[FOCUS] Ping Pong : les Loups d’Angers dans le dernier carré de la Ligue des champions

Andréa Landrieu a offert la qualification à son équipe dès le premier match. (ouest-france.fr).

Le club Angevin n’a fait qu’une bouchée du club autrichien de Walter Wels (3-0) lors du quart de finale retour de la Ligue des champions vendredi 8 février 2018. Vainqueurs du match aller sur le même score, ils retrouveront en demie les russes d’Orenbourg du 6 au 8 mars.

La délivrance est venue d’Andréa Landrieu, 22 ans, après le gain des deux premières manches (13-11, 11-9). Le contrat était donc déjà rempli. L’équipe angevine n’avait besoin que de deux petits sets pour continuer leur chemin européen. Emmenés par le Suédois Jon Persson, le Portugais Joao Geraldo et le Français Andréa Landrieu, les Loups rejoignent ainsi le dernier carré de la Coupe d’Europe après cinq ans d’absence. De quoi réjouir le ping tricolore, qui faisait grise mine après l’élimination de son meilleur représentant, Cergy-Pontoise, deux fois titré sur les cinq dernières éditions.

Angers-Walter Wels, des retrouvailles qui tournent court

La Ligue des Champions de tennis de table a le même prestige que sa grande sœur du football. Même hymne lors de l’entrée des joueurs dans l’enceinte, même poids dans un palmarès mais également même passion partagée entre joueurs et supporters. Au programme, uniquement des matchs en simple et la première équipe à en remporter trois sort vainqueur de la rencontre. Les Angevins ont appliqué le règlement à la lettre. Pas plus de trois matchs pour battre Walter Wels à l’aller puis au retour. Et une demi-finale dans la plus grande compétition de club à la clé.

Déjà opposées en demi-finale de l’ETTU Cup (l’équivalent de l’Europa League en football) il y a deux ans, les deux équipes n’affichaient pas le même niveau. Le cocktail jeunesse-expérience concocté par l’entraîneur David Pilard a fini donc par détonner. Sortis premiers de leur poule avec quatre succès en six matchs, les joueurs de la Ville des fleurs ont pu compter sur leur leader, Jon Persson, absent au match aller mais essentiel tout au long de cette campagne européenne.

Le joueur : Jon Persson

Le Suédois, n°4 au classement français, est le joueur le plus dangereux de l’équipe. Avec plus de 80 % de victoires cette saison en Ligue des champions, il fait donc figure de pilier des Loups. Seuls l’Allemand Patrick Franziska, 15ème mondial, et le Slovène Darko Jorgic, 55ème, ont trouvé la solution face au jeu offensif du joueur de 32 ans. Le barbu scandinave n’est pas non plus celui qui possède le palmarès le plus impressionnant sur le circuit international. Il a néanmoins contribué au joli parcours de son équipe qui a remporté la médaille de bronze aux championnats du monde par équipes en 2018 derrière la Chine et l’Allemagne. Après avoir manqué le match aller, l’actuel 61ème mondial a expédié son adversaire lors du dernier match vendredi. L’Autrichien Christian Friedrich, 19 ans seulement, en a fait l’amère expérience : 11-7, 11-7, 11-3.

La stat : un seul set perdu en six matchs

Cette double confrontation n’a finalement été qu’une formalité pour les joueurs du Maine-et-Loire. Il fallait faire bonne impression avant de retrouver les redoutables Russes d’Orenbourg en demie. C’est chose faite. Cinq des six matchs disputés se sont soldés par une victoire en trois sets. Le fautif est l’autre Suédois du groupe, Jens Lundqvist, qui a lâché une manche dès le premier match à l’aller.

La prochaine destination européenne des Angevins se situe de l’autre côté de l’Oural, chez l’ogre Orenbourg. Le mot “ogre” n’est pas trop fort pour qualifier la domination de ce dernier sur la scène continentale. Sept fois finaliste sur les huit dernières éditions, les Russes, tombeurs de Cergy en quart, voudront ainsi poursuivre leur dégustation française.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*