[PLANÈTE BLANCHE #9] Retour tonitruant de Manificat, Fourcade revient au top, Fanara renversant et Northug à la retraite

Takk Petter. (© Getty Images)
Un mythe s’en est allé. Ni plus ni moins. Un inspirateur génial. Une grande gueule. Un fondeur de génie à l’accélération dévastatrice dans le dernier kilomètre d’une course. Le meilleur finisher de ces dernières années, à n’en pas douter. Cet homme, c’est Petter Northug Jr. Le spécialité norvégien du ski de fond a annoncé sa retraite en milieu de semaine passée. Après deux ans à courir derrière sa forme d’antan, le fondeur de presque 33 ans a mis le clignotant. Advienne que pourra derrière moi. Oh, aucun soucis pour la Norvège : le phénomène Johannes Hoesflot Klaebo est déjà multiple champion olympique. Il est le successeur naturel au colosse de Mosvik. Le fondeur licencié à Strindheim a remporté deux titres olympiques, 13 médailles d’or mondiales, deux gros globes de cristal et un Tour de Ski. Il a tout gagné dans son sport. Plus que les résultats c’est son aura, son talent, son accélération dévastatrice, son charisme qui resteront dans les annales. Sa retraite sonne comme la fin d’une ère. L’ère Petter Northug Jr. s’est fermée brutalement au cours d’une conférence de presse à Trondheim. L’ère Johannes Hoesflot Klaebo est déjà ouverte. La Norvège peu vraiment voir venir. La planète ski de fond aussi. Merci pour tout Monsieur Petter Northug. C’était génial. Ce se sera plus comme avant maintenant, même si Klaebo est excellent. C’est avec vous que j’ai appris à aimer le ski de fond en particulier et le ski nordique en général. C’est grâce à vous, en quelque sorte, que j’écris ses lignes. Merci encore. Vous êtes un grand du sport mondial. Vous manquez depuis deux saison au circuit mondial, maintenant vous nous manquerez éternellement. Bon vent et takk (merci en norvégien) Petter.
Retour sur l’actualité des sports blancs dans ce neuvième numéro de la Planète Blanche. Les Français ont brillé.

Merci pour tout Petter Northug Jr.

Les larmes de la légende. (© Tous droits réservés)
Les plus belles victoires de Petter Northug Jr. 

Martin Fourcade retrouve la forme, son frère aussi

Après un week-end slovène à totalement oublier, le biathlète français Martin Fourcade s’est remobilisé sur les pistes d’Hochfilzen (Autriche) pour la deuxième étape de la coupe du monde. Son grand frère, Simon, pas sélectionné au plus haut niveau en ce début d’hiver, a brillé pour la première fois à l’échelon inférieur tandis que les juniors ont signé de belles performances en Suisse.

Martin Fourcade is back in the game !

Que ce week-end sur les pistes autrichiennes fait du bien dans le clan français et dans la garde rapprochée de Martin Fourcade. Après les doutes de Pokljuka (où il avait quand même gagné l’individuel), le meilleur biathlète de l’Histoire a repris sa marche en avant en remportant la poursuite, sa course fétiche, grâce à un 20/20. Il a même réalisé un 30/30 sur l’ensemble de ses courses disputées dans le Tyrol : avec un 10/10 lors du sprint il était monté sur le deuxième marche du podium huit secondes derrière Johannes Boe, son rival. Justement, parlons de ce dernier. On le pensait désormais à l’abri d’énormes craquantes derrière la carabine après avoir triomphé sur trois des quatre premières courses de la saison. Eh bien, on s’est encore trompés à son égard. Le Norvégien a réalisé un piteux 14/20 lors de la poursuite terminée en neuvième position. Il va y avoir match entre les deux monstres de ce sport tout au long de l’hiver. Martin est de retour. Gare à toi Johannes. 

La légende est de retour au plus haut niveau. (© IBU)

Du côté des autres tricolores, Antonin Guigonnat, de plus en plus régulier même sans sa barbe, a signé un nouveau gros résultat en sprint : il prend la 4e place. Sinon, Simon Desthieux a terminé 7e avec, comme souvent, une faute de trop pour prétendre au podium. En poursuite, ils sont trois à être entrés dans les 30 : Desthieux 11e, Guigonnat 16e, Fillon-Maillet 20e (il était parti 39e) et Jacquelin 27e. Notons, enfin, les premiers points inscrits en coupe du monde pour Aristide Bègue, 40e du sprint. 

