[PLANÈTE BLANCHE #23] Papadakis/Cizeron puissance 4, le freeride français au top et la totale pour Kobayashi et Boe

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sont devenus champions du monde de danse sur glace pour la quatrième fois. (© Atsushi Tomura/ISU)

Cette fois c’était vraiment le dernier week-end. Les derniers frissons ont parcouru les corps des amoureux des sports d’hiver. Les derniers globes de cristal – Graal absolu pour tout sportif s’entraînant l’été et combattant l’hiver – ont été décernés. Des titres mondiaux, les derniers, ont aussi été donnés. Enfin pas donnés, aucun titre planétaire n’est donné. Ils ont été mérités pas les patineurs artistiques, les spécialistes du télémark ou du ski de vitesse sur la vertigineuse piste de Vars. Le circuit du freeride avait également sa place dans ce dernier gros week-end de compétitions avec la mythique étape de Verbier, en Suisse. Les derniers soubresauts de la saison hivernale ont été parfois gigantesques, comme ce saut de Ryoyu Kobayashi mesuré à 252 mètres sur le tremplin de Planica. Et puis, comme la semaines dernière, des grands champions sont partis à la retraite : le télémarkeur Philippe Lau, les biathlètes Simon Fourcade et Anastasiya Kuzmina, le sauteur à skis Robert Kranjec ou le fondeur canadien Alex Harvey. Ils vont manquer au grand cirque blanc à partir de l’automne prochain. Enfin, non, ils nous manquent déjà, comme le parfum des Coupes du monde le samedi matin à 9 heures nous fait déjà défaut. Vivement que le froid revienne. Vite.
Retour sur les événements de la semaine passée dans ce 23eme numéro de la Planète Blanche sur Agora Sports.

Papadakis/Cizeron pour la quatrième fois au top mondial, James/Ciprès maudits

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sont devenus champions du monde de danse sur glace pour la quatrième fois la semaine passée à Saitama, au Japon. En 2014, ils avaient pris part aux Mondiaux pour la première fois dans cette même salle en terminant à une honorable 13eme place. Depuis cette première expérience, il y a eu le concerto n°23 pour piano de Mozart, Build a home de The Cinematic Ochestra, La Sonate au Clair de lune et Duet et Sunday afternoon de Rachael Yamagata cette année. Quatre programmes pour quatre titres de champions du monde. Il n’y a qu’en 2017 où ils ont été battus aux Mondiaux, c’était par leurs bourreaux olympiques Tessa Virtue et Scott Moir. Sans les Canadiens, le couple français déroule son patinage en battant records sur records. Ils seront bientôt, à n’en pas douter, le couple de danse sur glace le plus victorieux de l’Histoire aux Mondiaux, avant le sacre olympique annoncé en 2022 à Pékin, leur objectif principal.

Le couple français Vanessa James/Morgan Ciprès n’a pas connu la même joie à Saitama. Numéros uns mondiaux des couples, ils arrivaient avec une stature crédible de titrables. Malheureusement, lors de l’échauffement avant le programme court, James s’est faite rentrer dedans par un concurrent italien. Sa tête ayant frappée la glace, elle n’était pas dans les meilleures dispositions pour le court. Et cela s’est vu : les Bleus réalisent leur pire prestation de l’hiver avec notamment une chute de James. Ils sont septième avant le libre et n’ont plus d’espoir de titre. Finalement, ils terminent cinquièmes d’une compétition remportée par les Chinois Sui Wenjing/Han Cong. Chez les hommes, l’Américain Nathan Chen devient pour la première fois champion du monde en battant Yuzuru Hanyu, la rockstar japonaise. Le Français Kévin Aymoz est onzième. Enfin, la Russe Alina Zagitova est titrée chez les dames alors que la petite pépite japonaise Rika Kihira, vainqueur des Grands Prix en décembre, n’est que quatrième.

