[FOCUS] Open d’Australie (H) : Djokovic, Nadal, Federer, Medvedev, Tsitsipas, les favoris au banc d’essai

Parmi les prétendants au titre, qui peut empêcher Novak Djokovic de remporter un huitième Open d'Australie ? (Twitter AusOpen).

A quelques jours du début de la première levée du Grand Chelem, les prétendants au titre avancent en ordre dispersé. Entre deux polémiques liées aux conditions climatiques à Melbourne Park, Agora Sports fait le point sur les favoris pour succéder à Novak Djokovic au palmarès de l’Open d’Australie.

Rafael Nadal (ESP, n°1) : 4 étoiles

Inquiet ou concentré sur la défense de son trône de n°1 mondial, Rafael Nadal ? (Twitter AusOpen).

Le n°1 mondial n’arrive pas avec autant de certitudes que son rival serbe mais le fait d’avoir déjà croisé le fer avec ses concurrents à l’occasion de l’ATP Cup lui offre un aperçu de sa condition. Battu en deux sets par Goffin et Djokovic, l’Espagnol a connu mieux comme préparation. En concédant sa septième défaite d’affilée sur dur face au Serbe, le « Taureau de Manacor » a pu inquiéter en se retirant du double décisif en finale de l’ATP Cup. Rien d’alarmant toutefois du côté de l’homme au 19 tournois du Grand Chelem, vainqueur à Melbourne en 2009.

Novak Djokovic (SER, n°2) : 5 étoiles

Novak Djokovic ici à l’entraînement avant l’Open d’Australie (Twitter Novak Djokovic).

Le septuple vainqueur du tournoi (2008, 2011, 2012, 2013, 2015, 2016, 2019) est bien l’homme à battre à Melbourne. Il arrive en confiance après avoir mené la Serbie vers le titre lors de l’ATP Cup et après des succès probants sur Nadal, Shapovalov ou encore Monfils. Friand des conditions de jeu de l’Open d’Australie (surface dure, chaleur et humidité importantes), le dauphin de Rafael Nadal au classement s’appuiera sur sa qualité de retour exceptionnelle, sa longueur de balle et sa résistance physique. Autant de forces à faire valoir auprès de ses rivaux historiques et de la Next Gen et surtout pour retrouver son trône de patron du circuit.

Roger Federer (SUI, n°3) : 3 étoiles

Le sextuple vainqueur du tournoi arrive dans l’incertitude à Melbourne (Twitter AusOpen).

Absent des courts depuis sa défaite en demi-finale du Masters en novembre dernier, le Suisse arrive en Australie sans réelles certitudes mais sans réelle pression et surtout avec l’ambition d’y conquérir un vingt-et-unième Majeur. Sa sortie de piste prématurée en huitième l’an dernier contre Tsitsipas a laissé comme un goût d’inachevé pour celui dont le come-back victorieux de 2017 avait connu pour théâtre la Rod Laver Arena.

Daniil Medvedev (RUS, n°4) : 3 étoiles

Hormis les trois Fantastiques, l’attraction du tournoi masculin pourrait être le Russe qui, à 23 ans, semble au top de sa forme. Après un été 2019 exceptionnel (six finales consécutives dont trois titres), le protégé de Gilles Cervara a conservé son niveau de jeu pendant l’ATP Cup en battant de solides joueurs (Schwartzman, Fognini, Isner) et en poussant Djokovic dans ses retranchements. Il sera tête de série n°4 à Melbourne Park et pourrait retrouver Nadal en demi-finale.

Dominic Thiem (AUT, n°5) : 2 étoiles

Le regard de l’Autrichien est-il porté sur le trophée de l’Open d’Australie ? (Twitter AusOpen).

L’Autrichien n’est pas l’outsider le plus fringant parmi la liste proposée. Battu par Coric et Hurkacz à l’ATP Cup, le n°5 mondial ne semble pas au mieux en ce début de saison. Pourtant, le double finaliste de Roland-Garros (2018 et 2019) vient de s’attacher les services de son glorieux aîné Thomas Muster, ancien vainqueur Porte d’Auteuil en 1995, afin de passer un cap supplémentaire, notamment en Grand Chelem et en Australie où Thiem n’a jamais dépassé le stade des huitièmes de finale.

