[EXCLU FR] 700 joueurs ont signé une lettre pour demander un changement de règles de l’ITF World Tennis Tour

Ana Vrljic remet en cause la réforme de la Fédération Internationale dans une lettre.

Forte de son expérience sur le circuit, la Croate Ana Vrjlic a rédigé une lettre à destination de la fédération internationale de tennis dans le but de demander un changement de certaines règles mises en place en janvier dernier.

666 joueuses et joueurs du circuit professionnel ont signé une lettre demandant le retrait ou l’ajustement de certaines règles mises en place par la Fédération internationale de tennis en janvier dernier. Parmi ces 666 joueurs, 87 ont été ou sont actuellement dans le top 100 mondial de simple ou de double. L’ensemble de ces joueurs sont toujours en activité. Par soucis de confidentialité, le nom des joueurs n’a pas été rendu public pour le moment.

A lire > ITF : Les joueurs s’organisent contre la nouvelle réforme de la Fédération internationale de tennis

Pour résumer, le collectif de joueurs demandent à la fédération :

  1. Supprimer le classement ITF Transition Tour pour revenir à un seul classement unique ATP ou WTA.
  2. Laisser la possibilité aux tournois de fixer la limite de participants pour les tableaux de qualifications et surtout ne pas les fixer à un nombre maximum de 24 joueurs. Chez les hommes, pour les tournois Challengers, le tableau de qualification doit repasser à 32 joueurs au lieu de 4.
  3. Ne jouer qu’un seul match de qualification par jour au lieu de deux actuellement.
  4. Disputer un troisième set complet lors des matches de qualification au lieu d’un super tie-break dans le dernier set.
  5. Supprimer la discrimination pour les joueurs voulant disputer uniquement les tournois de double en les obligeant à jouer en simple.
  6. Supprimer l’utilisation du classement de simple pour rentrer dans les tournois de double dans tous les tournois du circuit ITF.
  7. Supprimer les amendes ITF en cas de participation à un tournoi ATP/WTA.
  8. Limiter les tarifs de certains hôtels ou clubs

L’explication pour chaque point est donnée dans la lettre complète ci-dessous :

Je m’appelle Ana Vrljic.

Je suis une joueuse de tennis professionnel croate. Mon meilleur classement en simple en carrière était 180mondiale et 149en double. Présente depuis 17 ans sur le circuit avec un classement allant de 180 à 279 tout au long de ma carrière, j’ai une grande expérience du circuit. J’ai aussi été dans les 30 premières chez les juniors. J’ai passé la majeure partie de ma carrière sur le circuit ITF, mais j’ai aussi participé à des tournois WTA et à des tournois du Grand Chelem. J’ai vécu tous les changements majeurs, depuis l’inscription et le retrait des tournois par fax jusqu’à la mise en ligne en un seul clic. J’ai été témoin des points bonus, j’ai essayé des sets courts jusqu’à 4, et j’ai joué sans lets au service, pour n’en nommer que quelques-uns. La liste est sans fin. Par exemple, lorsqu’ils sont passés d’une troisième manche complète à un tie-break en guise de troisième set, cela a été un choc énorme pour les joueurs, mais avec le temps, nous nous sommes adaptés et nous en sommes maintenant satisfaits.

Chaque année, nous recevons des mises à jour sur les changements de règles, mais avec l’ITF et les WTA/ATP qui proposent des règles différentes, il est difficile de suivre les changements constants. Au fil des ans, il y a eu beaucoup de changements dans les règles et avec le temps, les joueurs ont fini par les accepter.

Mais les nouvelles règles ont été complètement différentes. Nous ne pouvons pas accepter ce nouveau système, et la frustration, la tristesse et la colère consomment la majorité des joueurs. Juste en réduisant la taille du tirage au sort, la liberté des joueurs de participer et de concourir sur le circuit professionnel a été arrachée de leurs mains. Le tennis est un sport où tout le monde peut jouer et battre tout le monde lorsque les joueurs ne peuvent pas participer à des tournois. Il semble que l’ITF veuille réduire la participation – ce qui, pour toute organisation ou entreprise, serait fou et déroutant.