Le grand chelem et le record pour Boe, Wierer en prionnière, Simon Fourcade s’en va

Une fin de saison internationale sur le site d’Holmenkollen juste au-dessus de la capitale norvégienne : qui peut s’asseoir à la table du biathlon et offrir un meilleur cadre pour clôturer son hiver ? Pas grand monde. C’est donc dans ce cadre magique que la Coupe du monde de biathlon 2018/2019 a pris fin dimanche dernier à l’issue des mass-starts. Sans surprise, Johannes Thingnes Boe a battu le record de victoires sur une saison en réalisant le grand chelem des globes et une Italienne a soulevé le gros globe.

Un week-end parfait pour une saison parfaite, le plus vieux des Fourcade met la flèche

Après des Mondiaux où il n’avait décroché qu’un seul titre individuel, Johannes Boe se trouvait à une unité des 14 victoires en une saison de Magdalena Forsberg et Martin Fourcade. A l’issue du trio sprint-poursuite-mass-start d’Holmenkollen, le Norvégien est seul au-dessus du reste du monde avec 16 victoires. Solide au tir tout au long de la semaine, le rouquin vainqueur de son premier gros globe et de tous les petits globes a offert une masterclass permanente à son public, jusqu’à franchir la ligne de la mass-start avec un chapeau de viking sur la tête. Quentin Fillon-Maillet est monté sur son neuvième podium individuel de l’hiver en terminant troisième du sprint alors que les frangins Boe ont fait le doublé lors de la poursuite.

Au général final de la Coupe du monde, Fillon-Maillet est numéro trois mondial, Simon Desthieux quatrième, Antonin Guigonnat onzième, Martin Fourcade douzième et Emilien Jacquelin 24eme. Le grand-frère de Martin Fourcade, Simon, a annoncé sa retraite à l’issue du sprint osloïte, terminé à la 65eme place.

View this post on Instagram

Merci❤️ Thank you❤️

A post shared by Simon Fourcade (@simonfourcade) on

Wierer sans combattre, Kuzmina termine sa carrière en beauté

Les Italiennes Lisa Vittozzi et Dorothea Wierer étaient arrivées à Oslo à égalité parfaite au général de la Coupe du monde. Mais dès le sprint, les dés étaient jetés : la première, 68eme avec un 5/10 au tir, a complètement craqué, laissant le champ libre à la seconde. Wierer devient la première transalpine à remporter le général de la Coupe du monde de biathlon. Sinon, la Slovaque Anastasiya Kuzmina fait le doublé sprint-poursuite pour son dernier week-end en tant que professionnelle du biathlon et gagne le globe du sprint, celui de la poursuite étant soulevé par Wierer. Enfin, la Suédoise Hanna Öberg remporte la mass-start, dernière épreuve de l’hiver : elle s’assure le globe de la spécialité.

View this post on Instagram

#TimeToSayGoodbyeBiathlon #HOL19 📷Igor Stančik

A post shared by Anastasia Kuzmina (@nastja.kuzminova) on

Si cinq françaises terminent le top 30 final de la Coupe du monde, elles ne sont pas classés parmi les 15 meilleures biathlètes de l’hiver : Anaïs Chevalier est 20eme, Anaïs Bescond, Julia Simon et Célia Aymonier se suivent de la 22eme à la 24eme place et Justine Braisaz est 26eme mondiale.



Martin Fourcade est entré au musée Grévin


Les gros globes pour Klaebo et Oestberg, pas de grand chelem pour Johaug, Harvey à la retraite avec panache

La guerre russo-norvégienne pour le gain des gros globes de cristal en ski de fond a été largement remportée par l’armée viking du côté de Québec City lors des Finales de la Coupe du monde. Alors que Johannes Hoesflot Klaebo et Ingvild Flugstad Oestberg remportent la Coupe du monde, Therese Johaug a (enfin) perdu sur une course de distance et la légende canadienne Alex Harvey a pris sa retraite sur une victoire. Les Bleus, eux, ont terminé l’hiver en roue libre.

