[FOCUS] Tennis de table : Les Bleus compostent leur billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo

Emmanuel Lebesson a apporté le point de la qualification aux Bleus contre la Slovaquie (Twitter FFTT).

En lice pour décrocher sa qualification pour les prochains Jeux de Tokyo, l’équipe de France masculine de tennis de table a validé, la semaine dernière, avec autorité son ticket pour le Japon.

Il y a souvent du bon à réserver son billet d’avion à l’avance. D’abord pour bénéficier d’un prix réduit mais surtout pour s’épargner la peur de ne pas avoir de place au moment venu. Les Bleus du ping, eux, ont réservé le leur dès le 24 janvier pour un voyage à Tokyo d’une dizaine de jours l’été prochain. L’objectif de la qualification olympique passait par Gondomar (Portugal) et a été parfaitement rempli par les coéquipiers de Simon Gauzy, vainqueurs solides de leurs deux matches décisifs.

« Ne pas jouer les Jeux de Tokyo avant d’y être ». Ces mots d’Emmanuel Lebesson, le n°2 français, avant le début du tournoi de qualification olympique portugais ont trouvé une idéale application dans le clan bleu. Car vous avez beau être la Corée du Sud, quatrième nation mondiale, et avoir trois joueurs du top 20 dans vos rangs, le « TQO », compétition où l’incertitude règne généralement en maître, reste le passage obligé pour se qualifier pour les Jeux. Allez demander aux joueurs du Pays du Matin calme, qui se sont certes frisés pour se défaire de la Russie et de la République Tchèque, si Gondomar était prévu à leur programme, juste avant d’enchaîner avec l’Open d’Allemagne, premier gros tournoi de la saison.

Les Bleus emmenés par les locomotives Gauzy et Lebesson

Et à l’instar de leurs homologues asiatiques, les Français ont remporté les deux rencontres les plus importantes de leur début d’année. D’abord face à un piégeux Danemark, puis face à une plus modeste Slovaquie, les Bleus ont imposé leur loi (3 points à 0) et confirmé leur statut de tête de série n°4 du tournoi lusitanien. Tristan Flore et Lebesson ont à chaque fois mis l’équipe sur les bons rails en apportant le point du double, avant que Simon Gauzy ne s’impose dans le match des n°1. A 2-0, c’est à Lebesson et à sa patte gauche que revenait la tâche de terminer le travail. Néanmoins, si les victoires tricolores semblent sèches, les médaillés de bronze des derniers championnats d’Europe n’ont pas gagné le moindre de match en trois sets secs, preuve de la densité d’une épreuve toujours redoutée.

Avec cette qualification en proche, les Bleus iront à Tokyo avec deux joueurs de simple (le quota maximum par nation) en plus de disputer le tournoi par équipes. Tous les voyants sont au vert pour la bande à Gauzy.

Ça passe de justesse pour Hong Kong, ça casse pour la Grande-Bretagne et l’Autriche

Si Hong Kong s’est qualifié après avoir remporté le tournoi de repêchage, la Grande-Bretagne et l’Autriche n’ont en revanche pas brillé lors de ce TQO. Par cet euphémisme, il convient plutôt de qualifier la performance de ces deux nations majeurs du ping européen de naufrage.

Pourtant venus avec leurs trois meilleurs éléments (Pitchford, Walker et Drinkhall), les demi-finalistes des Mondiaux par équipes 2016 ont été balayés par la Croatie (3-0) avant de sombrer contre la Hongrie (3-1) lors du tournoi de repêchage. Méconnaissables, les joueurs d’outre-Manche ont désormais pour objectif les prochains championnats du monde en Corée du Sud (22-29 mars).

L’Autriche et Hong Kong victimes d’un gamin de 18 ans : Dimitrije Levajac

Les Autrichiens, eux, n’ont même pas senti l’odeur du repêchage. Sortis dès leur entrée en lice par la surprise de la compétition, la Serbie, ils ont été priés de quitter Gondomar après avoir perdu l’une des rencontres les plus disputées de la compétition. Battus 3-2 au cinquième set du match décisif par les joueurs des Balkans, ils ont découvert une équipe absolument remarquable d’insouciance et de combativité.

Menant deux manches à une dans le dernier face-à-face grâce à Stefan Fegerl, 79ème mondial, ils ont vu la Serbie les coiffer au poteau grâce à Dimitrije Levajac, 397ème, qui a sorti le tournoi de sa vie. Après leur victoire à l’arraché contre l’Autriche, les Serbes ont éliminé Hong Kong (3-2) et peuvent encore une fois remercier leur compatriote de 18 ans seulement. Car après avoir grillé la politesse aux champions d’Europe 2015, il a encore sorti deux partitions parfaites pour battre le 100ème puis le 19ème au classement ITTF et offrir ainsi à sa sélection une qualification inespérée pour les Jeux Olympiques.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*