[PLANÈTE BLANCHE #20] Du cristal pour Laffont, du bronze pour les fondeurs, du dopage et un podium pour Trespeuch

Perrine Laffont avec son petit globe de cristal du ski de bosses. (© FIS Freestyle)

Les démons entourant le monde du ski de fond sont revenus. Treize ans après le scandale des Jeux de Turin 2006 lors desquels, rappelons-le, une descente avait eu lieu dans les appartements de la délégation autrichienne. Opération entraînant la suspension à vie de six fondeurs. Treize ans après, donc, la police autrichienne a menée l’opération Aderlass (“saignée” en allemand). Les enquêteurs ont mis au jour une affaire de dopage sanguin. Neuf personnes ont été arrêtées dont cinq fondeurs. Parmi ceux-là, l’Autrichien Max Hauke a été pris en flagrant délit de transfusion sanguine. L’image, dévastatrice pour le ski de fond, a fait le tour du monde. Le ski de fond n’est pas guéri de ses démons. Cette affaire le montre bien. Espérons que tout cela serve de leçon.
Sinon il y a eu du sport la semaine passée sur la Planète Blanche : Perrine Laffont a remporté le globe des bosses, Chloé Trespeuch est remontée sur un podium de Coupe du monde et les fondeurs bleus ont signé un nouveau podium aux Mondiaux.

Les deux globes pour Laffont

Une saison parfaite. L’Ariégeoise Perrine Laffont a conclut son hiver par un nouveau podium. C’est sur les bosses de Shymbulak, au Kazakhstan, que la championne olympique a terminé son hiver. Avec une deuxième place derrière la locale Yulia Galysheva, la pépite du ski freestyle français s’assure une deuxième petit globe de cristal de la discipline de suite. Surtout, selon de savants calculs tant le système de points est illisible, Laffont est assurée de soulever le gros globe de cristal du ski freestyle pour la première fois. C’est la reine de l’hiver, c’est elle. Le roi de l’hiver, c’est aussi un bosseur : le Canadien Mikael Kingsbury fait comme Laffont alors que Benjamin Cavet termine l’hiver troisième mondial.

Du bronze pour les Bleus à Seefeld, les Allemands rois du saut, la Norvège fait le grand chelem en ski de fond masculin

Le livre des Mondiaux de ski nordique s’est fermé dimanche après-midi à l’issue du 50km masculin de ski de fond. Ce livre comprend de belles performances athlétiques mais aussi du dopage, comme on l’a vu précédemment. Il comprend aussi des records et une médaille tricolore.

Le bronze de l’abnégation pour les Bleus

Après les places d’honneur en sprint et lors du skiathlon, les fondeurs français ont scoré lors du relais, spécialité maison. Depuis les Jeux de Sotchi 2014, l’équipe de France de ski de fond est monté sur la troisième marche du podium d’une grande compétition à quatre reprises : à Sotchi, donc, puis à Falun en 2015, à PyeongChang l’hiver dernier et à Seefeld vendredi. Avec une composition inédite Adrien Backscheider, Maurice Manificat, Clément Parisse, Richard Jouve la France a réussi à déborder la Finlande dans la dernière ligne droite grâce à la science du sprint de Jouve. Ce sont les Norvégiens qui l’emportent avec un grand Johannes Hoesflot Klaebo lors du dernier relais pour battre la Russie.

Le grand chelem de la Norvège

Alors qu’ils avaient déjà remporté le sprint et le sprint par équipes, les Norvégiens ont également gagné le relais mais aussi le 15km classique interval starts et le 50km. La première épreuve est gagné par Martin Johnsrud Sundby sous un soleil éclatant : c’est son premier titre majeur individuel à 32 ans. Le marathon des fondeurs à quant à lui été dominé par Hans Christer Holund parti en solitaire à 30 kilomètres du but. Le meilleur français du 15km est Jules Lapierre, 24eme juste devant Maurice Manificat, alors qu’Adrien Backscheider prend une belle 9eme place sur le 50km.

