[LUNDI TENNIS] Le show Kyrgios à Washington, Thiem s’impose à domicile et Catherine Mcnally, la relève du tennis américain

Nick Kyrgios a remporté le sixième tournoi ATP de sa carrière à Washington, le deuxième en 2019. (eurosport.fr).

La planète tennis entame sa tournée nord-américaine avec en ligne de mire l’US Open qui débute le 26 août. Kyrgios, Schwartzman ou encore Thiem ont brillé à la veille des tournois de Montréal (ATP) et de Toronto (WTA). Agora Sports vous résume la semaine qui vient de s’écouler.

Le show Kyrgios à Washington

Nick Kyrgios est décidément le joueur à la double identité. Parfois extraordinairement créatif et suscitant l’admiration, souvent bougon voire passif du genre à balancer ses matches. Cette semaine, il a décidé de mettre en lumière la première facette de sa personnalité, répondant ainsi à l’euphorie du public américain à la vue de ses coups venus d’ailleurs. Non tête de série à Washington, l’Australien a donc fait le ménage dans un tableau pourvu initialement de trois membres du top 10 mondial. Ses succès sur Gilles Simon, Stefanos Tsitsipas puis Daniil Medvedev en disent long sur la motivation hebdomadaire du showman de Canberra. Le seul à lui avoir arraché un set n’est autre que le Grec qui a même eu une balle de match en demi-finale.

Et puis, comme il se distingue du reste du circuit ATP, celui qui est revenu à la 27ème place s’est fait un nouvel ami à chaque rencontre. Au moment de la balle de match (en sa faveur), il a ainsi demandé à un spectateur du premier rang dans quelle zone il devait servir. Que ce soit en demie ou en finale, cela lui a souri et il n’oublie certainement pas de remercier son coach d’un jour par une poignée de main qui remplit ce dernier de joie. Nick Kyrgios ne laisse donc pas indifférent dans sa manière de jouer et de se comporter sur un court de tennis. Adoré par certains, arrogant pour d’autres (dont Nadal et Djokovic), l’Australien poursuit sa moisson de titres dans les tournois ATP 500 après celui d’Acapulco en février. Le continent américain semble lui convenir. Que son American dream se poursuive…

Thiem, comme à la maison

Si les cadors du circuit ne se tirent la bourre que lors des grandes occasions (Grand Chelem et Masters 1000), il y a des fois où certains font des heures supplémentaires à domicile. A Bâle, Federer a soulevé le trophée à neuf reprises. Onze pour Nadal à Barcelone, deux pour Djokovic à Belgrade. Dominic Thiem, lui, n’en est qu’à sa première fois chez lui mais son titre à Kitzbühel en appelle bien d’autres tant la ferveur autour de lui était immense. En finale, face à Albert Ramos-Vinolas, vainqueur à Gstaad la semaine passée, l’ambiance a rapidement tourné au combat de catch. Hurlant leur joie à chaque faute directe de l’Espagnol, les spectateurs autrichiens n’avaient d’yeux que pour le double finaliste de Roland-Garros.

Dominic Thiem s’est imposé sur la terre battue de Kitzbühel pour la première fois de sa carrière. (Matthias Hauer/atptour.com).

Vainqueur sans surprise de son tournoi, l’actuel n°4 mondial n’a pas lâché la moindre manche contre des adversaires toujours dangereux sur terre mais ô combien modestes au classement ATP (sa victime la mieux classée était 56ème). Fort d’un quatorzième titre en carrière (le dixième sur ocre), « Dominator » est désormais attendu à Montréal où il devra tirer profit des absences de Djokovic et Federer pour s’adjuger un deuxième Masters 1000 (après Indian Wells cette saison).

Schwartzman débloque son compteur à Los Cabos

Diego Schwartzman a conquis au Mexique son premier titre sur dur, le troisième toutes surfaces confondues. (abiertoloscabos.com).

Habituellement friand de terre battue, Diego Schwartzman a remporté son premier titre cette saison ainsi que le premier titre de sa carrière sur dur, à Los Cabos (Mexique). L’Argentin a connu une belle semaine avec des victoires sur Gulbis (129ème), Kukushkin (45ème), Pella (24ème) et Fritz (28ème) en finale. Sur la route de son troisième trophée sur le circuit ATP, il n’a laissé qu’un set en route, en demi-finale contre son compatriote Guido Pella. Solide tout au long du tournoi, Schwartzman entame de la meilleure des manières la tournée nord-américaine, lui qui a notamment été quart-de-finaliste à l’US Open en 2017.

La promesse de la semaine : Catherine Mcnally

Catherine Mcnally (à droite) forme, avec sa compatriote Cori Gauff (à gauche), l’avenir du tennis américain. (wtatennis.com).

Cet été, on pensait que ce serait Cori Gauff, révélation du dernier Wimbledon, qui volerait la vedette à Serena Williams ou Sloane Stephens aux Etats-Unis. Mais c’est une autre joueuse d’outre-Atlantique au visage poupin qui s’est illustrée sur le ciment de Washington et qui prend rendez-vous pour le dernier tournoi du Grand Chelem. Catherine Mcnally, 17 ans, a en effet remporté le double (associée à Cori Gauff) et atteint les demies en simple, montrant ainsi d’excellentes aptitudes dans tous les compartiments du jeu.

Installée à la 150ème place mondiale, elle a impressionné devant son public en éliminant notamment la joueuse de Taipei, Su-Wei Hsieh, 31ème, et en ne perdant que quinze jeux en quatre matches en double. Son association avec Gauff, qui vaut aux deux Américaines le surnom de « McCoco », n’est pas que l’histoire d’une semaine puisque les deux teenagers ont déjà inscrit à leur palmarès Roland-Garros et l’US Open en double chez les juniors l’an dernier. Grâce à son étonnant parcours à “D.C.”, Mcnally pourra légitimement prétendre à une invitation à Flushing Meadows dans trois semaines.

Le reste de l’actu en brefT

L’Américaine Jessica Pegula s’est imposée à Washington en battant en finale l’Italienne Camila Giorgi (6-2, 6-2). La joueuse de 25 ans soulève ici son premier trophée sur le circuit WTA et atteint le meilleur classement de sa carrière, 55ème.

La Roumaine Patricia Maria Tig a remporté le premier tournoi de sa carrière à Karlsruhe (Allemagne). Elle a disposé en finale de la Belge Alison Van Uytvanck, tête de série n°2 (3-6, 6-1, 6-2).

Saisai Zheng, elle aussi, a débloqué son compteur en s’imposant pour la première fois sur le circuit WTA. La Chinoise a gagné le tournoi de San José (Etats-Unis) en battant la n°9 mondiale Aryna Sabalenka (6-3, 7-6). Elle est désormais 38ème mondiale.

A Washington, Jo-Wilfried Tsonga est revenu en forme avec une victoire sur Karen Khachanov, n°8 mondial (6-4, 2-6, 7-5). Il s’agit de son premier succès contre un top 10 depuis octobre 2017 (victoire sur A. Zverev à Vienne).

Toujours dans la capitale américaine, Nick Kyrgios et Stefanos Tsitsipas ont livré une formidable bataille en demi-finale. En plus de deux heures, l’Australien s’est finalement imposé avec au passage quelques coups de raquette digne d’un Gaël Monfils des grands jours. Il a même demandé à un spectateur du premier rang où servir sur la balle de match… avec succès ! Les temps-forts ci-dessous.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*