[TES] Etape 18 : Le Stade Olympique Atatürk, théâtre de l’exceptionnelle finale de la LDC 2004-2005

Le Stade Olympique Atatürk est le 11ème plus grand stade européen (Source : Infos-stades.com)

Après le seul stade hollandais, l’Amsterdam ArenA, nous faisons escale dans le premier stade turc de ce tour d’Europe des stades : le Stade Olympique Atatürk. Situé en banlieue d’Istanbul, il accueille principalement la sélection nationale de football. Ce très bel ouvrage, dessiné par les architectes du stade de France, est l’un des plus grands du continent par sa capacité. Il a notamment organisé la finale de la Ligue des Champions 2004-2005, remporté par Liverpool aux dépens du Milan AC.

Un stade catégorie 4 malgré un complexe sportif jamais construit

Le stade olympique est édifié entre 1999 et 2001. Inauguré l’année suivante, il était censé en premier lieu devenir le stade principal des JO 2008. L’implantation d’un immense complexe sportif pour organiser de multiples épreuves des Jeux devait également voir le jour tout autour de l’arène. Cependant, les Jeux ont été obtenus par Pékin ! Une immense déception pour la Turquie et ses hautes ambitions. Lorsque le CIO annonce sa décision, la Turquie revoit totalement son projet concernant le vaste complexe.

Ainsi, uniquement le stade olympique est établi, sans rien à proximité… Et ce, très loin du centre d’Istanbul. L’enceinte en elle-même reste remarquable, digne des plus grandes du Vieux Continent. Sa capacité dépasse les 75 000 places et elle possède une piste d’athlétisme de haut niveau.

L’Atatürk n’accueille plus que la sélection turque

Le stade, hormis la réception des JO, a été conçu pour accueillir la sélection turque de football. Elle y siège depuis 2002 pour la majorité de ses rencontres. Galatasaray (2003-2004), Istanbul Basaksehir (2007-2014) et le Besiktas (2013-2016) ont tous les trois occupé les lieux en attendant que les travaux de leurs stades respectifs soient terminés. Toutefois, l’éloignement du centre-ville a souvent dérangé les nombreux fans et les dirigeants des différents clubs stambouliotes… Aucune équipe n’a donc fait le nécessaire pour s’accaparer l’Atatürk comme stade principal.

Le stade esseulé dans la banlieue d’Istanbul (Source : Structurae.info)

Candidat pour organiser la finale de la 65ème C1

“L’Atatürk Olimpiyat Stadyumu”, de son appellation en Turquie, est un candidat sérieux pour l’obtention de la finale de LDC 2019-2020. Il fait concurrence au lisboète Estádio da Luz. La décision sera annoncé en juin 2018. Le stade olympique a déjà accueilli la finale de la plus prestigieuse des coupes d’Europe en 2005. Pour rappel, la finale de l’édition en cours aura lieu au NSC Olimpiyskiy et en 2019 au Wanda Metropolitano.

 

Le MATCH : Finale de la Ligue des Champion 2004-2005 : Liverpool FC – Milan AC (3-3, 3-2 t.a.b) : La finale la plus renversante de l’histoire

Le départ fou du Milan AC

La finale commence sur les chapeaux de roues ! Le Milan sur sa première occasion ouvre le score. Maldini est à la réception d’un centre de Pirlo. La volée est parfaite et trompe Dudek (1-0, 1ère). Milan, lancé par son excellent départ, est dominateur. A la 37ème, Nesta contre le ballon du coude dans sa surface mais l’arbitre ne le sanctionne pas. Sur l’action suivante, Kaká lance Shevchenko sur la droite. Trop excentré pour frapper, il remise au second poteau pour Crespo. L’argentin parvient à conclure de près (2-0, 38ème). Juste avant la pause, les Rossoneri placent un nouveau contre dévastateur. Kaká, dans tous les bons coups, sert dans la profondeur Crespo. La défense des Reds et trop courte et Crespo ajuste un piqué sans contrôle qui lobe Dudek. Magnifique (3-0, 43ème). Le récital milanais leur permet de rentrer à la pause avec un score sévère mais très large (3-0).

Six minutes de folie Red

Liverpool doit se reprendre rapidement pour espérer un improbable come-back, d’autant que 40 000 fans Reds sont à l’Atatürk pour l’occasion. Benitez réorganise son équipe en solidifiant son milieu. Milan obtient une première occasion sur coup-franc par Shevchenko, mais c’est bien Liverpool qui va marquer dès la 54ème. Riise centre du gauche vers Gerrard. L’anglais se détend et place une splendide tête petit filet opposé (1-3, 54ème). Liverpool recommence à y croire. Moins de deux minutes plus tard, Smicer d’une lourde frappe des 25 mètres trompe à nouveau Dida (2-3, 56ème). En feu, les Reds reviennent à hauteur du Milan dès l’heure de jeu ! Après une remise de Baros, Gerrard, pressé par Gattuso s’effondre dans la surface. L’arbitre siffle pénalty ! Xabi Alonso s’en charge. Le spécialiste échoue face à Dida parti du bon côté mais suit son ballon et marque du gauche (3-3, 60ème). En six minutes, le match est totalement relancé. Les deux équipes, sur le bord de la rupture, se neutralisent au terme du temps réglementaire (3-3).

Dudek veut les tirs-au-but

Les prolongations débutent. Liverpool souffre physiquement et n’a plus de changement. Tomasson, entré en jeu pour le Milan, manque une première grosse occasion. A la 118ème, Dudek sauve les siens d’une double-parade sensationnelle. Après une première intervention sur une tête de Shevchenko, il parvient à détourner en corner une nouvelle reprise de l’ukrainien à bout portant ! Les tirs-au-but vont départager les deux formations !

Serginho côté italien débute la séance… par un échec ! Au-dessus ! Carragher lui ne se manque pas (1-0). Dudek réalise l’arrêt devant Pirlo tandis que Cissé prend à contrepied Dida (2-0). Tomasson réussit enfin son tir (1-2). Dida redonne de l’espoir aux siens sur une belle parade devant Riise. Kaká égalise mais Smicer score lui aussi (3-2). Shevchenko, ballon d’or 2004, ne doit pas rater son tir-au-but. Dudek en super-héros du soir réalise un nouvel arrêt de grande classe et donne la victoire aux Reds (3-3, 3-2 t.a.b).

Le Stade Olympique Atatürk d’Istanbul a certainement vécu l’une des finales les plus magiques de l’histoire de la Ligue des Champions.

Dudek, décisif devant Shevchenko (Source : gettyimages.fr)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*