Klaebo double la mise, Harvey au top avant la retraite

Johannes Hoesflot Klaebo a finalement tenu bon. Comme l’année dernière, le prodige norvégien remporte la Coupe du monde de ski de fond et le gros globe de cristal qui va avec. Alors que le Russe Alexander Bolshunov était revenu à quelques points après le 15 km individuel de Falun, il a su se ressaisir à Québec pour finalement l’emporter avec une marge de 100 points au général. Pour cela, Klaebo a remporté le sprint libre, le dernier de l’hiver, son huitième à titre individuel. Puis le lendemain, il s’est adjugé la mass-start 15 km classique. A l’issue de celle-ci, il n’avait plus qu’à gérer lors de la poursuite clôturant l’hiver. C’est ce qu’il a fait en s’imposant au sprint devant le Canadien Alex Harvey – déjà deuxième de la mass-start saturnale – qui disputait sa dernière course au niveau international. C’est d’ailleurs lui qui réalise le meilleur temps scratch de la journée : il termine donc sa carrière avec un 1 sur sa ligne des résultats. Une fin de carrière parfaite. Lucas Chanavat est le meilleur français de l’hiver au général de la Coupe du monde, avec une 22eme place. Maurice Manificat, 25eme avec deux podiums individuels, Richard Jouve, 27eme, et Jean-Marc Gaillard, 29eme, sont aussi dans le top 30 de cet hiver quelque peu compliqué, même si la médaille mondiale en relais est venue rehausser ce bilan.

View this post on Instagram

🏆😊

A post shared by Johannes Hoesflot Klaebo 🇳🇴 (@klaeboo) on

Le Ski Tour Canada pour Nilsson, Johaug battue

Qui aurait cru à une défaite de Therese Johaug lors de cet ultime week-end de compétition ? C’est avec une surprise non feinte qu’on a vu la Norvégienne perdre au sprint, pour deux dixièmes, la mass-start classique de Québec. En face, il faut dire que c’était la Suédoise Stina Nilsson, vainqueur du sprint libre la veille devant ses compatriotes Dahlqvist et Sundling. C’était déjà elle qui l’avait devançait sur la ligne lors du relais des Mondiaux. La surprise réside plutôt dans le fait que la Norvégienne aurait dû déborder sa rivale avant la dernière ligne droite, résidence privée de la Suédoise, lauréate du globe de la spécialité. L’avance accumulée par Stina Nilsson au général du Ski Tour Canada lui a suffit pour s’offrir ce mini-tour à l’issue de la poursuite. Mais c’est bien Therese Johaug, revancharde, qui signe le temps scratch de la course. Elle a ensuite soulevé son petit globe de cristal de la distance. Pour le gros globe, la Norvégienne Ingvild Flugstad Oestberg, troisième du tour canadien, a pris le dessus sur la Russe Natalia Nepryaeva, en dedans au Canada. C’est la première fois qu’elle soulève ce prestigieux trophée.

View this post on Instagram

🤩🤩🤩 @ingvildflugstad @johaugtherese

A post shared by Langrennslandslaget (@langrennslandslaget) on

De Le Rue et Haerty dominent l’hiver en snowboard freeride

La saison 2019 du Freeride World Tour s’est clôt ses derniers jours du côté de Verbier, en Suisse, où avait lieu l’Xtreme. Deux victoires sont à signaler dans le clan français : Wadeck Gorak l’emporte en ski et Marion Haerty en snowboard. C’est un véritable triomphe pour cette dernière puisqu’elle est sacrée championne du monde de freeride avec quatre victoires en cinq compétitions. L’autre champion du monde tricolore c’est Victor De Le Rue, troisième à Verbier mais vainqueur au Canada et en Autriche plus tôt dans l’année. En ski, Léo Slemett, vainqueur en Andorre, termine l’hiver numéro trois mondial.

