Euro 2019 : Enfin la bonne année pour la Suède ? (5/9)

Le Suédois Mattias Falck, vice-champion du monde 2019, est le leader de sa sélection pour les championnats d'Europe en France. (photo: Rémy Gros/ittf.com).

Du 3 au 8 septembre prochains, le monde de la petite balle jaune aura les yeux braqués sur Nantes, où 24 pays se disputeront le titre de champion d’Europe par équipes de tennis de table. Peu mise en avant et peu diffusée à une large audience, cette discipline olympique (il est bon de le rappeler) est certainement celle qui demande, au paroxysme de l’effort, une totale coordination entre physique, technique, mental et tactique. A l’aube de cette 38ème édition des « Europe », Agora Sports vous présente les favoris pour la médaille d’or, dans les tableaux masculin et féminin. Cinquième épisode, la Suède, dont le leader est le vice-champion du monde 2019.

Une seule équipe peut se targuer d’avoir un vice-champion du monde dans ses rangs. Cherchez bien. Ce n’est pas l’Allemagne, pas la France non plus, il n’est pas d’origine chinoise. Avec Mattias Falck, n°9 mondial, la Suède est donc attendue au tournant à Nantes.

Une équipe suédoise jeune et dense

La génération dorée des années 1990 connaît-elle enfin celle qui va lui succéder ? Avec le grand Jan-Ove Waldner, double champion du monde (1989 et 1997) et champion olympique en 1992, la Suède était, à l’époque, la seule nation à tenir tête à la Chine. Désormais articulée autour du médaillé d’argent des Mondiaux de Budapest en avril dernier, la sélection suédoise a l’occasion de redorer son blason. Kristian Karlsson (28 ans, 23ème), Jon Persson (32 ans, 53ème), Truls Moregard (17 ans, 81ème) et Anton Kallberg (22 ans, 88ème) ont été choisis pour accompagner leur numéro un afin de hisser la drapeau à la croix jaune sur fond bleu sur le toit de l’Europe.

Truls Moregard (ici aux championnats du monde Juniors 2017 à Riva del Garda, en Italie) est l’un des grands espoirs du tennis de table européen. (Rémy Gros/ittf.com).

Si le regard des spectateurs de la Salle sportive métropolitaine de Nantes-Rezé risque d’être attiré par la nouvelle coqueluche Falck, le jeune Moregard a également tout pour être la révélation de la compétition. Finaliste des championnats d’Europe Cadets, Juniors et Espoirs entre 2016 et 2018 ainsi que des Mondiaux Juniors en 2017, le Suédois découvre véritablement le grand circuit cette saison, passant ainsi de la 164ème place mondiale à la 81ème ce mois-ci. Souvent comparé à Waldner pour sa précocité, Moregard continue d’alimenter son palmarès dans les catégories de jeunes grâce notamment à sa victoire lors de l’Open de Suède Juniors cette saison. Huitième mondiale dans sa catégorie d’âge, la pépite suédoise a ainsi l’occasion de montrer à l’Europe entière qu’elle pourra compter sur elle dans les prochaines années.

Le joueur-clé : Mattias Falck, vice-champion du monde 2019

Avec le chouchou du public français Simon Gauzy, il sera l’attraction de ces championnats d’Europe. Mais à quoi ressemble celui qui est devenu le premier joueur du Vieux Continent à atteindre la finale des Mondiaux depuis l’Autrichien Werner Schlager en 2003 ? Mattias Falck est la surprise de cette saison. Demi-finaliste à l’Open du Qatar en mars, avec une victoire sur Tomokazu Harimoto, n°5 mondial, quart-de-finaliste à Hong Kong et médaillé d’argent avec sa sélection aux Jeux Européens de Minsk en juin, le Suédois s’installe dans le haut de la hiérarchie du ping international. Il a même, certes brièvement, chipé la place de numéro un européen à l’inaltérable Timo Boll (38 ans, ex-n°1 mondial).

Jörgen Persson (à droite) a emmené Mattias Falck (à gauche) en finale des championnats du monde cette saison. (Photo: Remy Gros/ittf.com).

Son style de jeu de contreur, atypique dans le tennis de table actuel, dénote un goût pour les grosses frappes plutôt que le topspin, principale arme pour prendre l’initiative dans l’échange. Avec un revêtement doté de picots courts, le joueur de 27 ans s’offre la possibilité de « claquer » la balle plutôt que de la frotter et ainsi de la faire jaillir de sa raquette beaucoup plus rapidement. Le Sud-Coréen Lee Sangsu, sixième mondial à l’époque, et Simon Gauzy ont constaté cette efficacité aux Mondiaux en avril dernier respectivement en huitième et en quart de finale. Dans le top 20 depuis un an, Falck a connu le déclic depuis qu’il est entraîné par une ancienne gloire du tennis de table suédois. Jörgen Persson, champion du monde en 1991, est également l’entraîneur de l’équipe nationale, élément indispensable à la conquête du titre par équipes.

L’objectif : le titre, le premier depuis 2002

En sa qualité deuxième nation européenne, la Suède reste la principale alternative à un sacre de l’Allemagne, grandissime favorite. Battue par cette dernière en finale des Jeux Européens, les coéquipiers de Mattias Falck visent donc le titre. « L’équipe masculine a prouvé qu’elle faisait désormais partie des meilleures équipes du monde et elle va se battre pour l’or », explique Mikael Andersson, manager de l’équipe suédoise sur le site de la fédération européenne. Dans une poule assez relevée dans laquelle figure la Hongrie et la Roumanie, troisième il y a deux ans, la Suède n’aura pas le temps de chômer lors de son entrée en lice.

Malgré le record de victoires lors des championnats d’Europe par équipes (14 médailles d’or), la Suède ne s’est plus imposée depuis 2002. Un paradoxe que les joueurs de Persson voudront effacer.

Calendrier du groupe de l’équipe de Suède (groupe B)

03/09, 13 h : Roumanie-Hongrie

04/09, 16 h : Suède-Hongrie

05/09, 13 h : Suède-Roumanie

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*