[FOCUS] Jeux Olympiques de la Jeunesse : du nouveau dans le monde de l’olympisme, la génération 2024 sur la bonne piste !

L'allumage tant attendu de la vasque olympique, le 6 octobre dernier en plein cœur de Buenos Aires (crédit : CIO, tous droits réservés)

Après Singapour en 2010 et Nanjing en 2014, les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’été posaient leurs valises du 6 au 18 octobre en Amérique du Sud, à Buenos Aires (Argentine) pour une troisième édition. Les JOJ sont l’occasion pour le Comité International Olympique (CIO) de tester des sports, dont l’emblème cette année est le break-dance, ou des formules de compétitions, comme les épreuves par équipes mixtes continentales. Agora Sports revient pour vous, dans les lignes qui suivent, sur toutes ses innovations ainsi que sur les résultats des Français qui ont, à leur âge, les Jeux de Paris 2024 dans le viseur.

Des nouveautés à gogo dans le monde olympique

Trente deux sports étaient au programme sur les différents sites olympiques de Buenos Aires du 6 au 18 octobre dernier dans le but de décerner 241 titres olympiques de la jeunesse. Seulement, derrière l’athlétisme, le cyclisme, la natation, le canoë-kayak, la gymnastique ou le judo – pour ne citer que ces sports bien installés dans le monde olympique -, le roller de vitesse, la danse sportive, le kitesurf, le BMX freestyle, le cross-country, l’escalade, le karaté, le futsal et le beach handball faisaient partie du programme de ses troisièmes JOJ d’été. Autant de sports peu habitués aux joutes olympiques même si l’escalade et le karaté feront leur entrée dans le monde de l’olympisme à Tokyo 2020, peut-être seulement de façon éphémère. Le basket-ball était aussi présent dans la capitale argentine mais sous sa forme urbaine, c’est-à-dire en trois contre trois et avec un concours d’adresse derrière la ligne des trois points. Le point commun entre ces ajouts par rapport au programme des JO des professionnels c’est qu’ils sont tous spectaculaires et adressés à la jeunesse. Aussi, la plupart de ces sports peuvent se pratiquer dans un cadre urbain, propice au spectacle et aux joutes nocturnes, très télévisuelles. Quand on connaît le poids des droits TV dans le mouvement olympique, cet aspect ne peut pas être mis de côté.

Les épreuves mixtes continentales (ou multinationales) sont la marque de fabrique des JOJ, dès leurs débuts en 2010 à Singapour. Alors que chez les professionnels, ces joutes mondiales ne sont pas légions – n’existant pratiquement pas, excepté lors de la Ryder Cup de golf ou la novatrice Laver Cup de tennis créée par Roger Federer l’an passé – elles étaient présentes en nombre à Buenos Aires. Les notions de partage et de tolérance envers l’autre sont de mise aux JOJ. C’est peut-être quelque chose que le CIO pourrait mettre en place pour les “vrais” JO.

Le dernier point concernant les nouveautés est celui des cérémonies, d’ouverture et de clôture, organisées en ville. C’est une nouveauté, voire une révolution, car il s’agit des premières cérémonies olympiques gratuites et ouvertes à tous. En plus, le succès populaire fut de mise avec quelques 200 000 personnes présentes lors de l’allumage de la flamme olympique sur l’avenido 9 de Julio de la capitale argentine, sous les yeux de Mauricio Macri, le président local. Tony Estanguet, président du Cojo de Paris 2024, s’est dit très intéressé par cette idée. A méditer, donc.

Les JOJ représentent une opportunité pour le CIO de tenter de nouvelles choses, dans le but de les voir, pourquoi pas,  s’imposer chez les JO des “grands”, ceux dominés par des mythes comme Usain Bolt, Michael Phelps ou Mo Farah.

La génération française 2024 sur le pont en Argentine

Les petits français sont repartis d’Argentine forts d’une sixième place au classement des médailles avec cinq titres, quinze médailles d’argent et sept de bronze. Notons cependant que les médailles obtenues par des tricolores au sein d’équipes mixtes multinationales ou continentales ne sont pas comptabilisées. Les médailles d’or obtenues par Armand Spichiger, en escrime, et par Kyla Touraine-Hélias, en tir à l’arc, ne sont donc pas présentes dans ce total.

Le grand bonhomme des JOJ de Buenos Aires est le tennisman Hugo Gaston, grand espoir du tennis tricolore et porte-drapeau de la délégation française. Gaston n’a pas déraillé malgré cette responsabilité en remportant le tournoi de simple, disputé sur la terre battue portegène. Surtout, en finale, dans une ambiance surchauffée, il a battu le local Facundo Diaz Acundo 6/4 7/5. Il était pourtant mené 5/2 dans la seconde manche. Il a aussi décroché la médaille de bronze en double avec Clément Tabur.

Clara Burel, déjà finaliste de l’Open d’Australie et de l’US Open juniors cette année, a, une nouvelle fois obtenu la seconde place, battue par la Slovène Kaja Juvan 7/5 6/4. . Enfin, Gaston et Burel ont pris le bronze en double mixte, concluant une semaine argentine réussie. L’objectif  pour les deux jeunes espoirs du tennis français est maintenant de confirmer chez les professionnels.

Et si Pierre Quinon, Jean Galfione et Renaud Lavillenie avaient déjà un successeur ?! C’est en tout cas le but de Baptiste Thiery qui a décroché le titre olympique de la jeunesse en saut à la perche, et avec le mental. Dans une finale disputée en deux manches (encore une nouveauté des JOJ), il s’était manqué sur la première, n’effaçant qu’une barre de 5m05 avant de passer 5m32 lors de l’ultime manche. Deux centimètres de plus qu’à l’Euro cadets de Györ (Hongrie), qu’il avait dominé cet été.

Puisque l’on est dans la transmission et l’héritage, comment ne pas parler de Doriane Delassus, slalomeuse de canoë-kayak titrée en C1 et argentée en K1. Son coach n’est autre qu’Emilie Fer, championne olympique 2012 deux jours après le troisième titre de Tony Estanguet ! L’avenir est devant la Française comme devant la basketteuse Mathilde Peyrègne, en or sur le concours d’adresse et en argent avec ses coéquipières dans la compétition par équipe, battues par les Américaines.

Enfin, Armand Spichiger est devenu, à 17 ans, le premier escrimeur français champion olympique de la jeunesse en remportant la compétition de fleuret individuel.

+ La liste complète des médaillés français

Dans quatre ans, c’est Dakar, capitale sénégalaise, qui accueillera les Jeux Olympiques de Jeunesse d’été. L’événement sera organisé pour la première fois sur le continent africain. Mais avant cela, les JOJ d’hiver 2020 auront lieu, à Lausanne, en Suisse. Les épreuves de ski nordique se dérouleront du côté de la France, à Prémanon (39), sur le site des Tuffes. Une première, là encore. 

A propos de Florian Burgaud 93 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*