Therese Johaug au top, Frida Karlsson impressionnante

La Norvégienne Therese Johaug, en plus du skiathlon, remporte deux autres titres individuels. D’abord, elle gagne le 10km classique interval starts mais avec “seulement” 12 secondes d’avance sur la toute jeune suédoise Frida Karlsson qui a impressionné son monde à Seefeld. Cette dernière prend le bronze du 30km derrière Ingvild Flugstad Oestberg, bronzée lors du 10km, et Therese Johaug, seule au monde lors de cette course. Enfin, les Suédoises sont enfin devenues championnes du monde du relais grâce à Stina Nilsson qui a réglé, logiquement, Johaug au sprint. C’est la première, et pour l’instant la seule, défaite de Johaug cet hiver.

View this post on Instagram

GLÄDJEYRA!!!🤩🤩 📸: @bildbyran

A post shared by Frida Karlsson (@fridakarlsson) on

La remontada du siècle pour Kubacki, le collectif allemand au top

Celle-là, personne ne l’avait vu venir. Le Polonais Dawid Kubacki, 27eme de la première manche des Mondiaux sur le petit tremplin, devait être le seul à y croire. Lors de la manche finale, il se pose à 104.5m et remonte toutes les positions jusqu’à la première et jusqu’au titre suprême. Son compatriote Kamil Stoch et l’Autrichien Stefan Kraft complètent la boîte. Notons que Jonathan Learoyd, comme sur le grand tremplin, a participé aux deux manches. Chez les dames, la Norvégienne Maren Lundby est championne du monde pour… une demi-point face à l’Allemande Katharina Althaus. L’Autrichienne Daniela Iraschko-Stolz prend le bronze à 36 ans. Sinon, les deux concours par équipes disputés sur le petit tremplin, celui des femmes, une première dans l’Histoire, et le mixte, ont été gagnés par les Allemands.

Un titre pour Riiber qui offre celui du par équipes à la Norvège

Alors qu’il n’était pas monté sur la boîte lors du gundersen grand tremplin, le vainqueur du globe de cristal 2019 Jarl Magnus Riiber a pris une éclatante revanche. Sur la compétition individuelle il devance l’Autrichien Bernard Gruber et le Japonais Akito Watabe au sprint. Antoine Gérard, parti 28eme, termine 11eme. Lors de la compétition par équipes, il règle ses concurrents allemands et autrichiens dans les derniers mètres pour offrir le titre à son pays. Les Français (Muhlathaler, Laheurte, Braud, Gérard) terminent 6emes.

View this post on Instagram

THE FANTASTIC FOUR!!!!!

A post shared by Kombinertlandslaget (@kombinertlandslaget) on

Chloé Trespeuch renoue avec le podium à Baqueira Beret

Après les galères, le bonheur d’un podium en Coupe du monde. Chloé Trespeuch, gravement touchée à la cheville cet été, est montée sur son premier podium du Coupe du monde depuis cette blessure. En terminant deuxième de l’épreuve espagnole de Baqueira Beret, l’athlète de Val Thorens, boucle la boucle. C’est la Tchèque Eva Samkova qui l’emporte, l’Américaine Lindsey Jacobellis est troisième. Au général, à une épreuve de la fin, les deux filles sont à égalité : la bataille de Veysonnax sera terrible.

Chez les hommes, c’est l’Autrichien Alessandro Hämmerle qui gagne devant l’Australien Lambert et le Canadien Hill. Avant l’ultime étape de la Coupe du monde, c’est l’Allemand Martin Nörl qui a le dossard jaune de leader du général… mais c’est très serré. Là encore la bataille de Veysonnax sera sanglante.

Doublé de Paris à Kvitfjell, Shiffrin garde son cristal

Comme tous les ans au début du mois de mars, les cirque blanc du ski alpin se retrouve du côté de Kvitfjell où l’Olympiabakken attend les descendeurs du monde entier. Cette année, c’est l’Italien Dominik Paris qui a été sacré roi sur la piste des Jeux de Lillehammer 1994. En remportant la descente puis le super-G, le colosse transalpin n’est plus très loin du globe du super-G. Pour la descente, le Suisse Beat Feuz compte 80 points de plus alors qu’il ne reste plus que les Finales de Soldeu (Andorre) à disputer…

Dominik Paris et son clan après sa victoire lors du super-G de Kvitfjell. (© Agence Zoom)

Du côté des Français, Johan Clarey (10eme de la descente, 9eme du super-G) signe deux tops 10 tandis que Brice Roger prend la 8eme place du super-G. Enfin, chez les dames, toutes les épreuves prévues à Rosa Khutor ont été annulées. Un week-end pour rien… sauf pour l’Américaine Mikaela Shiffrin qui est maintenant mathématiquement assurée du gain du gros globe de cristal.