Les joueurs ne reçoivent aucune aide de la part des organisations de tennis. Nous, les joueurs, payons une cotisation annuelle, nous payons un droit d’entrée à chaque tournoi, et toutes les amendes pour violation des règles sont payées pour les organisations, alors pourquoi serait-il logique de réduire le nombre de joueurs ? Quelle est l’explication logique pour créer de nouvelles règles qui ne semblent profiter à personne ? Quel est le coût supporté par l’ITF pour qu’un joueur de tennis réalise son rêve ? Est-ce que cela coûte quelque chose aux organisations ? Les joueurs paient entièrement leur voyage, du voyage à l’hébergement. Si un parent veut investir dans son enfant et dans le rêve de son enfant de devenir un joueur de tennis, je crois que cela devrait être permis.

Les organisations de tennis doivent se concentrer sur l’augmentation du nombre de participants. Pourquoi enlever un sport qui peut enrichir des vies ? Une seule année sur le circuit peut donner à un joueur des leçons qu’il peut appliquer dans tous les aspects de la vie. Je crois que les joueurs de tennis apprennent tellement de leçons de vie et de compétences sur le circuit professionnel qu’il est important de permettre au plus grand nombre de personnes possible de vivre le circuit et d’utiliser ces compétences plus tard dans la vie.

L’un d’entre vous qui a participé à ce changement de règle a-t-il déjà participé à un tournoi de tennis ? L’un d’entre vous est-il venu sur le terrain avec nous pour voir la lutte à laquelle nous sommes confrontés chaque semaine, chaque jour ? Je ne pense pas qu’aucun d’entre vous ne soit au courant de ce qui se passe réellement sur le terrain, alors vous ne connaissez pas vraiment notre point de vue. De même, je ne sais pas ce qui se passe dans les réunions du conseil d’administration, donc je ne peux pas comprendre votre point de vue ou pour qui vos décisions sont prises. Ces changements ne sont certainement pas pour nous, les joueurs, car ils nous forcent à ne pas jouer.

Nous sommes au courant de certaines des discussions qui ont lieu lors des réunions avec l’ATP et la WTA, mais nous ne voyons aucun effort de la part de l’ITF pour travailler avec eux. Il nous semble que ce qui se passe, c’est pour de mauvaises raisons ; signer des contrats avec des entreprises qui ne font qu’attirer des ennuis aux joueurs n’est pas “se soucier” du bien-être de ces derniers. Depuis le début du live score, la plupart des joueurs ont reçu des messages mettant leur vie en danger – menaces de tuer toute leur famille, leur souhaitant le cancer, et bien d’autres sentiments terribles. Tout le monde est autorisé à entrer sur les sites de tournois et nous ne savons pas qui est capable de nous faire du mal.

Nous ne pouvons accepter ce qui suit et nous demandons une action urgente et un ajustement de ces règles :

1. Passer de deux systèmes de classement différents (Transition Tour ITF et classement WTA ou ATP) à un seul classement WTA ou ATP :

Explication du point de vue des acteurs :

Disons que des joueurs qui commencent sur le circuit ou qu’ils reviennent de blessure et qu’ils doivent participer à des tournois à partir de 15 000 $. Pour passer ce niveau, ils doivent gravir environ les 30 premières places du classement de l’ITF afin de jouer le niveau de 25 000 $. S’il y a trois 25 000 $ en une semaine, seulement 15 joueurs du Transition Tour de l’ITF auront une place. En plus de ce problème, vous n’avez mis aucune limite sur les tournois pour ces joueurs, ce qui signifie que les mêmes noms prendront ces places jusqu’à ce qu’ils perdent leur classement. Après cette cruelle ascension vers le top 30, ils doivent repartir de zéro pour grimper dans le classement suivant. Pourquoi devons-nous faire le même travail deux fois ?

Un exemple de la difficulté de la transition à faire entre les tournois futures et les challengers sur le circuit masculin : 

Tout d’abord, vous devez obtenir un classement ITF et être classé dans le top 20 environ pour être en mesure de concourir dans certains challengers. Cela signifie que vous devez gagner 730 points ITF. Par conséquent, vous devez gagner 7 tournois masculins de 15 000 $ pour être parmi les 30 premiers. Si un très bon joueur est capable de le faire en six mois, il peut concourir le semestre suivant dans les challengers. Ensuite, il doit être si performant dans les challengers qu’il gagne suffisamment de points ATP (115 points vous place en 300ème position) pour rester dans les challengers sur la base de ses points ATP (!). S’il ne gagne pas assez de points ATP au cours de ces 6 mois, il a un problème, car après 12 mois, ses points ITF commencent à baisser, et le cycle recommence. Le joueur doit défendre son incroyable parcours de l’année précédente dans les Futures pour être en mesure d’affronter à nouveau les challengers.

