[LUNDI TENNIS] Djokovic impérial, Bertens intouchable, le retour de Federer et les premières invitations pour Roland-Garros

Novak Djokovic continue d'asseoir sa domination sur le tennis mondial après sa victoire à Madrid. (Bernat Armangue/AP).

A deux semaines de Roland-Garros, la planète tennis poursuit sa préparation sur terre battue. A l’occasion du tournoi de Madrid, l’un des derniers grand rendez-vous sur ocre avant le Grand Chelem parisien, Agora Sports vous résume la semaine tennis qui vient de s’écouler.

Djokovic de retour aux affaires

En proie au doute depuis son succès à l’Open d’Australie fin janvier, Novak Djokovic a vécu une semaine idéale lors du Masters 1000 de Madrid. Particulièrement inspiré dans son jeu, variant ses coups et quasiment impossible à déborder (voir la vidéo ci-dessous), le n°1 mondial a étouffé un à un ses adversaires pour conquérir son 33e titre dans cette catégorie, le 74ee dans l’ensemble de sa carrière. Avec en prime, aucun set concédé et une place de patron du tennis mondial confortée.

Ce retour aux affaires s’est traduit par des victoires convaincantes notamment face à Dominic Thiem en demi-finale (7-6, 7-6) et Stefanos Tsitsipas pour aller chercher le trophée (6-3, 6-4). Très autoritaire tout au long de la semaine, le Serbe égale le record de titres en Masters 1000 de Rafael Nadal. La NextGen prête à lui chiper son trône ? Très peu pour lui.

Kiki Bertens gravit la dernière marche

La saison passée, elle avait quitté la Caja Magica avec le trophée de la finaliste. Cette fois, c’est bel et bien avec celui de la lauréate que Kiki Bertens repartira de Madrid. La Néerlandaise a remporté le premier titre de sa carrière dans la catégorie Premier Mandatory (équivalent des Masters 1000). Celle qui est désormais 4e joueuse mondiale a confirmé son appétence pour l’ocre après avoir atteint le dernier carré à Roland-Garros en 2016 et à Rome en 2017.

Bertens a battu en finale ce qui se fait de mieux sur terre en la personne de Simona Halep. Elle a su tenir la cadence infernale du fond du court imposée par la Roumaine et ainsi s’offrir le plus beau titre de sa carrière. Elle se présentera à Paris avec la pancarte de favorite à Roland, à partager avec Halep, la tenante du titre.

Tsitsipas n’en finit plus de surprendre

Après sa victoire au tournoi d’Estoril la semaine passée, Stefanos Tsitsipas a poursuivi sa marche en avant et montré que son jeu s’adaptait à toutes les surfaces, même face aux meilleurs. Fort d’une demi-finale en Australie (sur dur), le Grec a sorti deux des favoris pour rejoindre Djokovic en finale, sa deuxième en Masters 1000 (après Toronto en 2018). Alexander Zverev, vainqueur l’an dernier, a subi la fougue du natif d’Athènes en quart (7-5, 3-6, 6-2). Rafael Nadal, quintuple lauréat du tournoi, a lui aussi plié face aux coups de boutoir du nouveau n°7 mondial en demie (6-4, 2-6, 6-3).

Entre Estoril, où il était tête de série n°1, et Madrid, où la confirmation était attendue, Tsitsipas a réalisé deux semaines quasi-parfaites et entretient une dynamique de victoires étincelante. Le jeune Grec se maintient à la 4e place à la Race (classement établi à partir du début de saison) et montre que la NextGen compte bien jouer les trouble-fêtes à Roland.