Kobayashi prend tous les globes, Seyfarth gagne le Russia Blue Bird

L’hiver 2018/2019 de saut à ski est maintenant bel et bien terminé. Après tant de concours, de sauts monstrueux, de vent empêchant la bonne tenue des compétitions ou de chutes, le rideau est tombé sur cette belle et longue saison. Les sauteurs ressortiront leurs longs skis cet été pour la campagne des Grands Prix sur synthétique. Et ce sera grandiose. En attendant, Ryoyu Kobayashi est allé chercher un autre globe et Juliane Seyfarth la tournée russe.

Kobayashi a tout gagné cet hiver, sauf les Mondiaux

Tremplin du Letalnica, Planica. Dimanche 24 mars 2019. Il est aux alentours de 10h35 du matin. Le Japonais Ryoyu Kobayashi lâche la barre d’élan pour l’avant-dernière fois de l’hiver. Le kamikaze nippon s’envole après la table. Il ne se posera que 252 mètres plus loin. Le record du monde de Stefan Kraft (253.5m) n’a tenu qu’à un fil. Le Japonais, roi de l’hiver, a battu le record du tremplin slovène à la toute fin d’une saison harassante. Comme si c’était normal pour lui, le vainqueur de la Tournée des Quatre Tremplins en réalisant le Grand Chelem, le lauréat du général de la Coupe du monde et de celle du vol à ski. Il faut ajouter à cela sa victoire finale lors du Raw Air, la tournée norvégienne, au dernier saut face à Kraft. Finalement, cet hiver, il n’a manqué qu’un titre aux Mondiaux et ce satané record du monde à Kobayashi. Un hiver exceptionnel. C’était si bien.

Sinon, c’est l’Allemand Markus Eisenbichler et, justement, Kobayashi qui ont gagné les deux derniers concours de l’hiver à Planica. La compétition par équipes l’a été par la Pologne de Wolny, Stoch, Kubacki et Zyla.

Seyfarth termine l’hiver par le gain de la tournée russe

On avait laissé l’Allemande Juliane Seyfarth en tête du Russia Blue Bird 16 points devant Maren Lundby, la Kobayashi du circuit féminin. La sauteuse germanique a su garder son avantage du côté de Chaikovsky en remportant le concours du samedi. Ce jour-là, Lundby a craqué, terminant septième à 18 points. Dès lors, la messe était dite pour le gain de la tournée russe de clôture de l’hiver. La Norvégienne a eu beau mettre 12 points dans la vue de l’Allemande lors du dernier concours, disputé sur un grand tremplin de 140 mètres, c’est bien Juliane Seyfarth qui remporte le Russia Blue Bird. Mais la vraie reine de l’hiver, c’est Lundby, naturellement. Lucile Morat termine 23eme de cette tournée et Joséphine Pagnier 29eme.

En bref…

Six médailles pour la France aux Mondiaux de télémark, Lau part sur un titre

L’équipe de France de télémark, portée par Argeline Tan-Bouquet et Phil Lau, a décroché six breloques lors des Mondiaux organisés en Norvège à Rjukan la semaine passée. Si le Classic n’a pas sourit à la bande tricolore, les deux chefs de file français prennent l’argent sur le sprint. Trois médailles ont été ensuite remportés par la France lors du très spectaculaire sprint parallèle : Phil Lau en est devenu champion du monde alors que le jeune Noé Claye est bronzé comme Tan-Bouquet chez les dames. Enfin, la France termine troisième du sprint parallèle par équipes remporté par la Suisse d’Amélie Wenger-Reymond titrée en sprint et Classic et argenté en sprint parallèle. La légende français Phil Lau quitte donc le circuit international sur un nouveau titre mondial, son troisième. Mais Lau c’est aussi 12 globes de cristal, 58 victoires en Coupe du monde et 114 podiums. C’est le plus beau palmarès du télémark qui s’en va.

