Gp du Brésil 2019 : On Samballe pour Pierre Gasly

Alors qu’on se dirigeait vers une course fade, les 10 derniers tours du GP du Brésil nous ont offert un scénario de dingue qui aura permis à Pierre Gasly de monter sur son premier podium de sa carrière en F1.

Les qualifications nous laissaient entrevoir que la course du dimanche allait être mouvementée. Max Verstappen en pôle, Charles Leclerc seulement 14e après un changement de moteur, Carlos Sainz partant lui dernier, problème électrique sur sa McLaren.

Une deuxième ligne 100% grise avec Lewis Hamilton devant son coéquipier Valterri Bottas, une habitude cette saison. Derrière eux, Alexander Albon et celui qu’il a remplacé à Red Bull à savoir Pierre Gasly sur sa Toro Rosso. Bon point, la 7e place de Romain Grosjean avec sa Haas, capable du pire mais aussi du meilleur.

La course se déroulera tranquillement. Charles Leclerc remontera sur le quatuor de tête tandis que Carlos Sainz grimpera les échelons au fil des tours. Mais devant, on s’observe, et Max Verstappen conserve la tête, non sans se faire peur aux stands. Il faut dire que Williams n’a pas été malin en relâchant Robert Kubica juste devant le Néerlandais.

Alors qu’on rentrait dans une sorte de ronronnement, la voiture de Valterri Bottas libère un panache blanc. Problème d’huile et abandon pour le Finlandais qui se gare dans un échappatoire. On se dit alors que sa monoplace sera libérée assez facilement, et bien non : safety car. Surprise générale et coup de maître de Max Verstappen qui repasse aux stands chausser de nouvelles gommes tandis que Lewis Hamilton reste en piste.

Lors du restart, le Hollandais volant subtilise la première place à un champion du monde dépassé, et c’est assez rare pour le souligner. 65e tour, Charles Leclerc réalise une manœuvre magnifique dans les S de Senna pour dépasser son coéquipier. Mais Sebastian Vettel récupère le DRS pour la ligne droite qui suit. Le Monégasque défend rudement mais laisse assez de place à la seconde Ferrari, qui se rabat sur lui. Contact léger mais suffisant pour que les deux voitures soient hors course.

Rage chez la firme Italienne, et régalade pour le public car nouvelle safety car et cette fois Lewis Hamilton repasse aux stands pour tout donner sur les 3 derniers tours. Sans faire de bruit, Pierre Gasly est 4e en faisant une course remarquable. Lui qui partait 6e, il a profité de l’abandon des deux Ferrari et il reste à l’affut d’une erreur qui pourrait lui permettre de monter sur un podium. C’est ce qui arrivera au tour 70. Lewis Hamilton tente un dépassement sur Alxander Albon, raté. L’Anglais percutera le Thailandais qui se retrouve en tête à queue.

Max Verstappen s’envole tandis qu’en 2e position on retrouve un Pierre Gasly qui doit défendre corps et âme contre le sextuple champion du monde. Après un 71e tour parfait et une drag race sous haute tension, la Toro Rosso du Français résistera pour offrir le premier podium de la carrière de Gasly. Une magnifique récompense après une saison si dure mentalement.

Derrière, Lewis Hamilton terminera 3e, mais sera déclassé, à juste titre, pour son accrochage avec Albon. Le pilote Anglais qui reconnaîtra ses torts dès l’interview d’après course et qui a quand même privé d’un premier podium le pilote Red Bull. En revanche, sa pénalité permet à Carlos Sainz, parti dernier on le rappelle, de prendre la 3e place et de confirmer le retour en forme des McLaren. Et si cette performance est sublime, n’oublions pas de tacler la FIA, qui aura mis 30 minutes pour légiférer sur l’action d’Hamilton empêchant le pilote Espagnol de recevoir son trophée de 3e place avec les autres pilotes.

Et comme ce grand-prix était décidément fou, on retrouve en 4e & 5e les Alfa Romeo, Kimi Raikkonen devançant Antonio Giovinazzi. Dans les déceptions, Romain Grosjean et son “char à voile” qui passent à coté des points à cause de la 2e safety car qui a ruiné la stratégie de la Haas. Le pilote Français qui semble au bout du rouleau sur le plan mental & moral. On lui souhaite de vite partir en vacances pour se ressourcer.

La Formule 1 se déplacera à Abu Dhabi pour la dernière danse de la saison. Sur une piste très peu emballante, on regardera qui terminera 3e du classement des pilotes ou encore qui finira 5e chez les constructeurs. Des luttes du milieu de tableau qui vont égayer un grand-prix qui marquera les vacances pour les pilotes, les mécanos et toutes les équipes. Un bol d’air qui sera le bienvenue après une saison 2019 éprouvante.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*