Nice Volleyball : un centre de formation de plus en plus performant

Former, la politique de développement qui marche pour le Nice Volleyball © Clément Carton

Résultats sportifs prometteurs, budget en progression, renouvellement du statut professionnel en vue… Le développement du centre de formation du Nice Volleyball ne finit plus d’impressionner.

Produire de nouveaux talents, c’est l’objectif du Nice Volleyball. Constituée cette saison de neuf joueurs âgés de 18 à 23 ans, l’appellation « Centre de Formation Club Professionnel du Nice Volleyball » séduit. Les jeunes niçois évoluent majoritairement avec l’équipe réserve du club (quatrième division). Leur coach principal, Fabrice Chalendar, arrivé à l’été 2018 pour s’occuper du développement des jeunes, est très satisfait de la dynamique : « c’est une belle année sportive avec de très belles progressions de joueurs rentrés au centre cette année ».

Cinquième de Nationale 2 (quatrième division) avec 11 victoires pour 6 défaites, l’équipe réserve fait mieux que les années précédentes. En 2017, elle avait assuré son maintien lors de la dernière journée. Cette saison, la moitié du centre s’entraine et joue même très régulièrement avec l’équipe fanion (première division) : « Yousri Anegay fait tous les entrainements et tous les déplacements, Vincent Maléjac arrive à sa troisième saison chez nous et confirme tout son potentiel ». Une concurrence des jeunes plus ou moins bien appréciée par les joueurs sous contrat : « Certains joueurs peuvent se sentir menacés par les jeunes, d’autres sont plus bienveillants, dans le partage d’expérience », confie le directeur du Centre de Formation Club Professionnel du Nice Volleyball Alexandre Binet.

« Un joueur par an sort du centre de formation et devient pro »

Tous les meilleurs centres de formation agrémentés ont la même politique sportive : avoir une équipe en première division et une équipe réserve en quatrième division, échelon idéal pour développer le potentiel des jeunes. C’est le cas de Toulouse, Montpellier et Tours notamment. A Nice, c’est le même crédo. « Un joueur par an sort du centre de formation et devient pro », affirme Alexandre Binet, sans pour autant signer de contrat au meilleur niveau français. « L’écart de niveau entre la Nationale 2 (quatrième division)et la Pro A(première division)est trop important, Ils commencent souvent par un contrat semi-pro en Pro B ou en Elite (deuxième et troisième division) ».Plusieurs membres sortis depuis 2016 sont désormais en première division : Eldin Demerovic à Poitiers, Thiebault Bruckert au Gazélec Ajaccio. D’autres évoluent en deuxième division : Soane Falafala et Corentin Suc à Fréjus et Julien Bourdon à Martigues.

Le budget du centre en hausse

Déplacements lointains, défraiement des joueurs, rémunération de l’entraineur… Le budget alloué au centre de formation varie « entre 120 000 et 150 000 euros », soit environ 12% du budget total (1,1 million d’euros). Une progression par rapport à l’an dernier – où la part du centre était de 100 000 euros pour 1 million d’euros de budget total (10%) – qui s’explique par une augmentation des subventions de la mairie sur le secteur : « elle contribue notamment au développement de ses clubs professionnels par le financement des centres de formations performants et agrémentés », précise Alexandre Binet.

Un modèle reconnu en France

C’est vers un modèle de professionnalisme auquel tend le Nice Volleyball depuis la création de sa section « Centre de Formation » en 2003. Doté depuis 2016 d’un agrément ministériel qui reconnait son caractère professionnel, le club niçois fait partie des huit clubs – sur treize – évoluant en première division à l’avoir reçu. Une preuve de l’élitisme dans lequel évoluent les « jaune et bleu ». Arrivé en 2014, Alexandre Binet travaille depuis quelques semaines sur le renouvellement de ce statut à l’issue de la saison prochaine : « il n’y a pas de risque que nous perdions ce statut car nous sommes très cadrés avec des responsables sur chaque section ». Trois pôles ajustés sur mesure au développement des joueurs ont été mis en place : le suivi sportif, médical et scolaire. Essentiel au développement du club, le centre de formation attire de plus en plus dans la région (voir encadré).


A propos de Clément Carton 154 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports depuis septembre 2016 - 20 ans, Lyonnais, M1 Journalisme Sportif EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*