Pierre-Hugues Herbert au sommet de son art

Pierre-Hugues Herbert, la rage de vaincre en ce début d'année 2019 (P.Lahalle / L'équipe)

Assuré d’atteindre son meilleur classement en simple à l’issue de l’Open d’Australie 2019, Pierre-Hugues Herbert est dans la forme de sa vie. Vainqueur à Doha en double il y a deux semaines, le Français atteint le troisième tour à Melbourne en éliminant ce jeudi matin le demi-finaliste sortant Hyeon Chung.

« Si vous gagnez sans progresser, vous ne serez jamais champion », estimait John McEnroe lorsqu’il était encore joueur. Cet adage, Pierre-Hugues Herbert l’a bien compris en 2019. Son niveau de jeu actuel est exceptionnel. Titré en double avec David Goffin et vainqueur de son deuxième top 10 en carrière – Dominic Thiem – à Doha début janvier, l’Alsacien arrivait à l’Open d’Australie avec un maximum de confiance. A Melbourne, ses victoires face à Sam Querrey (5-7, 7-6, 6-3, 6-1), 11ejoueur mondial en février 2018, et Hyeon Chung (6-2, 1-6, 6-2, 6-4), demi-finaliste et bourreau de Novak Djokovic l’an dernier, confirment cet excellent début de saison. Le Français est encore en lice dans les deux tableaux sur lesquels il s’est engagé cette semaine : simple et double messieurs.

« Des progrès dans tous les compartiments du jeu »

« Il est en progrès constant dans tous les compartiments du jeu depuis que je l’entraine (NDLR : depuis janvier 2018) », se réjouissait Fabrice Santoro au micro d’Eurosportà Doha. Cette marche en avant s’explique par une plus grande constance dans les moments clés. En 2019, le Strasbourgeois est plus complet : il sert et retourne mieux, convertit plus de balles de break et de revers qu’en 2018 (chiffres).

Le premier ravi, c’est bien P2H. « C’est une très belle victoire. J’ai l’impression de mieux jouer depuis un moment. Peut-être que ce match illustre un peu les progrès que j’ai fait », se félicite-t-il au micro de L’Équipeaprès sa victoire contre Chung. L’actuel 55ejoueur mondial pourra très vite se tester au troisième tour contre Milos Raonic, tête de série numéro 16 et vainqueur de Stan Wawrinka au deuxième tour, pour une place en huitièmes de finale. Stade de la compétition qu’il n’a jamais atteint en simple, tout Grand Chelem confondu.

Herbert, objectif simple

Le Français a presque tout gagné en double avec son compère Nicolas Mahut : trois titres du Grand Chelem, dont Roland Garros, six Masters 1000, le double final de Coupe Davis… Mais en simple, toujours pas le moindre trophée à se mettre sous la dent malgré deux finales ATP à Winston Salem (2015) et Shenzhen (2018). Le tennisman de 27 ans a décidé d’alléger son calendrier cette saison : « On a fait plutôt une année 2018 très positive et on a encore des objectifs plus élevés cette année en simple ». Avec en ligne de mire un premier titre individuel.

Pierre-Hugues Herbert, une progression constante

Le protégé de Fabrice Santoro poursuit : « Il faut continuer à progresser, à être constant comme je l’ai été l’année dernière et aller à l’étape du dessus, c’est-à-dire s’installer dans le Top 50 ». Ce sera chose faite. Le Français entrera pour la première fois de sa carrière dans le top 50 à l’ATP à l’issue de l’Open d’Australie.

Sa progression au classement ATP (Datawrapper)

A propos de Clément Carton 153 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports depuis septembre 2016 - 20 ans, Lyonnais, M1 Journalisme Sportif EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*