La jeunesse milanaise sonne la révolte !

Source image : it.eurosport.com

Vainqueur ce week-end de la Juventus grâce à un but du jeune Manuel Locatelli, le Milan AC a mis fin à une série de 7 défaites consécutives face aux turinois. Cette victoire semble enfin marquer le retour des Rossoneri au premier plan. Après trois années de galère et de mauvaise gestion, le club milanais retrouve de sa splendeur cette année sous la houlette de Vincenzo Montella, mais attention il n’est pas (encore) question de s’enflammer.

Nous sommes le 11 mars 2014 au Stade Vicente Calderon de Madrid, l’Atlético l’emporte 4 buts à 1 face au Milan AC pour le compte des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Après un match nul 0-0 à l’aller, les futurs finalistes éliminent les Rossoneri sans forcer pour rejoindre Barcelone au prochain tour. Cette date marque le dernier match du Milan AC en coupe d’Europe. Beaucoup pensent que cette rencontre indique le début de la plongée aux enfers du club milanais, mais en vérité celle-ci a démarré beaucoup plus tôt. A l’aube de la saison 2012-2013, le Milan, vice champion d’Italie derrière la Juventus, souhaite se renouveler. Le club, présidé par Silvio Berlusconi, est en fin de cycle, il connaît alors une vague de départ important, tant sur le plan technique que moral. Les joueurs qui ont marqué l’histoire du club, tels que « Super Pippo » Inzaghi, Clarence Seedorf ou Alessandro Nesta, quittent l’équipe. Pire encore, Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovic, tous deux titulaires indiscutables la saison précédente, sont vendus au Paris-Saint-Germain. Massimiliano Allegri, l’entraîneur du Milan, fait des miracles et réussit à terminer la saison sur le podium. Mais la saison 2013-2014 va s’avérer beaucoup plus compliqué pour le technicien. Malgré le retour de l’idole Kakà et la bonne saison de Balotelli, le Milan connaît un début de saison difficile et la défaite face au promu Sassuolo signe la fin de l’histoire entre Allegri et le club. L’arrivée de Clarence Seedorf à la tête des Rossoneri ne permettra pas au Milan d’éliminer l’Atlético Madrid en Ligue des Champions et il termine le championnat à la 8ème place, avec une très bonne deuxième partie de saison. L’aventure entre Seedorf et le Milan AC ne durera pas plus longtemps car le coach est en désaccord avec Berlusconi. Derrière ça, c’est un autre ancien de la maison qui fait son arrivée sur le banc, en la personne de Filippo Inzaghi, précédemment entraîneur des U21 milanais. Malgré un très bon début de saison 2014-2015, l’équipe n’arrivera pas à faire mieux que la précédente. C’est à ce moment-là que le président décide d’investir de nouveau massivement dans son club et de choisir un entraîneur plus expérimenté que les précédents. C’est le serbe Sinisa Mihajlovic qui prend alors la tête de l’équipe pour la saison 2015-2016. Le coach voit notamment l’arrivée de Carlos Bacca, Alessio Romagnoli ou Juraj Kucka qui sont rapidement devenus des leaders pour l’équipe. Durant cette saison il y a du mieux et le projet « jeune » dont parle le club depuis si longtemps commence à prendre effet, avec notamment le premier match de Gianluigi Donnarumma à seulement 16 ans dans la cage des milanais. Alors que Milan semblait enfin être en mesure de retrouver l’Europe grâce à sa sixième place, il se fait devancer dans le sprint final par Sassuolo et Mihajlovic en fait les frais. Cristian Brocchi reprend donc les rênes de l’équipe pour les dernières journées et surtout la finale de Coppa Italia. Malheureusement pour les milanais, ils échoueront en prolongation face à la Juventus. Le président décide donc de vendre le club et c’est courant août 2016 que la famille Berlusconi donne son accord à un consortium chinois pour qu’il rachète 99% du Milan AC. Le dernier cadeau du président ? Le recrutement de Vincenzo Montella à la tête de l’équipe.