Wierer et Mäkäräinen se partagent les lauriers, les Bleues sur la boîte

Comme lors de la semaine de Pokljuka, ce sont l’Italienne Dorothea Wirer et la Finlandaise Kaisa Mäkäräinen qui ont dominé les courses individuelles à Hochfilzen. Lors du sprint, c’est l’Italienne qui a gagné six petits dixièmes devant la Scandinave, grâce à un tir ultra rapide à 9/10. Dès lors, on s’attendait à un duel haletant entre les deux championnes lors de la poursuite, comme à Pokljuka. Seulement, elles se sont ratées sur le premier tir, laissant revenir des poursuivantes : c’est la Polonaise Hojnisz qui sort en tête du dernier tir. Cette dernière ne résista pas à la meute lancée à ses trousses et c’est finalement Mäkäräinen, en reine du ski de fond qu’elle est, qui l’emporte devant la Slovaque Paulina Fialkova et Wierer. Chez les Bleues, Anaïs Chevalier avait terminé 8e du sprint avant de prendre la 13e place de la poursuite. Fortunes inverses pour Julia Simon, 23e de la première course et 10e de la seconde. Ça n’est toujours pas ça pour Anaïs Bescond et Justine Braisaz, même pas du relais dominical. 

Kaisa Mäkäräinen, radieuse, après sa victoire lors de la poursuite d’Hochfilzen. (© IBU)

Justement, pour parler de ce relais on peut se dire que les Bleues auraient pu ne pas disputer le podium après le couché de Chevalier et les tirs de Célia Aymonier : sur ses trois passages-là, deux pioches ont été nécessaires. Mais les Françaises se sont bien battues jusqu’à prendre la troisième place de cette courses derrière les Italiennes, vainqueurs, et les Suédoises. Chez les hommes, le relais – logiquement privé de Martin Fourcade – a été planté d’entrée par Guigonnat : la France termine 9e d’une course gagnée par la Suède devant la Norvège et l’Allemagne.

De bons résultats en IBU Cup et en IBU Junior Cup

Si Martin Fourcade a brillé en coupe du monde, les jeunes (et les moins jeunes) ont également porté haut les couleurs du drapeau français sur les circuits satellites. Le frère du meilleur biathlète de l’Histoire, Simon Fourcade, a signé son premier podium de l’hiver en prenant la troisième place de la poursuite de l’IBU Cup de Ridnaun-Val Ridanna. Sur ce même site, les relais mixtes et mixtes simples ont fini à la quatrième place tout comme Fabien Claude sur le sprint. En IBU Junior Cup un podium est venu de chacune des quatre courses du week-end de Lenzerheide : Paula Botet a remporté le sprint et mène au général, Camille Bened a dominé l’individuel, Martin Bouregois-République a pris la 3e place sur le même format alors que Pierre Money se classe sur la plus petite marche du podium en sprint. Des performances à rééditer dès le week-end prochain à Obertilliach, pour l’IBU Cup, et en France, aux Rousses, pour la Junior Cup. 

Simon Fourcade lors de la poursuite de Ridnaun-Val Ridanna, terminée à la 3e place. (© IBU)

Le retour miraculeux de Manificat, Gros sur la boîte en sprint, du saut à ski en France

Mis à part le biathlon, le reste du ski nordique se dispatchait à différents endroits d’Europe. Les fondeurs étaient dans les Grisons suisses à Davos, station préférée des Français, tandis que les sauteurs étaient à Engelberg pour les hommes et dans le Jura, à Prémanon, pour les femmes. Tour d’horizon de la planète ski nordique.

Davos est Française

Tous les ans à l’approche de l’étape de coupe du monde de ski de fond de Davos, la rengaine est la même : les Français adorent cette station et vont y briller. Et tous les ans (ou presque) le résultat est le même. Cette année, les sprinteurs Renaud Jay, sorti en demi-finales, Lucas Chanavat et Baptiste Gros étaient en très grande forme. Ces deux derniers ont mêmes participé à la grande finale en compagnie du phénomène Johannes Hoesflot Klaebo, vainqueur pour la première fois de l’hiver après différentes péripéties. Mais derrière, les Bleus étaient présents et c’est Baptiste Gros qui termine troisième juste derrière l’Italien Pellegrino et devant son pote Chanavat. C’est le premier podium du fondeur tricolore depuis la fin de la saison 2016. Chez les dames, ce sprint a été gagné par Stina Nilsson.

