Le Heat face aux Playoffs : La force par la culture

Ellington, Whiteside, Dragic et James Johnson, l'armée du heat (c) usa today

Comme tous les ans, la mi-avril annonce le départ d’une nouvelle campagne de Playoffs. La partie la plus importante de la saison. Après une année sans Playoffs, le Heat a réussi cette année à valider son ticket. Sans vrai crack, Miami continue sa lente progression vers un retour sur les cimes de l’est.

Un groupe Uni par la Heat Culture

Comme énoncé en introduction, Miami avait loupé les Playoffs de peu l’an dernier. Le tout malgré une fin de saison réalisée sur un 31-10. Cette année la saison du Heat a été plus linéaire. Auteurs d’une saison de qualité, ils ont fini à leur place entre 6 et 8 à l’Est. Sous les ordres de Spoelstra, l’équipe s’est d’abord appuyée sur sa défense pour prospérer. Sans talent de premier plan, l’attaque a eu plus de mal à s’exprimer. Mais mené par le All Star Dragic et le nouvel arrivant Olynyk, Miami a réussi à faire ce qu’il faut pour arracher des victoires.

De retour en Playoffs, la franchise de Pat Riley n’a pas d’immenses ambitions cette année. Elle apparaît plus comme une confirmation de l’été dernier. En effet Miami a choisi la continuité en resignant la majorité des contributeurs de ses derniers résultats. Aucun contrat n’est vraiment aberrant mais South Beach ne dispose pas de mobilité sous le cap avant au moins 2019. Le parrain a bien tenté cet été d’attirer un gros agent libre mais Hayward a préféré rejoindre son ex-coach et les Boston Celtics.

Le retour de Father Prime

Dwayne Wade est de retour à Miami et c’est quelque chose à célébrer. Il retrouve le nid qu’il n’aurait peut-être jamais dû quitter. Riley récupère pour le minimum un joueur à qui il a refusé de donner un gros contrat (faute de moyens) lors de l’été 2016. Flash a ainsi l’occasion de boucler la boucle. Il apporte tout son leadership et son expérience tout en essayant d’élever l’équipe au-dessus de la mêlée lors de ses bons soirs avec ses moves vintages. L’avenir de Wade demeure flou. Le joueur semble vouloir finir à Miami, mais est-ce que c’est pour cet été ou le prochain. Et comment Miami va le payer sans disponibilités cet été si Papy Wade choisi la deuxième option. Miami doit aussi payer Ellington qui est un joueur essentiel dans la saison du Heat cette saison.

L’attente d’un nouvel homme providentiel

Certes l’avenir de Wade demeure une interrogation et des mouvements peuvent arriver cet été pour le conserver mais la grande question demeure l’avenir de la franchise.  Miami dispose d’un jeune core intéressant avec Richardson, Winslow et Adebayo. Le premier a passé un cap cet été, des deux côtés du terrain. Il commence tout d’abord à s’imposer comme l’un des plus impressionnants défenseurs extérieurs de la ligue. Malgré sa taille c’est l’un des meilleurs contreurs de la ligue (dans la ligné des Dwyane Wade et John Wall) notamment en trailer. Ajoutez à cela une vrai lecture du handle de l’adversaire pour lui faire les poches et voler le ballon. Offensivement aussi, il a développé un jumper efficace en sortie de dribble et finit bien au cercle. Winslow demeure un projet en travaux qui avait déjà montré de bonnes capacités défensives. De l’autre côté du terrain, certains flashs sont apparus que ce soit en tant que playmaker balle en main ou en spot up mais rien d’encore consistant. Enfin Adebayo fait vraiment une bonne saison rookie, jusqu’à même finir des matchs devant Whiteside.

Une façon d’envisager l’avenir pour Miami est de penser que l’un de ces trois là va exploser  à un moment. L’autre consiste à attendre l’homme providentiel. A attendre qu’une star dans son prime devienne disponible et qu’un package des roles players du Heat attire. Paraît improbable que Miami attire un gros free agent avant 2020 (très gros poissons) au vu de l’état de leurs finances par contre.

A Miami, la culture n’est pas vaincue. Elle permet au Heat de continuer à être une bonne équipe en NBA. La stabilité de la franchise est à saluer même si le retour vers les sommets peut s’avérer longue. En attendant, les fans ne se priveront pas du/des derniers paniers de Wade sous la tunique de south beach.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*