mais un groupe. Leurs résultats dépendront aussi grandement de leur défense (23ème au classement défensif l’an dernier), qui doit être travaillée.

Enjeu pour le futur : être patient

Après plusieurs années à viser les playoffs, l’heure est à la reconstruction en Caroline du Nord. Depuis plusieurs saisons, la franchise surpaye des joueurs au rendement insuffisant et dispose donc d’une marge financière restreinte sur le marché des agents libres. Si Marvin Williams (15M de $ par an) et Biyombo (17M $) arrive en fin de contrat cette année, Nicolas Batum (25M $) et Cody Zeller (15M $) ont encore possiblement deux ans à passer au club. Une fois débarrassée de ces gros contrats, la franchise de Michael Jordan disposera d’une flexibilité financière accrue pour attirer des joueurs stars.

En attendant, la saison s’annonce compliquée pour les hommes de James Borrego. L’obtention d’un bon choix de draft pourrait vite devenir une priorité en cas de mauvais début de saison.

Prono’ de la rédac :
15e de la Conférence Est

A propos de Clément Beaume 98 Articles
Etudiant en journalisme sportif à Nice - Passionné de sport et plus particulièrement de basket-ball !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*