[PLANÈTE BLANCHE #16] Place et Ledeux sur le toit du monde, le grand chelem de Bochet et la dernière semaine de Vonn et Svindal

Le bonheur de François Place, une fois la ligne d'arrivée franchie. (© Agence Zoom)

C’est la fin. D’une époque, d’un moment, d’un temps, d’une ère, d’un âge. C’est la fin de l’âge où les descendeurs polyvalents pouvaient encore remporter le gros globe de cristal en ski alpin. Cette ère est symbolisée par le duo Lindsey Vonn/Aksel Lund Svindal, qui ont soulevé se trophée tant convoité la même année, en 2009 après les Finales disputée à… Äre. Justement, les deux champions, vont connaître tout au long de cette semaine, leurs derniers frissons de skieur professionnels. Tout deux mettront les skis au casier à l’issue des Championnats du monde organisés en Suède, à… Äre (!), à partir de demain mardi. Lui, deux victoires à Äre, elle sept. Ils vont revenir sur les terres de leurs exploits passés, pour clore leur riche carrière. Le temps – et surtout les blessures – ont fait leur effet. Les deux skieurs n’en peuvent plus des douleurs. C’en est trop. Il faut dire stop. Ils ont dit stop. Dans un poignant message publié la semaine dernière sur les réseaux sociaux, Lindsey Vonn décrit ses souffrances : “Après plusieurs nuits sans sommeil, j’ai finalement accepté le fait que je n’étais plus en état de skier. Mon corps est cassé et n’est plus réparable. Il me crie d’arrêter et il est temps pour moi de l’écouter.” Dans quelques jours, Vonn et Svindal auront passés l’arme à gauche, ils seront de l’autre côté. Ils ne connaîtront plus les sensations qui sont celles des fou de la vitesse. Mais nul doute que ce sera une libération pour eux, les grands accidentés du ski alpin. Merci pour tout, et faites nous rêver une dernière fois sur les pentes glacées des pistes d’Äre. Pour nous, pour vous.
Retour, dans ce 16e numéro de Planète Blanche, sur toute l’actualité des sports d’hiver. Il y a du titre mondial tricolore dans l’air…

Place et Ledeux en or, Baron en bronze

La première salve de Mondiaux est lancée dans la Planète Blanche ! Avant ceux de ski alpin – qui commencent demain -, de ski nordique (dans quelques jours) ou de biathlon le mois prochain, c’est le snowboard et le ski freestyle qui ont été bombardés éclaireurs ès Mondiaux 2019. Cela se passe dans l’Utah, aux Etats-Unis. Et les Français y sont brillants !

François Place, l’alpin venu au ski cross est à sa place

Lorsque Michel Lucatelli, l’ex-gourou de la discipline en France, s’est lancé dans l’aventure ski cross il a voulu créer une équipe typée ski alpin. Il a donc pris d’anciens skieurs pas assez performants pour briller en équipe de France. C’est comme ça que Jean-Frédéric Chapuis, champion olympique 2014 et vainqueur de trois globes entre 2015 et 2017, a fait sa transition. Dans sa foulée, il y avait aussi Jonas Devouassoux ou Bastien Midol. Plus tard, c’est François Place qui a débarqué dans la discipline. Pendant la saison 2015/2016, le nouveau champion du monde de ski cross égrène les circuits satellites. A partir de l’automne 2016, il fait parti du groupe de ski cross, d’abord en Coupe d’Europe. Il y fait un tabac avec 3 victoires. Place monte alors en Coupe du monde où il est très rapide lors des qualifications mais peine à passer le cap lors des runs à 4, surtout à partir des demi-finales, logiquement. Aux Mondiaux 2017, disputés en Sierra Nevada, il parvient à décrocher la médaille de bronze. Preuve de la réussite de sa transition. En quelques mois de pratique, il est déjà parmi les meilleurs.

François Place à l’entraînement. (© FIS Freestyle)

La saison dernière se passe dans un certain anonymat : il remporte deux petites finales et prend la 4e place d’une finale. Aux Jeux, ses premiers, il termine 18e après un élimination en huitièmes. Cette saison, avec une seule demi-finale au compteur à l’aune des Mondiaux de Solitude, la confiance n’était pas là, surtout après une blessure à l’épaule contractée lors d’un départ. Surtout, avant l’annonce de la sélection française pour le grand rendez-vous de l’hiver, Place n’était que 4e français au classement mondial. Devant lui il y avait le jeune Morgan Guipponi Barfety qui dispute sa première saison en Coupe du monde. L’expérience de François Place est privilégiée par rapport à la fougue de la jeunesse. Le staff tricolore a fait le bon choix.