Le clan français exultait alors, mais le plus beau restait à venir. Discrètement, Maurice Manificat avait effectué un test chronométré en milieu de semaine. Test qui s’est avéré convaincant. C’était décidé, il effectuerait sa rentrée sur le 15km libre suisse qu’il avait remporté voilà une année. Dès sa première course de l’hiver, le fondeur tricolore a fait parlé la poudre en prenant la deuxième place à neuf dixièmes du Russe Belov qui remporte sa première coupe du monde. Les autres Français ont aussi brillé, comme d’habitude à Davos : Jean-Marc Gaillard fini à une excellente 6e place, Parisse est 14e, Backscheider 17e, Lapierre 19e, Duvillard 20e et Tiberghien 31e. Du côté des femmes, c’est Therese Johaug qui a dominé le 10km. Anouk Faivre-Picon signe une excellente 13e place pour son retour en coupe du monde tandis que Delphine Claudel, que nous avions interviewé, fini 22e et marque ses premiers points au plus haut niveau. 

Momo Manificat est bien de retour… (© Nordic Focus)
Ryoyu Kobayashi engrange, Althaus imbattable en France

Après le week-end annulé le Titisee-Neustadt, le circuit de la coupe du monde de saut à ski reprenait ses droits à Engelberg (Suisse) pour deux compétitions sur le Grosse-Titlis Schanze. La première a été remportée par l’Allemand Karl Geiger alors que la seconde l’a été par le grand homme de ce début de saison, Ryoyu Kobayashi, dossard jaune de leader de la coupe du monde. Avant la Tournée des Quatre Tremplins qui s’annonce à partir du 29 décembre prochain, le Japonais est favori pour soulever l’aigle du vainqueur à Bischofshofen après le concours des rois. 

La joie, habituelle cet hiver, de Ryoyu Kobayashi en bas des tremplins. (© Nordic Focus)

Une grande première avait lieu le week-end passé. Pour la première fois, une coupe du monde de saut à ski féminin avait lieu en France. C’était à Prémanon, sur le tremplin de 90 mètres des Tuffes. C’est l’Allemande Katharina Althaus qui a le mieux apprivoisé ce nouveau tremplin : elle a gagné les deux compétitions et prend plus de 120 points d’avance au général sur la Norvégienne Lundby. Lucile Morat a pris la 14e et la 24e place des deux concours : c’est la meilleure tricolore du week-end. 

Retour sur le podium pour les géantistes, l’impressionnante chute de Marc Gisin

Qui dit Alta Badia, dit Gran Risa et qui dit Gran Risa dit Thomas Fanara. Pour sa dernière sur cette piste mythique, le Français s’y est offert un podium, son quatrième dans les Dolomites. Sinon, Marc Gisin nous a fait très peur sur la Saslong de Val Gardena. Direction la planète ski alpin.

Premier (double) podium de l’hiver

Il est enfin là ! Après presque un mois de compétition, le premier podium de l’hiver du ski alpin tricolore masculin est arrivé. Il est venu du vieux Thomas Fanara, en tournée d’adieux cet hiver. Pas dedans à l’issue du premier tracé, le skieur tricolore a découpé la seconde manche pour prendre, finalement, la deuxième place juste devant un autre français, Alexis Pinturault. Ces deux-là signent un joli podium qui replace la France sur l’échiquier du géant mondial. Échiquier toujours largement dominé par la légende Marcel Hirscher qui devance Fanara de plus de deux secondes en bas de la Gran Risa. Irréel. 

Svindal regagne, Kilde aussi, Gisin à l’hôpital

Ce sont des images que l’on aime pas voir. Des images d’effroi, de peur, de crainte. L’hélicoptère sur la piste et tout le tralala. Au pire endroit de tout le circuit, le Suisse Marc Gisin s’est pris les skis l’un dans l’autre et a chuté, à quelques mètres d’un tremplin : je vous laisse imaginer les conséquences. Presque une heure d’interruption plus tard, le colosse Aksel Lund Svindal, vainqueur du super-G la veille, s’élance dans la Saslong, mais le cœur n’y est pas. La course est déjà faite : c’est le Norvégien Alexander Aamodt Kilde qui remporte cette descente, mais l’essentiel est plutôt du côté de Lucerne où Gisin est en soins intensifs. Courage Marc, courage. Notons, tout de même, l’immense 4e place de Johan Clarey lors du super-G… avec le dossard 50.

