Pinot : l’Italie dans le coeur

Thibaut Pinot s'envole pour rempoter Milan-Turin.

En remportant le Tour de Lombardie, Thibaut Pinot entre un peu plus dans l’histoire du cyclisme. Ce succès couronne des années d’entraînement et de sacrifices. Si la saison 2018 est la plus belle de sa carrière, tout n’a pas été parfait pour le Franc-Comtois. Son hospitalisation en mai reste un souvenir douloureux.

Résultat de recherche d'images pour "pinot lombardie"
13 octobre 2018,  le public italien adule Thibaut Pinot à l’arrivée du Tour de Lombardie.

Tombé amoureux de l’Italie dès 2008 avec une victoire sur le tour du Val d’Aoste, la relation entre Thibaut Pinot et la Transalpine a toujours été tourmentée. Tout débute idéalement en 2018. Le leader de le Groupama-FDJ y remporte au mois d’avril le tour des Alpes. Cette course doit être un tremplin pour pouvoir décrocher les étoiles sur le Giro, ce fameux tour d’Italie qu’il rêve d’accrocher à son palmarès (4ème en 2017). Tout va pour le mieux puisqu’à l’aube de la 19ème étape (sur 21), il est classé 3ème. Mais les histoires d’amour n’ont besoin que d’un grain de sable pour s’enrayer. Ses rêves s’envolent au cours de la dernière étape montagneuse. Malade, distancé et entouré par ses coéquipiers qui l’attendent, il zigzague sur la chaussée. Ses épaules se balancent de gauche à droite, sa tête est baissée, on l’entend tousser fort, très fort. Tout s’écroule autour de lui. Fiévreux et déshydraté, le cycliste passe la ligne d’arrivée 45 minutes après le vainqueur. Ayant puisé dans ses réserves, il passe deux jours à l’hôpital en observation. Le traumatisme est profond et la chute d’autant plus terrible que Thibaut Pinot est un garçon qui met du cœur dans tout ce qu’il entreprend.

«C’est une situation qui laisse des traces, traumatisante…». Frédéric Grappe, directeur de la performance chez Groupama-FDJ.

S’en suit alors deux mois de récupération et de mise à niveau. Thibaut sait qu’il jouera un rôle déterminant en Autriche lors des championnats du monde dédiés aux grimpeurs. Sans objectif particulier, Pinot laisse sa rage s’exprimer lors de la Vuelta. Résultat, deux victoires d’étapes au sommet, de quoi lui redonner confiance et gonfler son moral. Très fort en Autriche où il termine 9ème après avoir joué l’équipier de luxe, il remporte ensuite Milan-Turin. Au total , 4 courses pour préparer «son Monument» : le tour de Lombardie. Confiant de sa force, Pinot sait que la victoire lui tend les bras. Mais la course cycliste n’est pas une science exacte et le plus fort ne s’impose pas à tous les coups. En ce 13 octobre, rien ne lui résiste. Il suit le champion italien Vincenzo Nibali lorsqu’il attaque dans les pentes abruptes du mur de Sormano à 50 kilomètres de l’arrivée. Défaillant sur le Giro en mai dernier, Pinot ne compte pas laisser passer sa chance. Une défaillance, il y en aura bien une. Oui, celle de Nibali qui explose totalement, laissant le Français virevolter une tête de la course. En solitaire, il s’impose sur le tour de Lombardie. Pour 2018, la boucle est bouclée. Défiguré par la fatigue, la douleur et la tristesse en mai dernier, le visage de Thibaut rayonne comme jamais en ce jour d’automne. Sa relation avec l’Italie est tourmentée, pour le pire, mais surtout pour le meilleur.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*