Et combien de joueurs peuvent gagner 7 futures en six mois ET se positionner dans les challengers dans les 6 mois qui suivent ?! Seulement très, très peu. Si vous ne pouvez pas le faire dans les mêmes 12 mois, vous n’échapperez pas au Transition Tour. Les déclarations officielles de l’ITF affirment que vous tenez à ce que les joueurs atteignent le seuil de rentabilité et progressent plus rapidement, et pourtant ce système est PROHIBITIF pour les joueurs qui parviennent à jouer. L’ancien système était défectueux, mais au moins nous avions une chance.

2. Donnez aux tournois le choix de la taille de leur tirage de qualification et ne limitez jamais les tableaux de qualification à 24 joueurs. Chez les hommes, les tableaux de qualification doivent revenir à un tirage au sort à 32 et non à 4 pour ce qui est des tournois ATP Challenger

Explication :

En moyenne, il y a environ 4 à 6 tournois de 15 000 $ et 2 à 4 tournois de 25 000 $ par semaine dans le monde. Si le tirage au sort est limité à 24, cela signifie que 80 à 120 joueurs ont la possibilité de jouer les tournois 15 000 $ et 40 à 80 joueurs ont la possibilité de jouer les tournois à 25 000 $ et plus. Il s’agit ici de 120 à 200 joueurs pour la qualification et que sont censés jouer les autres joueurs ? Je ne vais pas entrer dans les prévisions mathématiques détaillées, parce que ce n’est pas mon domaine, mais des statistiques simples m’indiquent que ces nombres sont bien en dessous de ce dont nous avons besoin.

Pourquoi cette mesure incite-t-elle les organisateurs de tournois à réduire le nombre de tournois ? S’il y a une taille de tirage réduite, il y a moins de joueurs, et donc moins de promotion et d’argent. Si c’est le cas, la progression naturelle est certainement de réduire les tournois, et si c’est le résultat final, vous diminuez encore la participation et le statut du sport.

Vous (l’ITF) avez fourni une solution rapide et négligée à ce problème de manque de places d’entrée. Pour l’instant, vous avez “résolu” le problème en donnant le choix aux organisateurs d’organiser des pré-qualifications. Ce n’est pas en faisant de la pré-qualification que l’on règle le problème. C’est insoutenable et cela risque de nuire aux joueurs pour de multiples raisons.

Quelques raisons sont les suivantes :de nombreux joueurs sont obligés d’aller sur le court après 10 minutes de préavis pour leur 2e ou 3e match dans une journée en raison de la taille énorme du tirage au sort et donc du volume des matchs, certains sites ne permettent pas aux joueurs de jouer la pré-qualification s’ils ne paient pas pour l’hôtel du tournoi, et de nombreux tournois n’organisent pas de pré-qualifications ou ne sont pas ouverts et disponibles pour tous les joueurs ! Ce n’est pas une solution à long terme ou une image du sport professionnel. C’est de l’exploitation !

3. Qualification : jouer un seul match de simple par jour au lieu de deux matches

Explication :

Ces matches peuvent sembler insignifiants une fois qu’ils ont été rapportés et notés sur papier, mais nous avons tout mis dans ces matches. Un match peut être incroyablement épuisant physiquement et mentalement. Pour autant que je sache, tous les autres sports professionnels ne jouent qu’un match par jour. Cela a été compensé par un super tie-break en guise de troisième set, un problème dont je parlerai plus tard, mais on ne devrait nous demander de jouer qu’un seul match. De plus, nous arbitrons nos propres matchs du premier tour, donc nous n’ajoutons pas de frais pour les arbitres. Pourquoi ne pas jouer un match par jour ou avoir le dernier tour de qualification le même jour que le premier tour du tableau principal et diviser le premier tour du tableau principal comme le font la plupart des tournois de toute façon ? L’organisation n’a pas à payer un jour supplémentaire pour le personnel et les joueurs peuvent se concentrer sur l’utilisation de toute leur énergie en un seul match par jour.

De cette façon, nos corps ont une chance de récupérer et nous ne les détruirons pas. Deux matches par jour causeront beaucoup plus de blessures et de malheurs aux joueurs. Si vous vous souciez de notre bien-être, de celui des joueurs, vous devriez savoir ce que cela fait à notre santé.

