[Mardi Rugby #3] Retrouvailles continentales

Chaque mardi, Agora Sports revient sur la semaine écoulée dans le monde du ballon ovale. Les matchs, les rumeurs, les transferts de la semaine dernière (13 novembre au 19 novembre).

Les infos de la semaine :

Tempête au Stade Français :

Les temps sont durs pour le Stade Français dernier de Top 14

La semaine dernière on vous annonçait la retraite de la légende Julien Arias en vue d’intégrer le staff parisien. Il n’aura finalement presque pas eu le temps de travailler avec l’ancien sélectionneur sud-africain Heyneke Meyer. Ce dernier a été prié de plier bagage et Arias formera temporairement (dans un premier temps en tout cas) un duo avec Laurent Sampéré. De plus, le ménage effectué afin de libérer de la place dans la salary cap a fait une nouvelle victime : Jules Plisson au club depuis 14 ans a signé un contrat avec le Stade rochelais et il s’en va chez les Maritimes avec effet immédiat. Après Sergio Parisse et Djibril Camara cet été ainsi que Arias la semaine dernière, le Stade Français accélère dans sa volonté de tourner une page.

Trois demis de mêlée français en fin de contrat prolongent avec leurs clubs : le montpelliérains Benoît Paillaugue jusqu’en 2022, le Racingmen Teddy Iribaren jusqu’en 2023 et Jonathan Pélissié avec le LOU. Le marché des numéros 9 JIFF se referme donc de plus en plus après les signatures de Bezy à Clermont, la prolongation de Daubagna à Pau, de Couilloud à Lyon cet été ou encore Serin à Toulon.

Le centre de 24 ans Yvan Reilhac prolonge, lui aussi son aventure héraultaise jusqu’en 2023.

L’ancien Clermontois et Palois de 35 ans Benson Stanley prend sa retraite et quitte avec effet immédiat le club du Béarn pour lequel il jouait depuis 2017.

Les Oscars Midi Olympique ont été décernés hier :

Grégory Alldritt a reçu l’Oscar de Bronze, Damian Penaud l’Oscar d’Argent, tandis que l’Oscar d’Or a été décerné à Antoine Dupont. Enfin Pauline Bourdon demi de mêlée française de l’AS Bayonne et l’ailier du Stade Toulousain Cheslin Kolbe tout récent champion du monde.

La France vainqueure de l’Angleterre :

Qui remportera le trophée et succédera aux Saracens ?

Non, le XV de France n’a pas gagné le XV de la Rose, il en est sans doute encore loin, mais la Coupe d’Europe permet aux supporters français de vibrer derrière une victoire dans un Crunch. Cette première journée de Champions Cup nous offrait ainsi 5 confrontations entre clubs français et anglais. 

Gloucester – Stade Toulousain

Le premier était le match d’ouverture de l’édition 2019-2020. Entreprenant mais maladroit (634 m gagnés balle en main) les Toulousains se sont d’abord vus menés par Gloucester à la suite de deux contre assassins signés du demi de mêlée Joe Simpson (20-9 à la mi-temps). Les joueurs du Stade Toulousain ont su réagir, en gardant la même intensité et en réglant la mire offensivement. Revenant ainsi au score avant de prendre puis de garder l’avantage. À noter l’excellent match en touche des rouges et noirs (6 ballons volés en touche). Score final 20-25.

Stade Rochelais – Exeter Chiefs

Le Stade Rochelais lui recevait les Chiefs d’Exeter. Dominants et toujours dans l’avancée les joueurs d’Exeter se sont même payé le luxe d’aller chercher le bonus offensif sur la pelouse du Stade Marcel Deflandre. Malgré leur courage l’écart était trop grands et les Chiefs trop forts. Score final 12-31

ASM Clermont – Harlequins

L’ASM accueillait les Harlequins au Stade Marcel-Michelin et la Champions Cup leur avait visiblement manqué. Ultra dominateurs, ne laissant que peu de place au doute, 3 essais en 25 minutes et 7 inscrits au coup de sifflet final, triplé pour Yato, doublé de Raka. Les hommes forts auvergnats ont su répondre présent pour porter leur équipe vers un premier succès. A noter toutefois les 3 essais inscrits insuffisants pour le bonus offensif et pour des Londoniens qui repartent les mains vides. Score final 53-21

Northampton – Lyon LOU

Les deux derniers matchs avaient lieu le dimanche. Match des premiers entre des Saints et un LOU surprises des débuts de championnat. Les Saints furent les premiers à marquer prenant même une avance considérable lors du premier acte, 19-0 à la mi-temps et même 22-0 jusqu’à l’essai lyonnais. Valeur et entreprenant en fin de match les Lyonnais s’inclinent faute de pouvoir remonter tout le retard accumulé lors des 60 premières minutes. Score final 25-14

Racing 92 – Saracens

Dernière des 5 confrontations franco-anglaises Racing 92 et Saracens se sont affrontés dans des contextes difficiles pour les 2 équipes. Entre l’amende record reçu par les Sarries que l’on vous présentait la semaine dernière et la 10ème place du Racing en Top 14 après une victoire dans le derby parisien. Conquérants et ayant la main mise sur le jeu, les bleu-ciel et blanc mènent rapidement au score et ne lâcheront jamais leur avance au score face à des Watfordiens diminués sans leurs internationaux anglais. Bonus offensif à la clé pour le Racing, excellente opération dans ce qui est peut-être la poule la plus relevée. Score final 30-10
Au final les clubs français ont donc réalisés un 3-2 face aux clubs anglais, 2 victoires et 1 défaite à domicile, 1 victoire et 1 défaite à l’extérieur.

Les affiches du week-end :

Champions Cup :

Ulster / ASM Clermont 22/11 à 20 : 45

Benetton Rugby Treviso / Northampton 23/11 à 14 : 00
Saracens / Ospreys 23/11 à 14 : 00
Stade Toulousain / Connacht 23/11 à 14 : 00
Lyon LOU / Leinster 23/11 à 16 : 15
Exeter Chiefs / Glasgow Warriors 22/11 à 16 : 15
Harlequins / Bath Rugby 23/11 à 18 : 30
Munster / Racing 92 23/11 à 18 : 30

Sale Sharks / Stade Rochelais 24/11 à 14 : 00
Montpellier HR / Gloucester 24/11 à 16 : 15

Le match à ne pas rater :

Pour cette édition 2019-2020 de la Champions Cup le Racing prendra pour la deuxième fois part à un choc. Apres les Saracens battus 30-10 à la Paris La Défense Arena les Racingmen se déplacent dans l’antre réputée imprenable du Munster : Thomond Park. Les Munsterman vainqueurs des Ospreys en déplacement (13-32) souhaiteront imposer leur jeu afin de prendre les devants dans cette poule 4 des plus relevés. Le Racing 92 voudra lui montrer que l’embellie du week-end dernier n’était pas qu’une simple éclaircie mais bien le réveil du Racing li qui n’est pas à la fête en championnat (10ème avec 18 points). La dernière fois que les deux équipes s’étaient jouées c’était pour une demi-finale en 2018. Les deux équipes s’étaient quittés sur un score de 27-22 en faveur du Racing 92 au Stade Chaban-Delmas de Bordeaux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*