En bref…

Deux médailles pour la France aux Mondiaux juniors de ski alpin

En Italie, à Val di Fassa à l’occasion des championnats du monde juniors de ski alpin, la délégation française a connu un grand moment bonheur. Il est venu le 22 février dernier du titre décroché par Marie Lamure, Jérémie Lagier, Doriane Escané et Augustin Bianchini lors du Team Event. Florian Loriot a ajouté une seconde médaille pour la France : c’était lors du super-G et elle est en bronze.

La totale pour la Chine en saut acrobatique

En l’absence de la délégation russe, les acrobates chinois ont décroché tous les globes en jeu du côté de Shimao Lotus Mountain, lieu des prochains Jeux Olympiques. Si c’est l’Australienne Laura Peel qui a remporté le premier concours du week-end, c’est la locale Xu Mengtao qui a gagné celui du dimanche, s’assurant du même coup un cinquième globe de la spécialité.

Du côté des hommes, c’est Wang Xindi, vainqueur d’aucune Coupe du monde cet hiver mais très régulier, qui soulève du cristal. Il termine quatrième et deuxième à domicile tandis que Sun Jiaxu remporte les deux concours. Enfin, les trois équipes chinoises trustent le podium de la compétition par équipes : la Chine remporte, bien entendu, la Coupe des Nations 2019.

Une chute synonyme de fin de saison pour les bobeurs français, les Allemands commencent biens les Mondiaux

Les espoirs étaient grands pour le pilote français Romain Heinrich. Fort d’un podium en Coupe du monde de bob à deux avec son pousseur Dorian Hauterville, l’ex lanceur de poids pouvait rêver d’une breloque mondiale du côté de Calgary. Malheureusement une chute lors d’un entraînement sur la piste canadienne a bien trop endommagé le bobsleigh tricolore. Les Français n’ont pas pu prendre part aux Mondiaux, saison terminée. A l’hiver prochain.

En l’absence de la paire tricolore, c’est l’inévitable pilote allemand Francesco Friedrich, avec Margis Thorsten, qui remporte la compétition. C’est son huitième titre mondial. Les Canadiens Justin Kripps/Cameron Stones et l’autre duo allemand Nico Walther/Paul Krenz prennent les médailles.

Chez les dames, ce sont les Allemandes Mariama Jamanka/Annika Drazek qui décrochent le titre mondial sur la piste des Jeux de Vancouver 2010. Il s’agit de leur premier ensemble mais elles en compte chacun un de plus. Stephanie Schneider/Ann-Christin Strack (ALL) et Christine De Bruin/Kristen Bujnowski (CAN) complètent le podium.

Enfin, et fort logiquement, les Allemands remportent l’or lors de la compétition par équipes. Ils devancent les Canadiens de 15 centièmes alors que les Américains prennent le bronze.

Roest et Sablikova remportent l’or aux Mondiaux Allround de Calgary

Le Néerlandais Patrick Roest a réussi l’exploit de conserver son titre mondial Allround le week-end passé du côté de Calgary. Avec 145.561 points, il bat même le record du monde qui était la propriété de l’Américaine Shani Davis depuis 2006. Le Norvégien Sverre Lunde Pedersen a bien résisté mais termine deuxième alors que Sven Kramer est bronzé.

Chez les dames, la Tchèque Martina Sablikova remporte son cinquième titre planétaire dans l’exercice particulier du Allround. La légende des pays de l’Est devance la Japonaise Miho Takagi, tenante du titre. La Néerlandaise Antoinette de Jong décroche la médaille de bronze.

Le podium du Mondial Allround féminin. (© ISU)

Juste en dessous, une séance de rattrapage de l’actualité des sports d’hiver

A propos de Florian Burgaud 93 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*