4. Troisième set complet lors des matches de qualification au lieu d’un super tie-break 

Explication :

Tous ceux qui connaissent le tennis comprennent que les tie-breaks sont très stressants et sont un peu comme une loterie. C’est une chance sur deux, un simple coup de pile ou face, ce qui n’est pas juste après s’être battu pour 2 sets. Un match devrait être joué sur les compétences réelles. Le tie-break enlève l’aspect mental, physique et tactique du jeu et laisse donc place à une loterie et un moment de chance. Nous n’avons pas voyagé jusqu’à un tournoi pour jouer 2 sets et un tie-break, alors donnez-nous au moins la chance de nous battre pour le match avec un troisième set entier et de tester notre résilience physique et mentale.

5. Supprimer la discrimination à l’encontre de ceux qui ne veulent disputer que des doubles au lieu de les forcer à jouer en simple.

Explication (tournois du Transition Tour de 15 000 $) :

Si quelqu’un veut jouer en double seulement, pourquoi cette personne serait-elle obligée d’entrer (et d’être acceptée) en simple afin d’avoir la priorité pour l’acceptation en double ? Ceci prend potentiellement la place de quelqu’un qui veut jouer en simple, si ce joueur ne voulait pas jouer en simple à l’origine. Cela ne fait que réduire encore plus les possibilités pour les joueurs de simples, ce qui amplifie le problème de la taille réduite des qualifications. Nous ne sommes pas des juniors où nos classements en double et en simple comptent pour un seul classement ; certains veulent poursuivre une carrière en double, soit à cause de leur amour du jeu, soit parce que leur corps ne peut peut-être pas supporter à la fois les simples et les doubles.

Si ce n’est pas déjà ridicule, pensez à ce qui suit :

Un joueur est alternate en simple et ne rentre pas dans le tableau de qualification. Pour jouer en double, ce joueur ne peut jouer qu’en double avec une wildcard. Pour jouer en double, vous DEVEZ participer à un match dans le tableau de simple ou sinon vous ne pouvez pas jouer sans WC ? Cela cause beaucoup de problèmes parce que certains joueurs ont un meilleur classement en double et n’entrent pas dans les simples, ils ne peuvent donc rien jouer. Pourtant, tous les joueurs de simples peuvent jouer les matches de double. A quoi sert donc le classement de double ?

Par exemple, lors d’un récent tournoi, une équipe a remporté le tournoi de double, puis la semaine suivante, un des joueurs de l’équipe championne était alternate en simple et l’équipe n’a pas eu de WC. Sans les deux joueurs en simple ou en WC, ils n’ont pas pu participer au tableau de double, même s’ils ont prouvé qu’ils méritaient d’être dans le tournoi en GAGNANT le tournoi de la semaine précédente. Rien de tout cela n’a de sens !

6. Éliminer l’utilisation du classement en simple pour entrer dans le tableau de double dans tous les tournois de l’ITF

Explication :

Nous comprenons pourquoi les classements en simple sont utilisés pour inscrire les joueurs en double à la WTA car ils sont couverts par les médias et attirent beaucoup de sponsors. Mais où est-ce qu’un joueur qui veut jouer en double ne fera que commencer sa carrière en double ? Peut-être que ce joueur a subi plusieurs opérations chirurgicales et que son corps ne lui permet pas d’avoir une carrière en simple, mais qu’il peut survivre à une carrière en double. Pourquoi leur enlevez-vous cette opportunité ?

Comment comptez-vous résoudre ce problème pour un joueur de double qui n’a qu’un classement ITF en double ? Il n’y a pas de place dans les épreuves de 25 000 $ pour qui que ce soit d’autre que les joueurs classés WTA, alors comment un joueur de double avec un classement ITF pourrait-il grimper dans le classement alors qu’il ne peut même pas jouer aux épreuves de double de niveau débutant (15 000 $) ? La seule chance qu’il ou elle ait de jouer un 25 000 $ ou + est de recevoir une WC (nombre limité par année et qui nécessite des connexions avec le tournoi) ou espérer un tableau qui ne soit pas complet, ce qui n’arrive pas souvent. Il y a des listes d’alternates par centaines pour le niveau inférieur des circuits, et c’est prohibitif pour jouer. Même si il ou elle est numéro 1 en double ITF, il ou elle n’a pas la priorité pour s’inscrire à des tournois 25 000 $ ou +. Il est impossible de savoir quels tournois il ou elle peut jouer. Et qu’en est-il de tous les autres joueurs avec ou sans classement de double ? Qu’est-ce qu’ils sont censés jouer ?

7. Éliminer le code d’autorisation ITF.

