Gp de Singapour : Et Ferrari se saborda

McLaren's Spanish driver Fernando Alonso (L) crashes during the Formula One Singapore Grand Prix in Singapore on September 17, 2017. / AFP PHOTO / MOHD RASFAN

Ferrari avait l’occasion de prendre un avantage conséquent au classement des pilotes. Singapour est un circuit parfait pour leur voiture qui gère mieux les conditions urbaines du tracé asiatique. Et puis Sebastian Vettel en a décidé autrement.

Singapour. Sa course de nuit, ses éclairages, ses murs très proches et pour la première fois, sa pluie. Et chose encore plus rare, la FIA a décidé de laisser courir les pilotes au départ. Pas de Safety Car. Hourra ! Tout était réuni pour un début de course incroyable, et il le fut. Kimi Raikkonen, 4ème sur la grille, fait un départ tonitruant et dépasse son coéquipier par sa gauche. Entre les 2 Ferrari, Max Verstappen, parti 2ème et tentant de dépasser l’Allemand par la gauche aussi. Vettel se rabat, forçant le néerlandais à percuter le Finlandais qui perd sa roue arrière, tape son coéquipier, part en dérapage, percute Verstappen au premier virage. Un peu plus loin, l’autre Ferrari part en tête à queue et est forcée d’abandonner.

Au lieu de laisser son coéquipier et Verstappen le dépasser, quitte à être patient sur une piste ultra favorable à leur voiture, Vettel a ruiné la course de toute son équipe permettant à Lewis Hamilton, partant 5ème, de prendre la tête pour ne plus la quitter du grand-prix. En quittant Singapour, au lieu de reprendre la tête du championnat, Vettel laisse son rival Anglais prendre 28 points d’avance, permettant à Hamilton d’avoir un joker et d’abandonner ou de ne pas marquer de points lors d’un GP (La victoire étant à 25 points).

Pour le reste ? 8 abandons, 4 sur l’incident des 2 Ferrari. Oui, 4, car Fernando Alonso, auteur d’un superbe départ, et 3ème au premier virage, se fait également percuter par Raikkonen. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour un podium pour sa McLaren, un autre coup du sort l’atteint. Son coéquipier marquera des points. Stoffel Vandoorne finit à une belle 7ème place. On notera l’accident sublime de Daniil Kvyatt, qui confirme l’erreur faite par Red Bull à l’époque lors de sa nomination dans l’écurie mère.

Coté Français, Romain Grosjean s’est doublement distingué. Il s’est d’abord plaint, comme à chaque fois, des conditions de visibilité sous la pluie lors du tour de formation. Ce n’est pas la première fois et on est droit à se demander si la FIA n’est pas à blamer, vu toutes les courses récentes qu’ils ont sabordé à cause des interventions de la Safety Car parce que c’était “trop dangereux”. De manière plus positive, il est le seul a amener une Haas au bout du GP, et dans les points. 9ème, juste devant Esteban Ocon qui a vécu une course ratée. Pas dans le rythme, battu par son coéquipier. Il faut espérer que le prochain grand prix, qui sera en Malaisie, sera bien meilleur pour lui.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*