Laffont engrange mais perd son gilet jaune, Cavet solide

La coupe du monde de ski de bosses a mis le cap à l’Est la week-end dernier pour deux compétitions sur la neige artificielle de Thaiwoo (Chine). Sur cette piste pentue et verglacée, l’Américaine Jaelin Kauf a mené la vie dure à Perrine Laffont en gagnant les deux compétitions. La Française a fait quelques erreurs de la grande finale en single (qu’elle termine 3e) puis a craqué en finale des bosses parallèles face à sa rivale, qui récupère le dossard jaune de leader de la coupe du monde. Avec trois podiums en autant de courses, il n’y a péril dans la demeure Laffont, loin de là. 

Le nouveau vlog de Perrine Laffont.

Chez les hommes, Mikael Kingsbury reste invaincu. Le Canadien a dominé les deux compétitions chinoises et s’envole, déjà, au général. Son maillot jaune est bien ancré sur ses épaules. Bon week-end pour le Français Benjamin Cavet, quatrième en single puis 3e en parallèle. 

Une semaine productive pour les équipes de France de hockey-sur-glace

Comme il y a un mois, les équipes de France de hockey-sur-glace étaient sur le pont la semaine passée. Au programme, le Tournoi des Quatre Nations, à Lorensko (Norvège) pour les hommes et à Pribram (République Tchèque) pour les femmes.

Immense exploit des Bleues

Cette performance est passée totalement inaperçue des radars médiatiques. Mais elle existe belle et bien. Les hockeyeuses tricolores ont battu les Russes 3-1 lors de leur Tournoi tchèque. C’est une victoire historique comme l’a souligné le coach des Bleues. Bon, le reste du Tournoi n’a pas été une réussite avec deux défaites 3-1 et 2-0. Rendez-vous en février à Épinal pour la suite de la préparation au premier Mondial élite de l’Histoire des Bleues.

Tournoi solide pour les Français

La carrière de sélectionneur de Philippe Bozon continue de bien se passe. Après un premier stage de rodage à l’automne, le coach tricolore voulait des victoires en Norvège. Il a été servi : ses joueurs ont battus la Hongrie 3-0 et la Biélorussie 1-0. Ils ont fini leur semaine par une défaite 4-3 face aux locaux. “J’ai beaucoup aimé l’attitude de l’équipe” a annoncé Bozon qui retrouvera ses hommes en février pour un stage autrichien.

Les moins de 20 ans tricolores n’ont pas réussi à se maintenir dans le groupe 1A à l’issue du Mondial 2018. Rendez-vous l’année prochaine en 1B.

En bref…

Tess Ledeux sur le podium au Dew Tour

Pas de coupe du monde de freestyle le week-end dernier. La faute au Dew Tour, traditionnel rendez-vous de début de saison où les meilleurs freestyleurs du monde se retrouvent. Un podium est à signaler dans le clan français : il s’agit de la jeune Tess Ledeux qui prend la deuxième place du freeski slopestyle derrière sa rivale estonienne Kelly Sildaru, vainqueur en coupe du monde il y a peu de temps en halfpipe. L’autre tricolore engagé à Brenckenridge, Kevin Rolland, termine à la 5e place du freeski superpipe avec un run crédité de 84.00 points. 

Le podium du freeski slopestyle féminin avec, de gauche à droite, Tess Ledeux, Kelly Sildaru et Maggie Voisin. (© Ortiz)
Ledecka (re) gagne en snowboard

Si les freestyleurs se trouvaient aux Etats-Unis pour le Dew Tour, les snowboardeurs alpins étaient en Italie pour y disputer deux slaloms géants parallèles. Et… à la fin c’est Ester Ledecka qui gagne. La snowskieuse tchèque double championne olympique a remporté l’épreuve de Cortina d’Ampezzo deux jours après s’être inclinée en finale face à l’étonnante italienne Nadya Ochner à Carrezza. Chez les hommes, les victoires sont revenues au Slovène Tim Mastnak puis au vétéran transalpin Roland Fischnaller devant son public. Le Tricolore Sylvain Dufour, quatrième des Jeux, a été battu en huitièmes à Carrezza par son bourreau de PyeongChang, Zan Kosir, puis n’a pas réussi à se qualifier pour les finales à Cortina. 

Le Français Sylvain Dufour sur la piste de Carrezza. (© Miha Matavz)
Papadakis/Cizeron impressionnent à Vaujany, Migunov et Pierron champions de France de short-track

Le week-end dernier se déroulaient les championnats de France de patinage artistique et de short-track à Vaujany, en Isère. En danse sur glace, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont facilement remporté la compétition tout comme Vannessa James/Morgan Ciprès en couple et Kevin Aymoz chez les hommes. La compétition féminine a été plus serrée : Maé-Bérénice Méïté devance de moins de dix points Laurine Lecavalier.