Federer, trois ans après

On croyait Dominic Thiem être le dernier (à tout jamais) à avoir battu Roger Federer sur terre battue. C’était à Rome en avril 2016. Trois ans plus tard, l’Autrichien reste le bourreau du Suisse mais les données ont néanmoins été actualisées. Le théâtre de cette confrontation de revers à une main était Madrid, en quart de finale. Le finaliste de Roland-Garros 2018 a, malgré tout, eu toutes les peines du monde à éliminer un joueur qui ne disputait que son troisième match sur ocre depuis 2016 donc (3-6, 7-6, 6-4). Deux balles de match sauvées dans un tie-break du deuxième set irrespirable tant la perspective d’un choc Federer-Djokovic en demie était alléchante.

L’ancien n°1 mondial s’est montré plutôt à l’aise pour ses premières glissades à Madrid. Exempté de premier tour, il a battu facilement Richard Gasquet (6-2, 6-3), de retour à la compétition. Mais Gaël Monfils a failli contrecarrer les plans de « Rodge » en huitième de finale. Deux balles de match écartées par le Suisse dans le dernier set (6-0, 4-6, 7-6) mais deux victoires qui rassurent, non pas sur son niveau de jeu, mais sur son acclimatation à la surface. Sur sa route vers Roland, Federer a annoncé sa participation au Masters 1000 de Rome cette semaine.

Le reste de l’actu en bref

Battu par Alexander Zverev (6-4, 6-1) au deuxième tour, l’Espagnol David Ferrer a quitté le circuit après 19 ans d’une carrière bien remplie. Avec 28 titres dont le Masters 1000 de Paris-Bercy, une finale à Roland-Garros et une place de n°3 mondial en 2013, celui qui était surnommé le “Pou” a enregistré une 734e et dernière victoire face à Roberto Bautista-Agut.

Dominic Thiem a annoncé en marge du tournoi de Madrid qu’il se séparait de son coach historique Günter Bresnik. L’Autrichien, qui s’est incliné en demi-finale contre Novak Djokovic, est suivi depuis le mois de février par l’ancien joueur chilien Nicolas Massu (9e mondial en 2004).

Le Français Quentin Halys a atteint la finale du Challenger d’Aix-en-Provence. Seulement battu par la tête de série n°1, l’Uruguayen Pablo Cuevas (7-5, 3-6, 6-2), Halys s’est notamment offert le scalp du Tchèque Jiri Vesely, 91e à l’ATP.

Quentin Halys, encore lui, et Grégoire Barrère ont décroché les deux premières wild-cards pour Roland-Garros. Selon un classement établi par la FFT sur les résultats obtenus lors des tournois disputés en France, les deux Français ne peuvent plus être rejoints et s’assurent donc une place dans le grand tableau.

Gaël Monfils a encore régalé le public à Madrid cette semaine. Il s’est encore trouvé inspiré malgré une situation mal embarquée et a sorti un coup venu d’ailleurs (voir la vidéo ci-dessous) face au Hongrois Marton Fucsovics. A regarder sans modération.

Le Tchèque Radek Stepanek, ex-n°8 mondial, a annoncé qu’il allait préparer Grigor Dimitrov, redescendu à la 46e place, en vue de Roland-Garros. Retraité depuis 2017, il affirme néanmoins qu’aucune collaboration n’est prévue après le tournoi parisien.

La promesse de la semaine : Marta Kostyuk

Elle s’était fait connaître lors de l’Open d’Australie 2018. Un an après, l’Ukrainienne de 16 ans, Marta Kostyuk, poursuit son ascension en sortant des qualifications du tournoi de Madrid. Classée à la 292e place mondiale, elle n’a pas franchi le premier tour du grand tableau, battue par la Tchèque Krystina Pliskova, 94e.

Elle a néanmoins enregistré deux belles victoires en “qualifs”. D’abord, face à l’Américaine Anisa Anisimova, 51e, sur un score pour le moins étrange (6-0, 2-6, 6-0). Ensuite, contre la Roumaine Irina Bara, 132e (7-5, 3-6, 6-2). Kostyuk, qui a remporté les Petits As en 2016, continue de surprendre après avoir atteint le 116e rang au classement WTA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*