L’OPA du Qatar sur les marchés sportifs

Les Qataris en pleine réflexion... économique ! (Crédit photo fifa.com)

Depuis le 5 juin, le Qatar est soumis à un embargo de la part de ses pays voisins du golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite. Le PSG de Nasser Al-Khelaïfi, a réalisé une offensive musclée durant le mercato. Derrière le président du club, un pays, le Qatar, qui prend une revanche contre ses agresseurs.

Rien n’est trop grand pour le Qatar. Après avoir investi l’immobilier, le pays accroît sa folie des grandeurs dans le domaine du sport, et plus particulièrement le foot. Les ambitions affirmées de Doha se sont concrétisées avec les achats records de Kylian Mbappé et de Neymar pour respectivement 180 et 222 millions d’euros. Plus qu’une victoire sportive, il s’agit là d’un réel coup de force géopolitique.

« C‘est un pied de nez adressé à ses voisins saoudiens et émiriens, dans la mesure où ses achats pharamineux montrent que le Qatar ne renonce pas à investir pour recruter des joueurs de renom » analyse Georges Malbrunot, spécialiste du Moyen-Orient.

Mais c’est autour du transfert de Dani Alves que le Qatar a réalisé une démonstration de force. Le joueur brésilien, alors prêt à signer à Manchester City (propriété des Emirats Arabes Unis) a finalement choisi le PSG qui a doublé l’offre du club anglais. Une offensive express contre son ennemi du golfe.

En 2008, sous la responsabilité de Nicolas Sarkozy, la France a offert au Qatar un incroyable avantage fiscal. Pour le chroniqueur de Canal Football Club, Pierre Ménès, le poids du Qatar pèse bien plus lourd :

« Le problème, c’est qu’on pense que le Qatar c’est juste le PSG. Mais pour le Qatar, le PSG c’est un joujou. En terme financier c’est de la rigolade. Leur problème c’est plus le fair-play qu’un problème financier. La somme c’est un détail », souligne-t-il.

Malgré la crise diplomatique, les sanctions et l’embargo, le Qatar a réussi à s’imposer comme une vitrine de la réussite. Christian Chesnot, grand reporter à France Inter, confirme que cette folie dépasse le cadre sportif « Pour regagner en visibilité internationale, le pays veut montrer qu’il n’est pas un pays extrémiste » comme le prétendent ses voisins ennemis du golfe. En utilisant l’arène du sport, le Qatar réalise un dribble en or. En 2018, le pays organisera les championnats du monde de gymnastique, avant les championnats du monde d’athlétisme l’année suivante. Mais c’est en 2022 que le pays réalisera son coup de maître avec l’organisation de la Coupe du Monde, une première pour un pays islamique. Une vengeance contre ses voisins qui n’hésiteront pas à « faire pression sur la FIFA pour saboter et déstabiliser le pays » relève Christian Chesnot.

 

Une conception industrielle du sport

Une manne financière qui commence à agacer certains supporters comme Romain : « j’ai une vision du foot plus populaire que bling bling mais c’est l’époque qui veut ça ». Le pays du golfe, ne réfléchit pas uniquement à travers la lucarne sportive « ils considèrent le sport comme une industrie » explique Chesnot. Une vision économique qui n’a rien de philanthropique et qui pousse le pays à rêver toujours plus grand. Une conception industrielle de A à Z, de l’équipe de foot au centre de formation, en passant par les droits TV avec sa chaîne beIN Sport. Un autre bras armé de la pétromonarchie, qui a acquis les droits de diffusion de la Ligue des champions dans la région. Une revanche supplémentaire pour le pays dont la chaîne a été interdite en Arabie Saoudite et aux Emirats.  Satisfaction additionnelle, la compagnie aérienne Qatar Airways est en partenariat avec la FIFA en tant que sponsor de grands événements jusqu’en 2022, dont récemment la Coupe des Confédérations.

Si le Qatar a prouvé sa légitimité sportive, le pays est attendu au tournant. Malgré l’embargo aérien et terrestre, le pays veut faire passer un message fort. Il prouve à la communauté internationale qu’il n’est pas une victime mais en réelle position de force. Une mise au ban diplomatique qui ne l’empêche pas pour autant de gagner du terrain.

 

Alexandra Thery

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*