L’émotion de François Place à Solitude. (© FIS Freestyle)

La suite ? François Place est 2e des qualifications à Solitude, derrière Bastien Midol et devant Jean-Frédéric Chapuis. La bande des ex-alpins domine la concurrence sur le parcours sans difficulté de Solitude. Lors des confrontations directes, le numéro un mondial Midol craque dès les quarts, juste après son frère Jonathan sorti en 8es, alors que Place vainc le signe indien des demi-finales en prenant le meilleur sur Chapuis. En finale, celui qui est surnommé Fanfoué voit son airbag de déclencher au départ. Un coup du sort fatal ? Aucunement ! Le natif d’Albertville s’envole. Personne ne le rattrapera malgré les pensées négatives qui traversent le Français… en raison du déclenchement de son airbag. François Place, zéro podium en Coupe du monde, est champion du monde de ski cross deux ans après être devenu médaillé de bronze mondial un mois après sa première Coupe du monde. Fanfoué domine le monde du ski cross.

La médaille d’or autour du cou. (© FIS Freestyle)
Alizée Baron bronzée

Treize podiums en Coupe du monde dont une seule victoire, sept quatrièmes places, sept victoires en petit finale. Voilà le palmarès d’Alizée Baron jusque-là. En grande compétition ? Un succès lors de la petite finale des Jeux de PyeongChang, même fortune lors des Mondiaux juniors 2012 et 2013. Pour ses premiers Mondiaux, la skieuse d’Orcières voulait sa médaille. Elle, la championne du monde des finales de consolante. Lors des phases finales, on la sentait en mission. Concentrée comme jamais. Les traits de son visage ne se sont déliés qu’après la finale au bout de laquelle elle décroche la médaille de bronze derrière la Canadienne Marielle Thompson, sacrée à sa 5e tentative, et la Suissesse Fanny Smith, championne du monde 2013 dominant la saison de Coupe du monde de la tête et des épaules. La classe 1992 est sur le podium des Mondiaux. Avec Alizée Baron. Enfin. L’autre française engagée, Marielle Berger-Sabbatel s’est faite éliminée dès les quarts.

Alizée Baron avec sa médaille de bronze mondiale. (© Agence Zoom)
La joie du clan français après les deux médailles décrochées lors des Mondiaux de Solitude. (© FIS Freestyle)
Tess Ledeux double championne du monde à 17 ans !

Double championne du monde à 17 ans. C’est la vie qu’à décider de mener la Plagnarde Tess Ledeux. En 2017, en Sierra Nevada, elle remportait le freeski slopestyle à 15 ans. Cette année, avec deux ans en plus, la Française devient la première championne du monde de freeski Big Air de l’histoire à Canyons. Avec deux saut crédités de 94.75 et 90.00 points, la jeune française a décidé de ne faire aucun cadeaux à la concurrence. Sa rivale estonienne Kelly Sildaru forfait dans cette discipline, elle avait le chemin vers l’or ouvert. Encore fallait-il le faire. Elle l’a donc fait, brillamment. Ses Mondiaux sont d’ores et déjà réussis. Il lui reste le slopestyle : qualifications demain, finales mercredi. C’est dans cette discipline, celle qu’elle préfère, qu’elle a connu la désillusion olympique l’hiver dernier. Elle fera des acrobaties en tant que championne du monde en titre et toute fraîche championne du monde de Big Air. Une (nouvelle) pression à gérer. Mais la protégée de Greg Guenet a déjà de la bouteille, malgré ses 17 ans.

Le Suisse Fabien Bösch a remporté la compétition masculine de freeski Big Air devant le Suédois Henrik Harlaut et le Canadien Alex Beaulieu-Marchand. Les Français n’ont pas passé la qualification : Antoine Adelisse est 24e, Benoît Buratti 25e et Vincent Maharavo 28e. Même fortune pour Coline Ballet-Baz, 14e, chez les dames.

Déceptions en snowboardcross

Avant les médailles décrochées en ski cross, le clan français pensait ouvrir son compteur dès la première épreuve des Mondiaux, le snowboardcross. En même temps, avec Pierre Vaultier, double champion olympique, et le quatuor Nelly Moenne-Loccoz/Chloé Trespeuch/Manon Petit-Lenoir/Julia Pereira Sousa de Mabileau, les ambitions étaient légitimes. Seulement, Vaultier n’a pas pris part à la course après être tombé sur la tête à l’entraînement. Et puis, en qualifications, Petit-Lenoir et Merlin Surget connaissent un jour sans. Pas de finales pour la Septimontaine. Enfin, lors des runs à 4 rien ne s’est passé comme prévu : Pereira et Moenne-Loccoz n’ont pas passé le cap des quarts tandis que Trespeuch se faisait sortir en demies, logiquement après sa blessure à la cheville. Chez les hommes, c’est logiquement que Ken Vuagnoux ne passe pas un tour et que Loan Bozzolo s’arrête en quarts. Les grandes finales se dérouleront sans les Bleus : l’Américain Mick Dierdorff et la Tchèque Eva Samkova sont sacrés, la Franco-Britannique Charlotte Bankes prend l’argent.

