Pierre de Coubertin, l’instaurateur des JO modernes, est mort il y a 80 ans

(c) JO

Le 2 septembre 1937 décédait à Genève le grand Pierre de Coubertin, baron de Coubertin. Il n’était peut-être pas un sportif de haut niveau mais sans lui vous n’auriez sûrement pas vibré devant votre télé pour Usain Bolt, Michael Phelps ou bien encore Kevin Mayer cet été. En effet, Coubertin a passé sa vie à promouvoir le sport en France tout d’abord, lui qui trouvait cela essentiel pour le développement humain, et à l’international.

Vous l’aurez compris, ce pédagogue et historien adorait le sport, et va tout simplement décider d’améliorer l’éducation qu’il juge sans imagination. Mais bien loin des sports militarisés ,Coubertin, qui pratiquait la boxe, l’escrime mais aussi l’aviron et l’équitation, va avoir une idée. Et c’est ainsi que pour promouvoir l’athlétisme, il souhaite créer une grande compétition internationale qui verrait s’opposer les meilleurs athlètes du monde civilisé. Inspiré par l’intérêt grandissant que suscite l’olympisme antique grâce aux découvertes archéologiques d’Olympie, il décide de recréer les Jeux Olympiques. Il annonce son projet le 25 novembre 1892 (année où il arbitre la première finale du championnat de France de rugby entre deux clubs parisiens) dans l’amphithéâtre de la Sorbonne et crée le Comité International Olympique le 23 juin 1894, à Paris lors du premier congrès olympique. En 1896, les premiers Jeux Olympiques rénovés ont symboliquement lieu à Athènes, et il est décidé que les Jeux auraient lieux tous les quatre ans.

Mais tout n’est pas rose, loin de là, Coubertin n’a jamais admis la place des femmes dans les compétitions sportives. Les femmes, absentes des premiers jeux de 1896 (Coubertin conseillait la gymnastique aux femmes dans une optique de santé, la compétition et les muscles ne leur correspondant pas, à ses yeux), font leur entrée lors des deuxièmes Jeux Olympiques, à Paris, en 1900 (27 participantes), leur nombre ne cessera de croître par la suite. Coubertin s’éloigne du Comité International Olympique en démissionnant du poste de président en 1925. Par la suite, il aura un certain rôle dans les Jeux de 1936 bien qu’il soit exaspéré de la récupération politique d’Hitler notamment. Il meurt à Genève l’année suivante, victime d’une crise cardiaque. Il est enterré à Lausanne mais son cœur est inhumé séparément dans un monument près du sanctuaire d’Olympie.

Enfin, Coubertin a récolté quelques casseroles comme on dit, notamment par certaines déclarations, il a par exemple cité les Jeux Olympiques d’Hitler comme « les mieux organisés de l’histoire ». Il était également dans la course pour un prix Nobel de la paix, mais ce même Hitler l’a soutenu ce qui le disqualifia assez rapidement. Comme quoi on ne peut pas gagner à chaque fois, mais l’important est de participer, non ?

Dans le monde du sport, Ernest Renshaw (1899), précurseur du tennis et vainqueur de Wimbledon en 1888, Claude Ménard (1980), précurseur du saut en hauteur en France et médaillé de bronze aux JO 1928, ainsi que Jean-Michel Baron, qui a eu un accident 3 jours avant l’accident de Daniel Balavoine sur le dakar 1986. Il et mort un 2 septembre 2010 également après 24 ans de coma.

A propos de Marin 9 Articles
Fan de nombreux sports depuis maintenant plus de dix ans, et plus particulièrement de tennis et de NBA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*