[ITW] Vincent Clerc : « Des joueurs aux qualités sportives et humaines »

Consultant aujourd’hui pour France Télévisions, Vincent Clerc apporte du haut de ses 67 sélections une véritable expertise. Il faisait partie du dernier Grand Chelem en 2010. L’ancien ailier international et du Stade Toulousain revient sur ce début magnifique des Bleus dans ce tournoi des VI Nations 2020. Entre éloges et éléments à perfectionner, le vice-champion du monde 2011 décrypte ce « nouveau » XV de France.

Pour commencer, comment jugez-vous ce XV de France après trois matchs ? Que peut-on retenir ?

On voit que c’est un groupe qui vit bien. Il y a énormément de solidarité entre les joueurs sur le terrain. La vie du collectif semble très bonne. Il y a du talent c’est certain, et il est visible match après match. Ils sont opportunistes sur tous les ballons et encore plus sur les contres. C’est véritablement leur grande force. Le secteur défensif est très fort et c’est ce qui permet aujourd’hui de gagner ces matchs. Les victoires suivent et c’est important.

Quels changements sont déjà visibles depuis l’arrivée de ce nouveau staff à sa tête ?

La confiance déjà. Ce groupe n’a pas le vécu du passé du XV de France. Avant dans les moments importants, l’équipe s’effondrait psychologiquement, elle était tétanisée. Aujourd’hui ces joueurs sont pour la plupart nouveaux et n’ont pas le vécu de la défaite. C’est par cette confiance entre eux qu’ils peuvent développer ce jeu que l’on voit. Ce sont des joueurs aux qualités sportives et humaines à la fois. La victoire permet d’amener cette mentalité.

Ce nouveau plan de jeu très offensif, est-ce le rugby de demain ?

C’est déjà le rugby d’aujourd’hui. C’est celui qui a fait gagner le Stade Toulousain la saison dernière en championnat. Nous avons pu le faire aussi lors de la coupe du monde avec des joueurs très mobiles et qui répètent les efforts. C’est ce qui fait la différence à l’heure actuelle au haut niveau.

Est-ce que pour vous un joueur s’est démarqué plus que les autres dans ce début de tournoi ?

Non pas vraiment parce qu’il y a beaucoup de joueurs performants. Il y a Grégory Aldritt qui confirme, la deuxième-ligne qui très performante mais aussi Arthur Vincent et la charnière. C’est un groupe tiré vers le haut avec ses individualités et qui amène ces performances collectives. Anthony Bouthier est aussi une belle surprise à ce haut niveau.

Il y a eu beaucoup de critiques à l’égard de Teddy Thomas suite à la rencontre au Pays de Galles. Quelle est votre vision ?

Je pense qu’il faut arrêter de faire une fixette sur lui. Le XV de France est fait de performance et de contre-performance. Teddy Thomas a d’énormes qualités mais aussi des défauts. La vie du XV de France est faite de concurrence et au-delà des 23 joueurs sélectionnés pour une rencontre. S’il venait à avoir une perte de confiance ou à mettre du temps à s’adapter à la nouvelle défense, le staff peut juger de le remplacer. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne reviendra pas en équipe de France. Et ce sera alors à lui d’aller travailler dans son coin pour revenir.

Pour continuer sur les individualités, que pensez-vous du capitanat de Charles Ollivon ?

Il a le profil pour porter ce rôle. Il est jeune mais c’est l’un des plus âgés du collectif. Il revient de loin parce qu’il aurait pu arrêter le rugby et pourtant aujourd’hui il est en équipe de France. De par son parcours, il a le sens du sacrifice et du travail. Il peut transmettre cette aura. Il connaît les joueurs avec les sélections de jeunes. Son histoire particulière permet de partager des valeurs importantes à ce groupe.

Charles Ollivon, 26 ans et 14 sélections avec le maillot frappé du coq
CP : Icon Sport

On a parlé de « tricherie » dans les mêlées françaises par les Gallois. Quel est votre avis ?

C’est de la coquinerie on va dire ! Il en existe toujours entre les piliers. La presse galloise a voulu mettre un peu de pression sur les arbitres avant la rencontre. Je pense qu’il n’y a rien du tout. Après je ne suis pas un spécialiste de la mêlée ! Mais quand je vois celle sur l’entrée de Demba Bamba, la France a été très performante dans ce secteur. Et je fais confiance à William Servat et Raphaël Ibañez pour travailler.

Aujourd’hui, le XV de France est passé de la 7ème à la 5ème place mondiale. Est-ce anecdotique ou important pour la suite ?

Anecdotique à mon avis. Le Pays de Galles a été par exemple numéro un mondial mais ils n’avaient joué aucune des nations du sud à ce moment-là. Après cette progression est le reflet des victoires. Ce qui est une bonne chose par contre.

Il est souvent évoqué la finale face à l’Irlande au Stade de France, mais le déplacement en Écosse n’est-ce pas un piège justement ?

Je pense pas qu’il existe un piège pour eux. Les Français sont trop conscients de l’importance de ce déplacement. Cette équipe a connu quand même quelques difficultés depuis le début du tournoi. Elle sait qu’elle est encore fragile et perfectible. Perdre là-bas serait tout de même dommage. L’Écosse reste une belle nation. Elle aurait dû l’emporter d’ailleurs face à l’Angleterre et l’Irlande. Mais l’équipe de France est prête pour cette rencontre.

Est-ce que le titre peut échapper au XV de France en 2020 ?

Il faut attendre les deux prochains matchs. Ils sont en bonne position mais rien n’est fait encore. Il y a cette finale face à l’Irlande qui est toujours spéciale. Mais s’ils gagnent en Écosse, c’est pratiquement fait. Je pense que nous sommes tout de même en très bonne voie pour gagner et pourquoi pas pour le Grand Chelem également. Mais il faut rester vigilant.

Par Joris Bertoia

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*