Vincenzo Montella a réussi à créer un vrai groupe

L’ancien coach de la Roma, de la Fiorentina ou de la Sampdoria notamment, n’a pas eu le droit à des recrues majeures durant l’été, à cause du retard concernant la signature des papiers pour le rachat, de ce fait les fonds sont arrivés beaucoup trop tard. Il peut néanmoins compter sur les retours de prêt de Gabriel Paletta et Suso. Montella cherche avant tout à s’appuyer sur un effectif mêlant expérience et jeunesse. Il a rapidement trouvé son système de jeu (4-3-3) et celui-ci a fonctionné de suite. Mais si l’effectif n’a pas massivement changé, la mentalité de l’équipe est tout autre que la saison dernière. En effet, sous les commandes de Mihaljovic, l’équipe semblait friable et les nombreux changements de système n’ont rien arrangé à cela. De ce fait, chaque fois que le Milan marquait un but, le bloc reculait et comptait sur son jeune Donnarumma pour tenir le résultat. A quelques exceptions près et notamment la victoire dans le derby face à l’Inter 3 à 0, le Milan de la saison dernière n’a pas fait vibrer les supporters. C’est pour cela que cette année le club compte son plus faible total d’abonnés depuis plus de 30 ans, avec 10 000 abonnés pour un stade qui contient plus de 80 000 places ! Mais cette saison, comme dit auparavant, l’équipe semble s’être métamorphosé sur ce début de saison. Hormis une défaite face à l’Udinese 1-0 à San Siro qui ressemblait étrangement aux rencontres de la saison dernière, les milanais ont montré un mental à toute épreuve et qu’ils ne seraient plus du genre à baisser les bras. Plusieurs faits de jeu ont notamment montré un nouvel état d’esprit et ce dès le début de saison. Lors de la première journée, Donnarumma (toujours lui) arrête un penalty dans les dernières seconde face au Torino pour permettre à son équipe de bien démarrer en championnat. Dans les journées suivantes et malgré une défaite à Naples 4 buts à 2, les milanais, alors menés 2-0, arrivent à revenir à 2 partout, ce qui semblait inimaginable la saison dernière face à une équipe de ce gabarit. Encore mieux, menés 3 buts à 1 face à Sassuolo à San Siro, les Rossoneri s’imposent 4-3 dans une fin de match de folie. Le pressing haut qu’a mis en place Montella semble vraiment gêner les adversaires, et les joueurs semblent être en total adéquation avec la mentalité du Mister. L’équipe-type s’est dessiné très tôt et cela à apporter des garanties aux supporters. Devant l’inamovible Donnarumma, Romagnoli va continuer sa progression à côté de Paletta. Le trio au milieu de terrain Bonaventura – Kucka – Montolivo (Locatelli après la blessure du capitaine) apporte tout ce qu’un entrejeu a besoin mêlant physique et technique. Enfin Niang et Suso entourent le buteur le plus efficace de Serie A, Carlos Bacca. Tout cela avec l’une des moyennes d’âge les plus faibles du championnat.

