[PLANÈTE BLANCHE #2] Tessa Worley triomphe à Sölden, retraite pour Janne Ahonen et Ciprès/James lauréats au Canada

La joie de Tessa Worley en bas du glacier du Rettenbach, ce samedi à Sölden. (© Agence Zoom)
C’était il y a presque un an. C’était un 13 novembre. En 2017. Un an après que les obscurs hommes du califat irako-syrien de Daech (acronyme arabe de l’Etat Islamique) répandaient la mort dans les rues de Paris, aux alentours du Stade de France un soir de France/Allemagne et dans la salle de concerts du Bataclan en pleine représentation des Eagles of Death Metal. Un an après cela une terrible nouvelle nous parvenait : le descendeur David Poisson s’est tué à Nakiska (Canada) après une chute à l’entraînement. Terrible. Il a fallu se relever pour ses collègues et amis et le hashtag #DPforever a fleuri sur les réseaux sociaux ainsi que sur les casques des skieurs français. En ce début d’été, le hashtag est toujours présent dans les posts de nos héros hivernaux et l’image d’Adeline Mugnier rendant hommage à Kaillou avant sa première manche à Sölden le montre. Les sacrifices estivaux que Tessa Worley a faits pour être fin prête en cette fin de mois d’octobre, David Poisson aurait voulu les faire, encore une fois. Mais il n’est plus de ce monde, malheureusement. Et ça fait presque un an. Un an qu’il est dans nos cœurs. Un an que les fous français de la vitesse vivent avec son souvenir. Enfin, les sacrifices des mois de Phoebe réalisés par les fadas des sports d’hiver portent leurs fruits – Morgan Ciprès et Vanessa James l’ont montré ce week-end comme, donc, Tessa Worley – ou ne sont plus supportables à partir d’un moment – après 25 ans à sauter partout dans le monde Janne Ahonen a annoncé sa retraite. Mais ses sacrifices, David Poisson ne les fera plus. Un an, déjà. Retour, pour ce deuxième numéro d’Une semaine sur la planète blanche version 2018/2019, sur l’actualité des sports d’hiver de la semaine écoulée. Enjoy.

Tessa Worley dompte le Rettenbach avec  fougue et talent

Après douze participations au géant d’ouverture de Sölden (Autriche), Tessa Worley, la skieuse du Grand-Bornand, a enfin réussi à dompter le glacier du Rettenbach, décor de cette première course de l’hiver. L’an passé, la Bornandine, double championne du monde et vainqueur du petit globe l’année précédente, était montée pour la première fois sur le podium, seulement devancée par Viktoria Rebensburg. Cette année, elle a corrigé le tir dans les nappes de brouillard et la neige autrichienne. Les conditions ont fait que le lâchage des concurrents fut effectué du départ de réserve. Mais cela n’a pas bridé le talent de Worley et des autres car la piste était bien préparée malgré les supputations météorologiques qui ont bercé la semaine sur le glacier. Finalement, le Rettenbach était tout blanc et la piste injectée à souhait. Après le premier passage – tracé par l’entraîneur américain de Shiffrin, quatrième – c’est le dossard un, Federica Brignone qui était en tête 0″24 devant Rebensburg. Tessa Worley, contrairement à la saison dernière, a réussi sa première manche en prenant la troisième position à quatre dixièmes. 

Une seconde manche de folie furieuse relâchée

Mais c’est lors de la seconde manche, disputée dans de meilleures conditions météorologiques malgré un peu de brouillard et la piste passablement défoncée, que le talent de la Française Worley s’est révélé au grand jour. Tout en relâchement et en attaque, la femme du slalomeur Julien Lizeroux a écrasé la concurrence alors qu’il en restait deux dans le portillon de départ. Ni Rebensburg, ni Brignone n’ont fait mieux que Worley qui l’emporte à Sölden devant cette dernière et Shiffrin. Il s’agit de son treizième succès en géant en Coupe du Monde : elle se place maintenant au septième rang du classement du plus grand nombre de victoires en géant, à égalité avec Sonja Nef et Deborah Compagnoni. Le dossard rouge de leader de la Coupe du Monde revient donc au Grand-Bornand pour, au moins, quelques semaines…

Tessa Worley en pleine démonstration sur la piste de Sölden. (© Agence Zoom)

Les autres Françaises, Adeline Mugnier et Taïna Barioz, ont signé un bon résultat en prenant, respectivement, les douzièmes et treizièmes places. Enfin, le tracé de la seconde manche dessiné par l’entraîneur norvégien fut un succès pour ses filles : Mowinckel est 5eme, Lysdahl 8eme, Stjernesund 9eme et Haugen 10eme. 