“On est très contents de notre performance. C’est différent par rapport aux autres années car c’est seulement notre deuxième réelle compétition de la saison. Du coup, on est moins rodés sur les programmes et on a encore plein de choses à travailler.” (Gabriella Papadakis au Dauphiné Libéré)

En short-track, et en l’absence de Thibaut Fauconnet, c’est Dmitry Migunov, vainqueur du 1500m et du 500m, qui remporte le classement général des France devant Tristian Navarro et Théo Kellaf. Sébastien Lepape, vainqueur du 1000m, termine 5e. Chez les dames, c’est logiquement Véronique Pierron, victorieuse du 1000m et du 1500m, qui gagne. Tifany Huot-Marchand, que nous avions interviewé avant les Jeux, a dominé la finale du 500m et prend la deuxième place du général juste devant Gwendoline Daudet.

Encore un Russe devant en skeleton, les Allemands dominateurs en bobsleigh

Comme lors du premier week-end de compétition qui s’était déroulé à Sigulda, c’est un Russe qui a dominé l’épreuve de skeleton. Mais cette fois, Nikita Tregubov, 4e, a laissé sa place à Alexander Tretiakov sur la plus haute marche. Il s’agit de la première victoire du Russe depuis quasiment deux ans. Succès de l’Allemande Jacqueline Lölling chez les féminines. 

Le podium de la compétition masculine de skeleton. (© Tous droits réservés)

En bobsleigh, toutes les courses disputées à Winterberg ont été gagné par des Allemands.des. Le bob à deux féminin a été dominé par Stephanie Schneider et sa pousseuse Ann-Christin Strack sept petits centièmes devant leurs compatriotes championnes olympiques Jamanka/Drazek. Enfin, les deux courses de bob à 4 ont vu la Team Francesco Friedrich et Johannes Lochner l’emporter. Le bob à 4 tricolore, mené par Romain Heinrich et en pleine reconstruction, prend la 13e et la 16e place.

Le podium du bob à deux féminin de Winterberg. (© Tous droits réservés)
Du turnover en luge à Lake Placid

Les semaines se suivent et ne ressemblent pas pour les Allemands en juge. Ah, oups. Il manquait le mot leader dans la première phrase. Si Natalie Geisenberg et Wendl/Arlt n’ont pas gagné chez les dames et en double, ce sont leurs compatriotes Dajana Eitberger et Eggert/Benecken qui l’ont emporté sur la piste de Lake Placid. La seule compétition ayant échappée aux Allemands, c’est celle des hommes : le Russe Roman Repilov devance Johannes Ludwig. Au général de la coupe du monde, après quatre week-ends, Ludwig, Geisenberger et Eggert/Benecken mènent la danse. Que des Allemands… 

Le miracle Semerikov à Heerenveen

Pour la dernière coupe du monde de patinage de vitesse avant le mois de février prochain (du 1er au 3 février sur l’ovale norvégien de Hamar), les patineurs étaient à Heerenveen, aux Pays-Bas. C’est là-bas, au Thialf Stadium, où le patinage de vitesse est une religion d’Etat qu’a eu lieu une improbable performance. Le Russe Danila Semerikov y a remporté le 5000m en battant le record de la piste devant les héros locaux Sven Kramer et Patrick Roest. Le Russe a battu son record de plus de cinq secondes et n’explique pas sa performance qu’il qualifie même de miracle. Sinon, le Néerlandais Thomas Krol a glané sa première coupe du monde en gagnant le 1500m tandis que le Russe Pavel Kulizhnikov a dominé son quatrième 500m de l’hiver en coupe du monde. 

Le Russe Danila Semerikov a signé une performance invraisemblable ce week-end à Heerenveen. (© ISU)

Du côté des compétitions féminines, les Japonaises Nao Kodeira et Nana Takagi ont remporté le 500m et la mass-start. La Hollandaise Ireen Wüst a été la plus rapide du 1500m tandis que l’Américaine Brittany Bowe domine le 1000m et la locale Antoinette de Jong le 3000m. 

Antoinette de Jong et sa maman après la troisième victoire en coupe du monde de la première. (© ISU)

+ Planète Blanche #8
+ Tous les articles sports d’hiver d’Agora Sports

A propos de Florian Burgaud 59 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*