Stefanos Tsitsipas (GRE, n°6) : 3 étoiles

Stefanos Tsitsipas sera l’un des leaders de la Next Gen à suivre à Melbourne (Twitter AusOpen).

Révélation du dernier Open d’Australie où il avait terrassé Federer en huitième à coup de tie-break, le Grec arrive au pays des kangourous avec cette fois l’ambition d’aller au bout. Et les raisons d’y croire sont nombreuses : demi-finaliste de l’édition 2019, six finales ATP l’an passé et surtout vainqueur du Masters en novembre. Néanmoins, il existe une grosse ombre qui plane au-dessus du sixième joueur mondial : il reste sur trois défaites d’affilée en Grand Chelem. Eliminé d’entrée à Wimbledon et à l’US Open, il sait qu’il est attendu lors des grands rendez-vous et doit laver l‘affront subi lors de ses deux dernières sorties en Majeur.

Alexander Zverev (ALL, n°7) : 2 étoiles

Le problème avec Zverev, c’est qu’on ne sait jamais. Capable du meilleur (titré au Masters en 2018, trois Masters 1000) comme du pire (trois défaites et un cruel sentiment d’impuissance lors de l’ATP Cup), l’Allemand se sait vulnérable lorsque les matches ont tendance à durer notamment en Grand Chelem. Mais la surface rapide reste celle où il reste le plus dangereux lorsque les planètes sont alignées. Huitième de finaliste en 2019 et septième mondial, il reste l’un des joueurs les plus redoutables et l’un des rares en activité à avoir battu Federer et Djokovic au cours du même tournoi (lors de son titre au Masters).

Matteo Berrettini (ITA, n°8) : 1 étoile

Avec son grand service, Matteo Berrettini trouvera des conditions de jeu idéales pour briller en Australie (Twitter AusOpen).

Il était l’invité surprise du dernier tournoi des maîtres à Londres et pourrait s’inviter à la table des géants en Grand Chelem. L’Italien de 23 ans doit confirmer sa formidable saison 2019 par des résultats probants en Majeur. Le demi-finaliste de l’US Open sera « protégé » jusqu’en quart de finale, de quoi empocher un pactole de points précieux pour poursuivre son ascension. Le seul hic à son propos concerne son jeu qui se limite à une force de frappe au service et en coup droit, sans vraiment la possibilité de trouver une solution de rechange lorsque l’adversité se fait de plus en plus pressante. A lui de montrer ses progrès en termes de variations à l’occasion de la première levée du Grand Chelem.

Roberto Bautista-Agut (ESP, n°9) : 1 étoile

L’Espagnol a confirmé son excellent niveau de jeu lors de l’ATP Cup (Twitter Roberto Bautista-Agut).

Loin d’attirer toute la lumière des projecteurs, l’Espagnol demeure tout de même un des joueurs les plus réguliers depuis quelques saisons. Révélé à l’Open d’Australie après sa victoire sur Juan Martin Del Potro au troisième tour en 2013, le n°2 ibère peut surfer sur la vague de la Coupe Davis remportée en novembre et de sa finale à l’ATP Cup où il a gagné les six matches qu’il a disputés sans perdre le moindre set (victoires sur Kyrgios et Lajovic entre autres). Son jeu à plat et en cadence ainsi que sa combativité sur le court font de lui un joueur à surveiller notamment sur dur.

Gaël Monfils (FRA, n°10) : 1 étoile

Entre le showman et le joueur sujet aux blessures, quel Gaël Monfils se présentera à Melbourne ? (Twitter ATP Tour).

Quart de finaliste à Melbourne en 2016, le Français reste la meilleure chance française pour ce premier gros rendez-vous de la saison. Le dixième joueur mondial, qui n’a joué que deux matches lors de l’ATP Cup (une victoire sur Garin et une défaite contre Djokovic), présente néanmoins quelques signes d’inquiétude en raison de son forfait contre l’Afrique du Sud. S’il veut briller en Australie, le n°1 tricolore devra toutefois battre un membre du top 8 dès les huitièmes, exploit qu’il n’a plus accompli depuis l’US Open 2014.