La course annulée chez les hommes

Alors que le week-end avait commencé radieusement, la réalité a vite rattrapé les suiveurs du cirque blanc ce dimanche avec l’annulation de la course masculine. Effectivement, 40 à 50 centimètres de neige fraîche est tombée dans la nuit et le vent était fort en haut du glacier. Le géant annulé sera repris par une station, encore inconnue, au cours de la saison, contrairement à l’hiver passé, “c’est une très bonne chose que la FIS ait changé le règlement sur la reprise” a déclaré David Chastan, le patron des Bleus, à L’Équipe. Une annulation qui a fait dire à Alexis Pinturault à nos confrères de Ski chrono qu’il “rongeait son frein”. Eh oui, la saison commencera dans trois semaines à Levi, où un slalom aura lieu.

Les mauvaises conditions étaient présentes dans la raquette d’arrivée ce dimanche à Sölden. (© Agence Zoom)

Janne Ahonen se retire du circuit mondial, une légende quitte les tremplins

Pour la troisième fois de sa carrière – la dernière cette fois-ci – le sauteur à ski Finlandais Janne Ahonen, légende de son sport, prend sa retraite sportive, à 41 ans. Après 25 ans passés sur les tremplins du monde entier (il a débuté sur le circuit mondial en décembre 1992 à Ruhpolding, le Français Didier Mollard avait fini troisième !), le natif de Lahti a choisi de se retirer avant le début de cette nouvelle saison.

“Je ne quitterai jamais le saut à ski, je continuerai à sauter quand j’en aurai envie. Mais je peux confirmer que je ne participerai plus à aucune compétition”. (Janne Ahonen au site is.fi)

Un palmarès impressionnant, une passion inaltérable

La carrière de Janne Ahonen est ahurissante : 412 concours de Coupe du Monde pour 108 podiums et 36 victoires, la dernière à Kuopio en 2008. Il est le seul à avoir remporté cinq fois la légendaire Tournée des Quatre Tremplins (1999, 2003, 2005, 2006, 2008) et c’est à l’occasion du concours de Bischofshofen, qui conclut cette compétition, qu’il est monté sur un podium de Coupe du Monde pour la dernière fois, c’était au début de l’année 2010. Depuis, il sautait pour le plaisir, sans objectif précis de victoires.

Le Finlandais Janne Ahonen, légende des tremplins, se retire. (© FIS)
Le regret olympique

Enfin Janne Ahonen, surnommé le Sphinx, a remporté deux gros globes de cristal (2004, 2005) ainsi que dix médailles mondiales dont l’or individuel à Lillehammer en 1997 sur petit tremplin et à Oberstdorf en 2005 sur grand tremplin. Il a aussi deux médailles d’argent olympiques, par équipes, en 2002 et 2006 mais aucune sur le plan personnel (quatrième sur petit tremplin à Nagano 1998, Salt Lake City 2002 et Vancouver 2010). C’est tout ce qui manque à ce mythe du saut à ski. Il n’avait pas été sélectionné pour les Jeux de PyeongChang du début de cette année. 

Vanessa James et Morgan Ciprès victorieux à Laval

Le couple français de patinage artistique composé de Vanessa James et de Morgan Ciprès a remporté une compétition mondiale à Laval. Pas dans cette ville perdue en plein cœur de la Mayenne, détrompez-vous, mais à Laval, au Québec, de l’autre côté de l’Atlantique.

Un court prometteur, un libre record

Alors qu’ils s’étaient posé la question de la suite de leur collaboration à la suite de leur bronze mondial décroché le printemps dernier à Milan, Ciprès et James ont continué. Et pas pour rien. Pour leur rentrée en Grand Prix, le couple tricolore a remporté le Skate Canada devant les Chinois Peng/Jin et les Canadiens Moore-Towers/Marinaro avec un total de 221.81 points. Ils ont remporté les deux programmes : le court avec 74.51 points et le libre avec 147.30 points, leur record. Il s’agit de leur meilleur résultat sur le circuit des Grands Prix.