Le podium du Mondial de snowboardcross. (© Sarah Brunsson/USSA)

Deux jours plus tard, c’était l’épreuve par équipes mixtes – qui fera son entrée au programme olympique en 2022 à Pékin. Mais, là encore, les équipes françaises (Merlin Surget/Nelly Moenne-Loccoz et Loan Bozzolo/Chloé Trespeuch) n’ont pas brillé en étant stoppés en demi-finales. Ce sont les Américains Dierdoff et Jacobellis qui sont titrés : ils remportent le premier titre mondial de la spécialité. Titre qu’ils n’ont faillit ne jamais glaner parce qu’en demi-finale, le portillon ne s’est pas ouvert après l’arrivée de Dierdoff en bas du boardeur. Finalement, il y a eu un re run et les Américains se sont qualifiés, aux dépends des Tricolores. La suite est connue.

Le folie de Schladming, le doublé de Shiffrin et le grand chelem de Bochet

Les Mondiaux d’Äre, ça commence demain ! Avant de décerner les premières médailles planétaires, les skieurs étaient à Schladming mardi dernier alors que les skieuses se trouvaient du côté de Maribor pour un week-end de technique. Les descendeurs et les géantistes sont aussi allés à Garmisch-Partenkirchen, sans succès. Le mauvais temps à obligé les organisateurs à annuler la descente et le géant du Kandahar. Sinon, Marie Bochet et Arthur Bauchet ont terminé leur moissons de titre auxMondiaux de para ski alpin.

Hirscher irréel sur la Planai, Pinturault premier des humains

Devant 50 000 fans, l’Autrichien Marcel Hirscher a réalisé un slalom inhumain sur les pentes de la Planai, à Schladming. Sur le plus fameux des tracés, le futur vainqueur du globe de cristal 2019 a illuminé à lui seul la piste dans la nuit autrichienne. Le leader de la Wünderteam remporte les deux manches du slalom pour l’emporter avec 1″21 d’avance sur le Français Alexis Pinturault. Le Suisse Daniel Yule complète le podium. Podium où n’est pas Clément Noël, vainqueur à Wengen et Kitzbühel. Le jeune français n’a pas réussi la passe de trois après avoir enfourché dès les premiers piquets du premier tracé. Ce n’est qu’un moindre mal pour le Vosgien qui visera l’or aux Mondiaux, comme Pinturault. Et comme Hirscher, mais cela va de soi.

Champagne pour Alexis Pinturault. (© Agence Zoom)
La foule présente autour de la Planai. (© Agence Zoom)
Shiffrin en grande forme avant Äre

Personne n’en doutait mais elle l’a montré à la face du monde. La polyvalente américaine Mikaela Shiffrin a remporté le géant et le slalom de Maribor, dans les Pohorje slovènes. Le vendredi elle a partagé les lauriers avec sa rivale Petra Vlhova lors du géant, la Norvégienne Ragnhild Mowinchel terminant 3e. Tessa Worley, bien placé après la première manche, a fait une manche lors du tracé final : elle termine 9e et laisse s’échapper Shiffrin au classement de la discipline. Lors du slalom saturnal, en revanche, l’Étasunienne a offert un récital au public slovène : elle devance largement la Suédoise Anna Swenn-Larsson et la Suissesse Wendy Holdener. 18e place pour Nastasia Noens, Joséphine Forni est 23e.

Tessa Worley lors du géant de Maribor. (© Agence Zoom)
Grands chelems pour Marie Bochet et Arthur Bauchet

Nous avions laissé Marie Bochet et Arthur Bauchet avec deux titres mondiaux chacun. Nous les retrouvons ce lundi avec deux grands chelems. La multiple championne paralympique a tout simplement rafler les cinq titres en jeu tandis que le jeune tricolore est bronzé en descente, argenté en super-G et sacré en combiné alpin, comme en slalom et en géant le week-end précédent. Des Mondiaux historiques pour la France.