Explication :

L’inscription aux tournois ITF et WTA/ATP (Challengers) la même semaine peut entraîner des amendes de 500 à 1000 $ si nous décidons de jouer un WTA/ATP plutôt qu’un ITF (côté hommes : futures aux challengers). Jouer un tournoi WTA/ATP devrait être encouragé parce qu’il y a plus de points et d’argent pour les joueurs et c’est un coup positif pour grimper dans le classement. Nous comprenons que l’ITF ne veut pas perdre des joueurs de leurs listes, mais nous devons être en mesure de s’inscrire dans les tournois ITF et en même temps aux tournois WTA/ATP sans risque d’amende au cas où nous n’entrerions pas dans les WTA/ATP.

8. Établir une limite sur les tarifs hôteliers

Explication :

Nous avons vu beaucoup d’efforts pour obtenir des prize money plus élevés, comme supprimer les tournois de 10 000 $ pour avoir un minimum de 15 000 $. C’était un pas dans la bonne direction. Mais ce qui s’est réellement passé avec les tournois après cela – tous les hôtels ont augmenté le prix de leurs chambres. Souvent, si nous ne restons pas dans l’hôtel officiel, nous ne pouvons pas nous entraîner sur les courts, ou nous avons un temps limité sur un court sans entretien. Par conséquent, afin d’obtenir un accès convenable aux installations, nous déboursons plus d’argent pour dormir dans un lit et nous ne gagnons pas plus. N’y a-t-il pas un moyen d’imposer une restriction sur le montant qu’un hôtel ou un club (resort) peut extorquer à un joueur ? L’absence d’une politique ou d’un accord établi par l’ITF permet aux resorts de “pénaliser” tout joueur ne séjournant pas dans le club par des restrictions inacceptables telles que l’imposition d’un droit d’entrée, la restriction de l’accès au club plus de deux heures avant le match, la révocation de son admissibilité pour recevoir une WC, et autres.

Si les clubs ont des tarifs spéciaux pour les chambres, pourquoi doivent-ils faire des prix doublés ou triplés par joueur ? Par exemple, si les hôtels proposent un tarif de 40-50€ par nuit, pourquoi peuvent-elles gonfler le tarif jusqu’à 160€ par nuit ? Ce n’est pas juste pour les joueurs qui n’ont pas d’autre choix que de rester sur place ; c’est simplement de l’extorsion pour faire de l’argent avec les joueurs. 

Qu’arrivera-t-il si nous continuons à appliquer les règles telles qu’elles existent actuellement ? :

Dissuader les joueurs de tous niveaux de poursuivre le circuit professionnel :

– Il y a du chaos parmi les joueurs en ce moment parce que personne ne peut planifier quoi que ce soit : tournois, voyages, entraînements, et tous les autres arrangements en tant que professionnels en tournée. En effet, les joueurs ne savent pas s’ils pourront participer à un tournoi.

– Beaucoup de joueurs seront forcés d’arrêter de jouer parce qu’ils ne peuvent pas participer à des tournois de façon constante et ne seront pas en mesure de justifier le coût de l’entraînement plus cher que les gains en compétition. En plus du coût financier pour les joueurs, les joueurs de tennis sont un type très spécifique de personnes -Nous sommes des athlètes professionnels. Nous nous épanouissons et nous nous améliorons en compétition ; nos objectifs ne peuvent être atteints qu’en jouant des matchs.

– Les joueurs ne seront toujours pas en mesure de devenir financièrement indépendant à moins qu’ils ne fassent partie du top 200, entraîneur non inclus. Seuls les joueurs qui ont l’appui des fédérations, des agents, des parents et des sponsors auront la possibilité de voyager et de participer à des compétitions. Cela décourage encore plus la participation et rendra le tennis encore plus élitiste. En un mot, cela revient à discriminer la majorité des joueurs ! Au lieu de développer le jeu, ces changements dégradent la majorité des participants et limitent le sport à des individus riches et indépendants.

– Les joueurs d’université n’ont aucun moyen de jouer au tennis professionnel après leurs études. Nous n’aurons pas de joueurs comme John Isner, Danielle Collins, Nicole Gibbs, Maria Sanchez, Michael Russell, Kristie Ahn, Mackenzie McDonald, et bien d’autres… et ce ne sont que des joueurs du top 100 ou ex-top 100. Il n’y a pas de parcours pour eux sauf 1 place par année pour le champion de la NCAA. Et même si cela ne garantit pas que vous réussissiez à vous qualifier pour les tournois de 25 000 $ après les débuts de l’US Open, tout le monde doit encore jouer à ce niveau avec ce nouveau système. Certains anciens champions et joueurs de haut niveau qui sont dans le top 200 ou 300 jouent même à ce niveau ! Et voici le niveau d’entrée du Transition Tour.