La joie de Morgan Ciprès et de Vanessa James à l’annonce de leur succès au Skate Canada de Laval, Québec. (© Minas Panagiotakis/Getty Images)
Une concurrence moindre

Avec deux programmes forts, Ciprès et James visent le titre mondial dès cet hiver – mais aussi le sacre européen en janvier à Minsk. Pour les Mondiaux, qui auront lieu en mars à Saitama City (Japon), il faudra prendre le meilleur sur les Russes Tarasova/Morozov (vainqueurs du Skate America la semaine précédente mais avec “seulement” 204.85 points) et les Chinois Sui/Han qui débuteront leur saison après le Nouvel An 2019. Le podium mondial semble déjà, sauf blessure ou catastrophe, promis aux Bleus pour la seconde fois de rang : les champions olympiques Savchenko/Massot et les Canadiens Duhamel/Radford ne sont plus là. La voie est libre, à eux de l’emprunter tout au long de l’hiver.

Les autres français en forme à Laval

Pour ce qui est des autres Français présents au Skate Canada, cela ne s’est pas trop mal passé. Le couple de danse sur glace Marie-Jade Lauriault/Romain Le Gac a terminé quatrième (180.32 pts) vingt points derrière les vainqueurs américains Hubbell/Donohue. Enfin, Kévin Aymoz s’est classé à la septième place (230.09 pts) d’une compétition remportée par le Japonais Shoma Uno.

En bref…

Sélection

En fin de semaine, la Coupe du Monde de Big Air de Modène aura lieu en ski acrobatique (dimanche) et en snowboard (samedi). La sélection française pour cette première date de l’hiver est tombée : Lucile Lefèvre, Titouan Bartet, Sacha Moretti et Enzo Valax seront en Italie en snowboard tandis que Coline Ballet-Baz (de retour de blessure), Lou Barin, Gaëtan Carlier, Eliot Gorry, Nathan Harbonnier, Axel Le Palabre et Alex Remonnay sont présents en ski acrobatique.

Nouvelles combinaisons

La livraison 2018/2019 des combinaisons des équipes de France est arrivée… et elle est superbe ! Pour ce qui est du ski alpin et du ski cross, les combinaisons grises de l’hiver passé ont été jetées à la poubelle pour laisser place à des combinaisons modernes, graphiques et bleu blanc rouge. Ce résultat est le fruit d’une collaboration entre Colmar, l’équipementier, et Van Orton Design, le nom d’artiste des jumeaux Marco et Stefano Schiavon. Le résultat est fabuleux.

Les nouvelles, fabuleuses, combinaisons de l’équipe de France de ski alpin, par Colmar et Van Orton.

Pour ce qui est du ski nordique, les combinaisons de ce nouvel hiver sont plus classiques. Dessinée par Odlo, cette seconde peau est principalement noire mais laisse un dégradé de bleu nuit à bleu clair monter au décolleté et aux bras. Aussi, une touche de blanc est présente sur le bout des manches. Cette combinaison va vite être adoptée par le (télé)spectateur… grâce à Martin Fourcade et, notamment, Maxime Laheurte qui a dévoilé la tenue sur les réseaux sociaux.

Partenariats

La Fédération française de ski (FFS) a reconduit pour les deux prochaines saisons son partenariat avec la marque suisse d’horlogerie ALPINA. A cette occasion un team d’ambassadeurs a été créé avec, en son sein : Nastasia Noens (ski alpin), Nelly Moenne-Loccoz (snowboard, que nous avions interviewé l’hiver dernier), Jean-Frédéric Chapuis (ski cross) Robin Buffet (ski alpin) et Victor Muffat-Jeandet (ski alpin).

L’histoire d’amour entre ALPINE et la FFS continue…

La bosseuse championne olympique, Perrine Laffont – également interviewée par nos soins l’hiver dernier – a prolongé son partenariat avec la marque de skis Rossignol. La nouveauté de ce contrat c’est qu’elle représentera également la marque de vêtements de son équipementier. 

Retour sur les skis

En parlant de Perrine Laffont, nous ne pouvions passer à côté de ses maintenant célèbres VLOG qu’elle met en ligne régulièrement sur sa page Facebook (ceux de sa coéquipière et amie Camille Cabrol sur Instagram valent le détour). Dans son dernier, elle revient sur sa chute survenue sur le glacier suisse de Zermatt le 13 octobre. Elle donne de ses nouvelles et de la suite de son programme. A découvrir juste en dessous !

Les nordiques norvégiens pas au mieux

Alors que Johannes Thingnes Boe, le principal concurrent de Martin Fourcade, a été retardé dans sa préparation estivale par une blessure en ski-roues, ses compatriotes du ski de fond ont été victimes ses derniers jours d’un norovirus en Italie à Val Senales. Ce virus très contagieux a contaminé Emil Iversen, Petter Northug ou encore Therese Johaug. La saison reprend le 16 novembre pour les fondeurs…

+ Une semaine sur la planète blanche #1

A propos de Florian Burgaud 49 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*