Riiber s’assure le globe à 21 ans, Kobayashi sait voler et Lundby vers un autre globe

Pas de ski de fond au programme le week-end passé mais du saut et du vol à ski ainsi que du combiné nordique. Un globe a été assuré tandis que deux autres sont en passe de l’être…

Riiber dans un autre monde

Jarl Magnus Riiber vient de s’assurer le gain du gros globe de cristal du vainqueur de la Coupe du monde de combiné nordique. Le Norvégien de 21 ans qui ne s’était imposé qu’à une seule reprise au plus haut niveau avant le début de la saison, a dominé les deux épreuves de Klingenthal (Allemagne). A chaque fois au sprint. Un peu à la Petter Northug Jr. S’il est moins qu’il a été sur le tremplin, la nouvelle star du combiné mondial est une bête sur les planches. A quatre épreuves de la fin, et en ayant fait deux impasses, Riiber compte presque 500 points de marge et ne peut plus être rattrapé par ses poursuivants. Il est le premier norvégien à soulever le globe en combiné nordique depuis Bjarte Engen Vik en 1999. Les Français n’ont pas fait le déplacement en Allemagne et retrouveront la compétition du côté de Lahti le week-end prochain, lieu de la dernière répétition avant les Mondiaux de Seefeld.

La gueule d’ange de Jarl Magnus Riiber, le vainqueur de la Coupe du monde 2019 de combiné nordique. (© Nordic Focus Photo Agency)
Ryoyu Kobayashi fait un grand pas vers le globe en brillant en vol à ski

Au début du week-end tous les observateurs du saut à ski se demandait comment Ryoyu Kobayashi allait gérer les trois concours de vol d’Oberstdorf. Sur le Heini Klopfer Schanze, le Japonais a montré qu’il savait aussi voler. Le vainqueur de la Tournée des Quatre Tremplins a remporté le deuxième concours grâce à deux vols exceptionnels. La veille il avait pris la 14e place d’un concours gagné par le jeune Timi Zajc, premier sauteur né après 2000 à remporter une Coupe du monde. Enfin, le dimanche et alors qu’il était en tête après le premier vol, il a craquer pour terminer 9e. Le Polonais Kamil Stoch gagne sa 32e épreuve de Coupe du monde devant le Russe Evgeniy Klimov. Finalement, ce week-end de vol est une opération blanche au général puisque Kobayashi compte toujours environ 450 points d’avance. Au général du vol à ski, en revanche, c’est Stoch qui mène mais sa marge est ténue : il reste trois concours, un à Vikersund et deux à Planica en clôture de l’hiver.

Le cri de joie de Ryoyu Kobayashi après son succès obtenu en vol à ski à Oberstdorf. (© FIS Ski Jumping)
Le doublé pour Maren Lundby, sur la route d’un nouveau globe

Après un milieu d’hiver un peu en-dedans, la Norvégienne Maren Lundby a retrouvé la grande forme depuis le milieu du mois de janvier. La championne olympique est sur une série de 5 victoires de rang depuis sa victoire obtenue à Zao le 20 janvier dernier. Le week-end passé, elle a dominé le deux concours disputés à Hinzenbach, en Autriche, une semaine après son doublé roumain de Rasnov. Au général, elle compte maintenant plus de 100 points d’avance sur l’Allemande Althaus. La route est encore longue pour le globe mais sur la forme du moment c’est bien parti pour la Scandinave. Notons, du côté des Bleues, la belle 24e place de Joséphine Pagnier lors du concours dominical, sa meilleure performance en Coupe du monde.

Six médailles pour la France aux Mondiaux jeunes et juniors de biathlon

La Slovaquie accueillait toute la semaine passée les Championnats du monde jeunes et juniors de biathlon, à Osrblie. Au bout de toutes les épreuves, la délégation française est deuxième nation avec 6 médailles, deux de chaque métal. Martin Bourgeois-République est champion du monde juniors de l’individuel tandis que féminines (Camille Bened, Sophie Cheveau, Lou Jeanmonnot-Laurent) sont sacrées en relais, également en juniors. Le relais féminin jeunes (Laura Boucaud, Coline Pasteur, Paula Botet) prend le bronze. Les autres médailles viennent de la poursuite : Bourgeois-République n’est pas passé loin du doublé mais prend l’argent tout comme Rémi Broutier en jeunes, Sophie Cheveau, elle, est bronzée. Enfin, notons l’étonnant titre mondial d’Ukaleq Astri Slettemark, biathlète venu du Groenland, lors de l’individuel filles.

Les Françaises sacrées championnes du monde juniors de relais. (© IBU)
Martin Bourgeois-République avec sa médaille d’argent mondiale de la poursuite. (© IBU)

En bref…

Les Bleus en forme à Pra Loup !

