[Mardi Rugby #2] Le Roi déchu ?

Chaque mardi, Agora Sports revient sur la semaine écoulée dans le monde du ballon ovale. Les matchs, les rumeurs, les transferts de la semaine dernière (6 novembre au 12 novembre).

Des carrières, des histoires, des clubs, en une semaine tout bascule. Une semaine qui rappelle à tous que le sport n’est qu’une parenthèse bien souvent rattrapé par la réalité.

Les infos de la semaine :

Un monument arrête :

77 essais, 385 points, 7e meilleur marqueur de l’histoire du championnat de France à XV, 291 matchs, 9e joueur ayant participé aux plus grands nombres de matchs du championnat de France à XV. L’ancien Columérin et légende du Stade Français Julien Arias a annoncé cette semaine la fin de sa carrière avec effet immédiat. Véritable symbole du club de la capitale des décennies 2000 et 2010 ainsi que des titres de 2007 et 2015, Arias est également le meilleur marqueur du club parisien avec 99 essais inscrits en 324 matchs toutes compétitions confondues. Après les départs conjugués de Sergio Parisse, Pascal Papé et Djibril Camara, une page se tourne définitivement pour le club du suisse Hans-Peter Wild avec la retraite d’Arias néanmoins intégré au staff technique.

Arias à l’échauffement en 2013

Série de prolongations :

Le RC Toulon a annoncé cette semaine la prolongation du revenant du rugby français et mondialiste cet été au Japon : Charles Olivon. Il prolonge ainsi son aventure un an avant la fin de celui-ci pour 4 années soit jusqu’en 2025. En fin de contrat le talonneur de 27 ans Anthony Etrillard et l’ailier de 26 ans Daniel Ikpefan prolongent également avec le club varois respectivement jusqu’en 2024 et 2023.

L’ASM a officiellement prolongé le contrat du 2e ligne Tongien international australien de 33 ans Sitaleki Timani pour 2 années supplémentaires soit jusqu’en 2022.

En fin de contrat et convoité par différents clubs de Top 14, la 3e ligne de 23 ans Alexandre Roumat prolonge avec l’Union Bordeaux-Bègles jusqu’en 2022. Autres joueurs en fin de contrat, le 2e ligne international du Stade Français Paul Gabrillagues prolonge également avec son club jusqu’en 2023.

Amende record pour les Saracens :

35 points et 5,3 millions de livres (6,2 millions d’euros). Ce n’est pas le nombre de points au classement du club ni le montant du salary cap dépassé par le club de Watford mais bien l’amende qu’il a reçue. En effet, les champions d’Europe et champions d’Angleterre en titre se sont vus infliger une amende attendue depuis des années par l’ensemble des clubs anglais. La sanction porte en effet sur les saisons 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019 lors desquelles le club a remporté 2 coupes d’Europe et 2 Premiership. Désormais derniers du championnat anglais avec -22 points les Sarries devraient faire appel.

Les coéquipiers de Maro Itoje devront se montrer solidaire pour espérer passer cette période difficile

Si le danger de relégation est important il reste à nuancer. Si le championnat anglais compte 4 matchs de moins que Top 14, les Sarries ont obtenu 78 points. En admettant qu’ils obtiennent le même nombre de points et en enlevant les 35 points de sanction cela donnerait 43 points. Largement suffisant pour se maintenir mais trop juste pour se qualifier en Champions Cup. Si avec l’envie de se qualifier malgré le retard et la qualité de l’effectif les Watfordiens peuvent faire mieux que l’année dernière. Ils ne veulent pas prendre le risque de rater la reine des compétitions européennes, ce qui explique l’appel fait par le club afin de réduire le retrait de points et envisager plus sérieusement une participation à la Coupe d’Europe.

Le LOU se reprend et Toulouse rugit :

Après 3 semaines de coupures, le Top 14 faisait son retour ce week-end. Ce dernier était chargé de matchs alléchants, un remake de la dernière finale, un derby francilien et un match entre le premier et le 5e du championnat. Résultat le leader du championnat confirme son statut et impose sa loi sur le championnat grâce à sa victoire bonifiée 45-17 face aux Rochelais. Une victoire due aux excellentes performances de Charlie Ngatai, Baptiste Couilloud, Dylan Cretin et Tuisova notamment. Champion en titre le Stade Toulousain s’est imposé en patron chez lui face au finaliste de la saison dernière. Victoire bonifiée et un sourire retrouvé pour des Toulousains qui peuvent de nouveau compter sur un groupe presque complet. Eux qui étaient les plus impactés par le mondial au Japon. Le Stade rugit de nouveau dont et compte bien montrer au reste du Top 14 qu’un nouveau championnat débute et que le patron est de retour.

Les affiches du week-end :

Champions Cup :

Gloucester Rugby / Stade Toulousain 15/11 à 20 : 45

Glasgow Warriors / Sale Sharks 16/11
à 14 : 00
Bath Rugby / Ulster 16/11 à 14 : 00
Leinster / Benetton Rugby Treviso 16/11
à 16 : 15
Stade Rochelais / Exeter Chiefs 16/11
à 16 : 15
ASM Clermont / Harlequins 16/11 à 18 : 30
Ospreys / Munster 16/11 à 18 : 30

Northampton / Lyon LOU 17/11 à 14 : 00
Connacht / Montpellier HR 17/11 à 14 : 00
Racing 92 / Saracens 17/11 à 16 : 15

Le match à ne pas rater :

Alors que l’édition 2019-2020 de la Champions Cup ouvrira ses portes vendredi par un match entre Gloucester et le Stade Toulousain, quelques chocs s’annoncent déjà. Si l’affrontement entre le Racing 92 et les Saracens champions d’Europe en titre dimanche semblait être le choc du week-end rappelant aux supporters la finale de 2016. Le contexte difficile et les débuts de saison prometteurs de deux autres futurs adversaires changent la donne : Northampton premier du championnat anglais à égalité avec Bristol. Vainqueur des Saracens à Watford, de Worcester et des Harlequins, l’équipe arrive pleine de confiance et revancharde à l’heure d’affronter le LOU malgré la défaite ce week-end à Bath. Premier du Top 14 avec déjà 8 victoires en 9 journées, le LOU peut se vanter d’avoir le scalp du Stade Toulousain, du Racing 92, de Toulon, de Bordeaux-Bègles et ce week-end du Stade Rochelais. Lyon impressionne par ses éclats offensifs et par sa défense (meilleure attaque et meilleure défense). Ces dynamiques si elles sont à nuancer par les absences dues au mondial montrent néanmoins la confiance et l’efficacité de deux groupes prêts pour le choc.


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*