Questions :

– Pourquoi appliquez-vous des règles qui réduisent les possibilités de jeu et de développement des joueurs ? 

– Si le sport se développe, pourquoi essayez-vous de le rendre plus petit ? Nous sommes tous conscients que les grands tournois rapportent le plus de profit, mais vous ne pouvez pas avoir un système de sport et de classement avec seulement 100 joueurs. Votre travail consiste à prendre soin de notre sport et à trouver des moyens de l’améliorer pour la majorité, et non pas pour les quelques-uns au sommet de la hiérarchie. Les changements que vous avez apportés n’améliorent pas la situation, ils la rendent plus difficile et ils rendent le processus encore plus difficile qu’il ne l’était déjà.

Conclusion : 

Toute organisation sait que la base est la clé de l’excellence. Sur le circuit professionnel, il faut plus de soutien pour les joueurs en partant du bas de l’échelle et des incitations à travailler dur et à pousser pour améliorer leur classement. En ce moment, le système protège le top 450 (côté femmes environ), et c’est une coupure généreuse. Si les joueurs ne peuvent pas participer aux tournois qu’ils veulent, par exemple, un joueur classé 450 devrait jouer 25 000 $ ou plus, mais pour l’instant, c’est difficile.

Les seules options sont actuellement :

– S’inscrire à un tournoi en tant qu’alternate et perdre du temps et de l’argent en volant à travers le monde où les quelques tournois ont lieu pour potentiellement ne pas participer ET ne pas jouer à un tournoi pendant une autre semaine.

OU

– Jouer les tournois 15 000 $, et pousser tous les autres joueurs classés plus bas sur leur seule chance de participer à des tournois.  De toute évidence, ce nouveau système a eu une réaction en chaîne négative qui a fait frissonner les rangs et qui a touché la majorité d’entre nous.

Nous savons qu’il n’y a pas que l’ITF et que l’ATP et la WTA ont participé à ces changements, mais que l’ITF est l’endroit où le changement s’est produit et où nous allons chercher des réponses et des solutions.

Nous comprenons que vous avez eu beaucoup de commentaires, et nous espérons que vous verrez notre point de vue et à quel point nous, les joueurs, sommes désespérés d’espérer des changements positifs. De nombreuses pétitions ont été signées, certaines avec des milliers de signatures, non seulement de joueurs, mais aussi d’entraîneurs, de spectateurs, de supporters, de parents et de tous ceux qui voient et vivent les changements de première main. Nous pouvons vous fournir des liens vers toutes ces pétitions. Nous pouvons fournir les groupes Facebook où les joueurs et les joueuses se sont regroupés. Nous pouvons fournir des histoires de centaines de joueurs et de leurs expériences négatives jusqu’à présentes en 2019… et nous ne sommes qu’en février. Nous ne pouvons que voir les circonstances et les histoires empirer tout au long de l’année, et nous espérons donc que les modifications seront apportées rapidement. En fin de compte, nous devrions essayer de promouvoir et de développer ce sport, plutôt que de dissuader les gens de le pratiquer.

En résumé, nous espérons que cette lettre vous parviendra et que vous prendrez le temps de lire et écouter vos joueurs. Cette lettre a été écrite pour donner aux milliers d’acteurs, dont les moyens d’existence sont affectés par vos décisions, une voix qui, espérons-le, est assez forte pour être entendue pour influer sur le changement.

Bien cordialement,

Les joueurs.

Lettre rédigée par Ana Vrjlic et signée par le collectif #PlayersVsITF. Traduction faite par Romain Tamburrino pour Agora Sports.

1 Comment

  1. Je suis parent d’une joueuse de tennis et je comprend le soucis de ces joueurs et la meilleure solution c’est de créer un 2ème organisme international de tennis l’équivalent de L’ITF comme le box et je suis sur que les homme d’affaire vont pensés à ça vu le. Nombre de joueurs qui vont s’inscrire à cet nouvel organisme pour continuer à jouer le tennis et gagner plus d’argent qu’avec le système actuel car le tennis international survi grâce au spensor et L’ITF ne dépense rien au contraire l’itf gagne beaucoup d’argent rien que sur le frais annuelle d:inscription”IPIN”.

1 Trackback / Pingback

  1. Du jamais vu ! Comment l'ITF divise par 2 le nombre de joueurs professionnels avec son Transition Tour - Eyes on the ball

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*