Pour la troisième étape de la Coupe du monde de télémark, disputée au mitan de la semaine passée dans les Alpes du Sud, à Pra Loup, le clan français a brillé grâce à ses portes étendard, Argeline Tan-Bouquet et Philippe Lau. Les deux stars françaises ont remporté le sprint parallèle. Tan-Bouquet avait auparavant pris la 3e place du Classic et la 4e place en sprint, comme Lau. Philippe Lau est 3e du général de la Coupe du monde, Argeline Tan-Bouquet est 2e. Suite de la Coupe du monde le week-end prochain du côté de l’Allemagne, à Bad Hindelang/Oberjoch.

Podium pour Sébastien Lepape en short-track à Dresde !

Le short-trackeur français Sébastien Lepape est monté sur son deuxième podium de Coupe du monde. Le patineur né à Pontivilliers a pris la 3e place du second 1000m du week-end de Dresde, sur les bords de l’Elbe. C’est la grosse performance du week-end du côté des Bleus, d’autant qu’il avait une côte fêlée. Sinon, Thibaut Fauconnet fait 6e de la finale du 1500m, Dmitry Migunov remporte la finale B du 500m, le relais bleus est 2e de la finale B, Aurélie Monvoisin domine les finales B du 500m et du 1000m et Tifany Huot-Marchand est 2e de la finale B du 1500m. Fin de la Coupe du monde le week-end prochain à Turin.

Le champion du monde Loch tient son rang

Une semaine après avoir remporté un nouveau titre de champion du monde de luge, Felix Loch remporte la Coupe du monde d’Altenberg, à domicile. Il devance de 4 millièmes l’Autrichien Reinhard Egger. Le numéro un mondial Johannes Ludwig complète le podium mais voit Loch revenir à quelques points à 3 étapes de la fin de la saison… Chez les dames, seule une manche a eu lieu. C’est pour cela que l’Italienne Sandra Robatscher l’emporte devant Natalie Geisenberger. En double les Autrichiens Thomas Steu/Lorenz Koller s’imposent devant les locaux Eggert/Benecken. Enfin, le relais a été annulé en raison des conditions météorologiques.

Alors que les Coupes du monde et les Jeux olympiques se déroulent sur des pistes artificielles, un circuit sur pistes naturelles, plus confidentiel, existe. Le week-end passé, les Mondiaux avaient lieu à Latzfons, en Italie. A domicile, la Squadra Azzura a fait un carton : Alex Gruber, Evelin Lanthaler et le duo Patrick Pigneter/Florian Clara sont sacrés tandis que les trois premiers cités remportent la compétition par équipes.

Luge World Champion for the 2️⃣ time is Alex Gruber – Congratulations 🇮🇹🛷🏆🥇22. FIL Rodel WM – FIL World Luge Championships 2019 Latzfons/FeldthurnsVideo: Martin Reifer & TEAMProducer: Creativ Studio#LugeLove #Naturaltrack #Filluge #Raceday #Wintersport #rodelwm19 #deutschnofen #filnaturaltrack#rodelwm19 #lugelove #natursltrack #filluge #filnaturaltrackluge

Posted by International Luge Federation on Sunday, February 3, 2019
Sablikova, deux ans après

La Coupe du monde de patinage de vitesse est de retour ! Un mois avant les Finales de Salt Lake City et à quelques jours des Mondiaux, la caravane du patinage de vitesse se trouvait en Norvège, à Hamar. Cette semaine de compétition a permis à la Tchèque Martina Sablikova de remporter le 3000m, sa 43e Coupe du monde, la première depuis deux saisons. La Japonaise Nao Kodeira a remporté le premier 500m du week-end en 37″25, record de la piste battu. En son absence, c’est sa rivale autrichienne Vanessa Herzog qui remporte le second 500m. L’Américaine Brittany Bowe gagne son troisième 1000m consécutif en Coupe du monde avant de remporter le 1500m dominical.

La légende Martina Sablikova l’emporte en Coupe du monde deux ans après. (© ISU)

Chez les hommes, le Norvégien Sverre Lunde Pedersen domine le 5000m à domicile tandis que les 500m reviennent au Russe Pavel Kulizhnikov. Les Néerlandais signent un triplé sur le 1000m : Kai Verbij devance Thomas Krol et Kjeld Nuis. Enfin, le Russe Denis Yuskov gagne aisément le 1500m.

Sverre Lunde Pedersen gagne à domicile. (© ISU)

+ Planète Blanche #15
+ Tous les articles sports d’hiver d’Agora Sports

A propos de Florian Burgaud 63 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*