Simon Billy vice-champion du monde de ski de vitesse

Les championnats du monde ski de vitesse se déroulaient le week-end dernier du côté de Vars, dans les Hautes-Alpes, sur la piste de Chabrières à l’inclinaison de 98%. C’est l’Italien Simone Origone, avec une pointe à 228.86 km/h, qui a été sacré pour la sixième fois homme le plus rapide du monde. La dernière fois c’était en 2013 à… Vars. Le Transalpin de 39 ans devance le Français Simon Billy (227.99 km/h) qui décroche sa deuxième breloque mondiale après le bronze de 2013. Le bronze, justement, est pour l’Autrichien Klaus Schrottshammer (226.84 km/h) cette année. Chez les dames, c’est la Suède qui domine : Britta Backlund (221.26 km/h) est en or devant sa compatriote Lisa Hovland-Uden (220.30 km/h) et l’Italienne Valentina Greggio (218.31 km/h). La quatrième n’est autre que l’Autrichienne Nicole Schmidhofer, skieur alpine tout le reste de l’hiver. La Française Célia Martinez est cinquième devant sa sœur Cléa.



Première victoire en Coupe du monde pour Billy

Deux jours après sa médaille mondiale, Simon Billy était de retour sur la piste de Vars pour une étape de Coupe du monde. Et cette fois, le Français a battu la légende Origone : 227.65 km/h contre 227.12 km/h. C’est la toute première victoire du Français lors d’une étape de Coupe du monde après deux deuxièmes places de suite à Idre Fjall en début d’hiver. Chez les dames, la Suédoise Backlund (222.91 km/h) confirme son titre mondial en l’emportant.



La fête du ski alpin français dans les Alpes-Maritimes

Les 106emes championnats de France de ski alpin se déroulent actuellement dans le Sud de la France, à Auron et Isola 2000. Maxence Muzaton est devenu double champion du France en gagnant la descente et le combiné alpin. Johan Clarey remporte le super-G, Alexis Pinturault le géant et Clément Noël le slalom. Chez les dames, le super-G est pour Romane Miradoli, le géant pour Tessa Worley et le slalom pour Nastasia Noens, logiquement.

Le doublé pour Laffont et Theocharis aux France de Tignes

Les bosseurs Perrine Laffont et Sacha Theocharis terminent leur hiver par deux titres nationaux. Sur la belle piste de Tignes, ils ont décroché l’or en single et en dual. En l’absence de vraie concurrence, ce n’était qu’une formalité pour la championne olympique en titre et vainqueur des deux globes cet hiver. Par contre, chez les hommes il y a eu du suspense puisque Theocharis ne l’emporte que de 0.53 points devant Benjamin Cavet en single.

View this post on Instagram

#vitesse avec la team @meribel3vallees #frenchchamp

A post shared by Sacha Theocharis (@sachatheocharis) on

Les gros globes du parallèle pour Sobolev et Ledecka

Le clap de fin sur la saison de snowboard alpin a été donné à Winterberg, en Allemagne. Si ce sont l’Autrichien Lukas Mathies et la Suissesse Patrizia Kummer qui remportent le slalom parallèle concluant l’hiver, les gros globes sont soulevés par le Russe Andrey Sobolev et la Tchèque Ester Ledecka, aussi skieuse alpine. Les petits globes de la spécialité sont gagnés par l’Allemand Stefan Baumeister et la Suissesse Julie Zogg. Le Français Sylvain Dufour termine 15eme (éliminé en huitièmes) de cette dernière Coupe du monde de l’hiver, exercice qu’il termine au 18eme rang mondial. La compétition par équipes mixtes a été gagnée par le duo autrichien Benjamin Karl/Daniela Ulbing, comme lors des deux premières levées organisées à Bad Gastein et Moscou. Ils remportent le globe de la spécialité, largement. Enfin, la Suisse remporte la Coupe des Nations en snowboard.

Pour une séance de rattrapage de la semaine précédente, cliquez juste en-dessous

A propos de Florian Burgaud 93 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*