Une jeunesse dorée

Comme dit précédemment le Milan détient des jeunes très talentueux et qui pourront leur permettre de retrouver les sommets. Après les six premières journées de Serie A, l’AC Milan avait la moyenne d’âge la plus faible des clubs italiens, avec une moyenne de 25 ans et 338 jours. Un comble pour une équipe que beaucoup de média qualifié de pré-retraite, en cause le départ tardif des « sénateurs ». Le plus connu de ces jeunes c’est désormais « Gigio » Donnarumma déjà international avec la Nazionale à seulement 17 ans. Déjà courtisé par les plus grands clubs européens, le Milan AC va chercher à blinder le poulain de Mino Raiola dès qu’il aura 18 ans en février prochain. Derrière lui et en tant que troisième gardien, on peut parler d’Alessandro Plizzari qui n’a lui que 16 ans et qui s’entraîne déjà avec l’équipe première. Le Milan semble donc bien paré pour ce qui est du poste de gardien de but. En défense il n’a pas à rougir non plus. Après avoir acquis Alessio Romagnoli à la Roma, pour 25M d’euros, le défenseur central de 21 ans a rapidement fait l’unanimité au sein du club, lui qui a aussi démarré sa carrière internationale avec l’Italie récemment, avec une première face à l’Espagne. Sur les côtés, les latéraux italiens Mattia De Sciglio (24 ans) et Davide Calabria (19 ans) font aussi leur bonhomme de chemin. Si le premier est assez connu du grand public et a été courtisé par la Juventus durant l’été après son bon Euro, le deuxième l’est un peu moins, et même s’il a déjà démarré la saison dernière, c’est cette année où il est en concurrence avec Ignazio Abate, le titulaire à son poste. Dans l’entrejeu, les jeunes joueurs sont bien au rendez-vous. La nouvelle coqueluche du public, Manuel Locatelli, après ses buts magnifiques face à Sassuolo et surtout face à la Juventus, ont permis au joueur de 18 ans de passer un cap, lui qui est capitaine avec les U19 italiens. Il profite de la longue blessure de Riccardo Montolivo pour prendre une place de titulaire en tant que regista. Pour finir, le français M’baye Niang (21 ans) et l’espagnol Suso (22 ans) sont de véritable fer de lance et paraissent déjà indispensable à l’attaque milanaise. Tous ces joueurs démontrent que le projet « jeune » est bien en place et qu’ils seront des joueurs importants dans le système mis en place cette saison.

Que peut viser le club cette saison ?

Après leur très belle victoire 1-0 face à la Juventus, beaucoup de personnes considèrent le Milan comme l’anti-Juve de ce championnat. Mais pour les milanais pas question de parler de lutte pour le titre, c’est le retour en coupe d’Europe et si possible en Ligue des Champions qui semble être l’objectif du club cette saison. Cela paraît jouable dès cette saison. En effet si la Juventus reste largement au-dessus du lot et devrait remporter le Scudetto, derrière, les prétendants sont en nombre. Si Naples semblait pouvoir se mêler à la lutte pour le titre avec les Bianconeri, la lourde blessure de leur recrue Arkadiusz Milik semble avoir freiné le bon début de saison des Napolitains sur la scène nationale et européenne. D’un autre côté la Roma est toujours présente en haut du classement et elle semble avoir un effectif plus riche que les milanais, ce qui devrait leur permettre de terminer devant. Mais derrière, les autres prétendants tels que la Fiorentina ou l’Inter ont très mal démarré le championnat et ont déjà pris un retard considérable sur la tête du classement. En plus de cela ils disputent la Ligue Europa , ce qui devrait les contraindre à perdre quelques points en championnat. Le Milan AC a vraiment un coup à jouer cette saison. Il faudra néanmoins espérer ne pas voir trop de blessés côté milanais, car le banc semble être beaucoup plus faible que les titulaires. La bonne nouvelle c’est que les investisseurs chinois comptent investir en masse, et ce dès cet hiver, cela pourrait alors permettre au Milan d’attaquer de plain-pied la deuxième partie du championnat. Quand leurs rivaux devront mêler matchs à élimination directe en coupe d’Europe et matchs de championnat, le Milan n’aura que la scène nationale pour exister et cela devrait évidemment être un plus pour le club de Vincenzo Montella. Le Milan va donc devoir rester à ce niveau toute la saison pour permettre de nouveau aux tifosi de ressentir les frissons au son de l’hymne ou simplement du plaisir de retrouver les plus grandes équipes européennes.

Beaucoup pensent que les grands clubs ne meurent jamais ? Alors si c’est le cas l’AC Milan devrait pouvoir retrouver l’Europe rapidement. Pour retrouver les sommets, le club lombard devra s’appuyer sur ses jeunes pépites et réussir à les conserver. Nul doute qu’avec l’apport financier des investisseurs chinois, les grandes soirées de coupe d’Europe, dans un San Siro rempli, ne sont plus très loin.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*