Les joueurs à surveiller : Kyrgios, Shapovalov, Goffin, Wawrinka

A l’Open d’Australie, le spectacle est parfois autant dans les tribunes que sur le court. Et lorsque les « Aussies » foulent le dur de la Rod Laver Arena ou d’un court annexe de Melbourne Park, la folie prend souvent le dessus. L’un des chefs de file du tennis australien, Nick Kyrgios, sera donc logiquement le chouchou du public local. S’il a déjà fait ses preuves chez lui (quart de finale en 2015), Kyrgios doit néanmoins confirmer par une plus grande régularité dans les grands tournois. A vingt-quatre ans, le 26ème à l’ATP n’a plus goûté à un huitième de finale depuis deux ans. Une éternité pour celui qui était présenté comme un potentiel numéro un mondial.

Dans la catégorie des futurs grands, il y a aussi Denis Shapovalov. Le Canadien commence fort en 2020 avec des succès sur Tsitsipas et Zverev, tous en deux sets, avant de pousser Djokovic au tie-break du troisième set lors de l’ATP Cup. Mais il n’a plus atteint la deuxième semaine en Majeur depuis l’US Open 2017, tournoi révélation du treizième mondial.

David Goffin, lui aussi, souhaite faire sauter le verrou en Grand Chelem. Quart de finaliste à Melbourne il y a trois ans, le Belge reste sur une victoire de prestige face à Nadal à l’ATP Cup après avoir livré un match parfait. Ses deux dernières sorties en Majeur (quart à Wimbledon et huitième à l’US Open battu par Djokovic et Federer) plaident également en sa faveur.

Plus expérimenté que ses voisins de rubrique, Stan Wawrinka mérite également que son nom soit cité parmi les joueurs à craindre en Australie. Vainqueur en 2014, le Suisse ne dégage peut-être plus la même puissance que par le passé lorsqu’il s’était goinfré de trois Majeurs en trois ans mais il n’est jamais aussi dangereux que lorsque l’on ne se méfie pas de lui. Toujours pensionnaire du top 15 mondial, l’ancien n°3 au classement est néanmoins resté bloqué au deuxième tour sur ces deux dernières éditions.

Les grands absents : Del Potro, Gasquet, Pouille, Nishikori, De Minaur, Murray

Sur la (trop) longue liste des rendez-vous manqués par Juan Martin Del Potro dans sa carrière, l’Open d’Australie 2020 a désormais sa place. Empêtré dans des blessures à répétition, la dernière date de juin dernier (fracture de la rotule au Queen’s, l’Argentin reporte sans cesse son retour sur les courts. Initialement prévu en octobre, le come-back de la “Tour de Tandil”, deux fois quart de finaliste à Melbourne, n’est toujours pas d’actualité.

Pour les fans australiens, la plus grosse déception vient certainement d’Alex De Minaur. En forme en ce début d’année avec des victoires sur Shapovalov et Zverev à l’ATP Cup et une défaite de justesse face à Nadal, le joueur de vingt ans avait l’occasion d’améliorer son meilleur résultat à Melbourne (troisième tour en 2019) sans cette blessure aux abdominaux.

Kei Nishikori, lui aussi, est sujet aux blessures ces derniers mois. Touché au coude depuis l’US Open, le Japonais va perdre les 360 points de son quart de finale 2019 et va voir sa bonne série en Grand Chelem stoppée. Lui qui restait sur cinq quarts en Majeurs sur les six derniers disputés.

Autre joueur-phare contraint de faire une croix sur la première levée du Grand Chelem : Andy Murray. L’ancien n°1 mondial se bat encore contre les blessures à répétition. Cette fois-ci, c’est à l’aine que le Britannique est touché. Plus apparu en Majeur depuis un an, le double champion olympique espère revenir en compétition lors de l’Open Sud de France de Montpellier (3-9 février).

Côté français, le contingent est également privé de deux éléments importants. D’abord, le demi-finaliste en titre, Lucas Pouille, s’est retiré du rendez-vous australien en raison d’une blessure au coude droit apparue en octobre à Shanghai. L’actuel vingt-troisième mondial dégringolera au-delà du top 60 à l’issue du tournoi. Quant à Richard Gasquet, disparu des radars depuis l’ATP 500 de Bâle, il souffre d’un kyste au genou gauche et n’a plus joué à Melbourne depuis 2018.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*