Marie Portolano : « Le CFC a changé ma vie »

Depuis cette saison, Marie Portolano présente le Canal Sport Club, en direct et en clair le samedi à 19 heures sur Canal + ©CANAL + / Thierry Gromik

Après quatre années passées dans l’équipe du Canal Football Club, Marie Portolano a quitté l’émission dédiée au ballon rond pour un nouveau concept : Le Canal Sport Club. Diffusé en clair chaque samedi à 19 heures, la journaliste de Canal + porte désormais le statut de présentatrice. Un mode de vie différent de celui qu’elle avait au CFC. Pour Agora Sports, la jeune femme se confie sur ses débuts, le métier de journaliste et son nouveau rôle à Canal +.

« Lorsqu’on me disait c’est quoi ton rêve dans la vie, je répondais que je voulais être journaliste dans le football »

Depuis ses premiers pas, Marie Portolano a suivi le chemin de ses frères, grands amoureux du rectangle vert. La Parisienne découvre alors les matches à la télévision en famille et s’intéresse au journalisme. Elle commence des études en classes préparatoires d’hypokhâgne puis vient ensuite la licence de lettres et de cinéma avant des débuts en école de journalisme au sein de la capitale. Grâce à des stages effectués en presse écrite, les chaînes de télévision LCI ou encore Eurosport, Marie Portolano a su rapidement s’intégrer au monde de la télévision et s’orienter : « Lorsque j’étais à LCI j’ai eu de la chance, car la chaîne recherchait quelqu’un. C’est à ce moment que j’ai rencontré des personnes qui travaillaient à Eurosport puisque c’est le même groupe, TF1 », constate la journaliste. A ce moment, peu de présentatrices de football était à l’écran. Ce qui l’a poussé à faire ce métier, c’est croire en soi et en son rêve. Elle l’assure : « J’ai eu l’honneur d’avoir rapidement l’opportunité de faire de l’antenne. Ce n’est pas moi qui me suis orientée mais plutôt la vie en elle-même. » Celle qui a signé son premier contrat à 25 ans a le plaisir de travailler dans le sport, mais aussi partager ce plaisir et cette passion. « Quand C Foot s’est arrêté, je me suis dit que lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvrirait. J’ai toujours été confiante et optimiste dans ma vie . Je ne me suis jamais dit je ne vais rien faire, je ne vais pas y arriver. »

« Je n’aime pas la misogynie qui entoure le métier de journaliste sportif »

Les journalistes femmes spécialisées dans le sport sont de plus en plus nombreuses à se trouver sur les bords des terrains ou sur les plateaux. Toutefois, Marie Portolano note et observe régulièrement des insultent de la part d’internautes sur les réseaux sociaux qui entourent le monde du ballon rond. Elle est constamment ramenée à son genre : « Je ne le prends pas personnellement contre moi. Mais si j’ai un avis qui diverge de celui d’un homme qui regarde l’émission, il va m’insulter. Et il ne va pas m’insulter seulement parce qu’il n’est pas d’accord avec moi, mais il va m’insulter car je suis une femme », assure la journaliste de Canal+. Bien évidemment, elle espère que ces situations évolueront au fil des années : « J’ai l’impression que quand on touche à ce qui appartient aux hommes, c’est-à-dire le travail et en plus le sport, c’est quand-même assez compliqué.»


© CANAL + / Thierry Gromik

« Le Canal Sport Club est une évolution »

Marie Portolano a quitté les services du Canal Football Club dans lesquels elle a eu sa première expérience de visibilité à la télévision, pour prendre la direction d’une nouvelle émission, le Canal Sport Club. « En quatre ans, le CFC a changé ma vie, mais il ne s’agissait pas d’un choix, mais plus d’une évolution de carrière. » Désormais, depuis fin août et une cinquième année sur la chaîne Canal +, un nouveau challenge s’est offert à Marie Portolano puisqu’elle présente une émission sportive en public, en direct et en clair. En effet, la jeune femme passe du statut de journaliste à qui on donnait la parole, à celle qui la distribue. Elle a plus de responsabilités sur ses épaules et doit se montrer leader de plateau, donner le rythme. « Ce qui est bien, c’est qu’au coup de sifflet final du match de Ligue 1, les personnes restent regarder l’émission et ne partent pas. » Cette émission parle de tous les sports avec des sportifs dans le studio qui dialoguent entre eux, partagent leur ressenti, leur manière de vivre l’échec et leur manière de se reconstruire. L’idée est de partager l’humain, revenir aux sources du sport, évoquer la performance, les sacrifices, la reconstruction d’un sportif. « L’important c’est de renouveler les histoires à raconter dans le sport. » Dans sa nouvelle équipe, elle retrouve un certain Habib Beye, aussi consultant au CFC.

Solène Anson

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*