Gp des Etats-Unis 2019 : Lewis Hamilton encore plus dans l’histoire.

Le suspens n’était que très peu présent au départ de la course. Après 56 tours d’une course assez peu intéressante, Lewis Hamilton se rapproche des sommets avec un sixième titre de champion du monde. Légende.

Seul Valtteri Bottas pouvait encore priver l’Anglais d’être sacré à Austin sur le Circuit Of The Americas. Et encore, pour cela il fallait une victoire du Finlandais couplée à une 9e place de Lewis Hamilton pour garder un semblant de suspens. Sauf que les Mercedes étaient décidément trop fortes cette saison. Nouveau doublé pour la firme Allemande avec Bottas devant son coéquipier. Le désormais sextuple champion du monde a eu de la chance puisque l’abandon de Kevin Magnussen a provoqué un double drapeau jaune dans la grande ligne droite. Cet incident a privé Max Verstappen de porter une quelconque attaque dans les deux derniers tours, laissant le Néerlandais à la 3e place d’un podium finalement si dérisoire.

Ferrari sera revenu à son rang de simple observateur. Sebastian Vettel n’aura même pas fini le 5e tour, trahi par une rupture de suspension sur sa roue arrière droite. Il faut dire qu’entre le bitume bombé et les vibreurs dangereux, il fallait faire attention à ne pas aller trop loin. De son coté, Charles Leclerc finira 4e, anonyme. Il sauvera le point du meilleur tour en course, une maigre consolation dans un week-end difficile.

Dans la lutte pour la 5e place au classement constructeurs, c’est Renault qui fait une belle opération en plaçant ses deux voitures dans les points. De quoi accentuer son avance sur Racing Point mais surtout Toro Rosso, grand perdant de cette escapade Texane. La petit soeur de Red Bull se retrouve à 19 points de la firme Française. Néanmoins, la 6e place n’est qu’à un point. De quoi garantir une belle lutte lors des deux dernières courses.

Maintenant, l’heure est à la célébration pour un Lewis Hamilton toujours aussi dominant. Malgré un retour en grâce de Ferrari, l’Anglais n’a jamais semblé déstabilisé. Il fut le plus régulier au retour des vacances, la ou l’écurie Italienne semblait la plus forte. Mais plus que le sacre d’un homme, c’est le couronnement d’une écurie toute entière, dévouée autour de son joyau Britannique.

Si le pilote est indéniablement sur le podium des plus grands de ce sport, ses sacres récents sont aussi l’oeuvre de Mercedes. L’écurie Allemande a très souvent montré sa supériorité. Que ça soit dans sa monoplace ou bien dans ses stratégies, la Flèche d’Argent mérite toute les louanges qu’on lui attribue. Si Lewis Hamilton parvient à ne serait-ce qu’égaler le record de Michael Schumacher, il pourra remercier chaleureusement toutes les personnes ayant travaillées pour cela. Car on a tendance à l’oublier, mais la Formule 1 est un sport d’équipe individuel.

Lewis Hamilton aura deux courses pour savourer. Mais quand on connaît l’instinct de tueur du Britannique, il ne se contentera pas d’une simple 5e place. Ce qu’il veut c’est gagner, le plus possible. Et on voit mal qui pourrait l’empêcher. Monsieur Hamilton, vous méritez votre titre de légende. A voir si celui de GOAT s’accrochera à votre patronyme fin 2020. Pour le moment, félicitations.

Le cirque de la Formule 1 a rendez-vous le week-end du 15 novembre pour l’avant-dernière course de la saison à Interlagos, au Brésil. Un circuit mythique qui pourrait se voir être remplacé, faute de moyens. Alors profitons de ce monstre sacré pendant qu’il est encore temps.


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*