Gp de Singapour 2019 : Sebastian Vettel, enfin.

Plus d'un an d'attente pour enfin lever les bras, Vettel enfin vainqueur. © Tout droits réservés

Pour ce quinzième rendez-vous de la saison, le cirque de la Formule 1 se déplace à Singapour, piste aux 100% de chance de Safety Car. Statistique confirmée ?

On attendait les Mercedes au sommet pour ce rendez-vous Singapourien. Pourtant, dès les qualifications, on a vu un Monégasque montrer qui était le patron de la Formule 1 depuis le retour de la trêve. Charles Leclerc enchaîne une 3e pôle consécutive avec un temps magnifique au prix d’une attaque constante à la limite de la faute. Quand on sait que la moindre faute peut se payer cher dans ce tracé urbain, c’est à souligner. Sur la première ligne on retrouve Lewis Hamilton qui devance Sebastian Vettel, Max Verstappen et Valtteri Bottas.

Pierre Gasly s’élance de la 11e position, Romain Grosjean de la 17e et Daniel Ricciardo part dernier. L’Australien a été disqualifié de la qualification pour un problème sur son MGU-K, moteur électrique permettant une redistribution de l’énergie cinétique perdue dans le freinage. Ce système est bridé à 120 Kilowatt. Sauf que dans un tour, en passant sur un vibreur, le MGU-K a dépassé ce stade limite, provoquant un avantage considérable à la Renault de 0,000001 seconde. Une microseconde. La FIA nous étonnera toujours.

Dans la moiteur de Singapour, les monoplaces s’élancent pour le grand-prix le plus usant physiquement de la saison. Et on le sait, les erreurs arrivent souvent à partir de la mi-course. Ce qui fait qu’on a assisté à 20 premiers tours d’un ennui considérable. Chacun des leaders se suivait sans pouvoir attaquer en attendant que quelqu’un lance la salve des arrêts aux stands. Les premiers à rentrer sont Sebastian Vettel & Max Verstappen, tout deux au tour 20. La stratégie de Ferrari est parfaite car l’Allemand ressort 10e, coupé de tout trafic devant lui. Un détail qui a son importance puisqu’au tour 21, c’est Charles Leclerc qui rentre aux stands. Au prix d’un tour magistral, Sebastian Vettel dépasse son coéquipier, ce qui va faire enrager le Monégasque.

L’autre grand perdant sera Lewis Hamilton. N’étant pas rentré aux stands en même temps que les Ferrari, l’Anglais a du pousser son relai en pneus tendres plus loin pour avoir un meilleur capital gomme sur la fin de la course avec son train de pneus dur. Alors qu’une safety car apparait. Au tour 35, Grosjean & Russell s’accrochent, provoquant l’abandon de ce dernier, sa Williams étant trop endommagée pour repartir. Première fois de la saison qu’une Williams ne termine pas un Gp.

Au restart, Vettel sera parfait tandis que Leclerc fait part de son indignation concernant la stratégie aux stands de son équipe. A peine le temps de récupérer que Lance Stroll tape le mur et crève un de ses pneus. Deux tours plus tard, c’est son coéquipier chez Racing Point, Sergio Perez, qui doit garer sa voiture sur le circuit. Nouvelle safety car. Si vous voulez savoir ce qu’il s’est passé lors du restart, lisez la première phrase du paragraphe.

Tour 50, nouvel accrochage. Kimi Raikkonen a fait la connaissance de Danil “Torpedo” Kvyat. Le Finlandais est contraint d’abandonner et 3e safety car. Si devant, les places ne bougeront pas, un Français s’illustrera à chaque restart. Pierre Gasly montrera qu’il est un pilote talentueux en enchaînent les dépassements et en finissant à une belle 8e place, sans commettre une seule erreur. De quoi montrer aux patrons de Red Bull que sa place n’est pas chez Toro Rosso. Devant lui, Lando Norris marque de gros points pour McLaren dans la lutte à la 4e place au classement constructeur. Renault est passé à coté de son week-end, ne marquant que 2 points grâce à Nico Hulkenberg.

Après 392 jours d’attente, Sebastian Vettel regoute aux joies de remporter un grand-prix. Si la stratégie de Ferrari l’a avantagé, il a montré qu’il était un très grand pilote tout au long du week-end. Doublé pour la firme Italienne avec Charles Leclerc 2e devant Max Verstappen qui a profité de la même stratégie que Vettel pour prendre place sur le podium. Lewis Hamilton finit 4e devant son coéquipier. Le leader du championnat passablement énervé après la course, poussant Toto Wolff a couper court à son interview sur Canal +.

Pas le temps de se reposer pour les pilotes qu’un grand-prix se profile. La piste de Sochi est la prochaine à recevoir les écuries de Formule 1. Va-t-on enfin avoir le rebond de Mercedes ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*