[PREVIEW] New York Knicks : fin du projet Licorne, nouveau plan à la Big Apple

Julius Randle et R.J. Barrett, nouveaux visages de la franchise ? (c) Clément Carton

Attendus lors de l’été, les Knicks n’ont attiré aucune grosse star. Alors qu’on aurait pu s’attendre à un craquage complet, les dirigeants ont procédé à une Free Agency sensée avec un effectif plus équilibré et une jeunesse prête à éclore. Mais que valent les Knickerbockers édition 2019-2020 ?

Roster 2019-2020

Le point positif de ce début de saison, c’est probablement que le roster des Knicks ressemble à quelque chose de cohérent. Des jeunes loups prêts à se bonifier (Barrett, Knox, Smith Jr), des joueurs confirmés avec encore une marge de progression (Julius Randle, Bobby Portis, Elfrid Payton) et des cadres pour apporter leur expérience de la ligue (Marcus Morris, Wayne Ellington, Taj Gibson)… Pour la première fois depuis quelques années, les fans des Knicks peuvent être optimistes, bien qu’il y ait un léger embouteillage sur le poste 4 avec 5 joueurs dans le roster pouvant y évoluer. Attention aussi au poste 1 avec un Frank Ntilikina revigoré par un mondial réussi qui pourrait avoir sa carte à jouer dans la saison.

Le cinq de départ probable : Elfrid Payton – Reggie Bullock – RJ Barrett – Marcus Morris – Julius Randle

Joueurs clés du banc : Frank Ntilikina, Bobby Portis, Kevin Knox, Dennis Smith Jr, Allonzo Trier, Noah Vonleh, Taj Gibson, Ignas Brazdeikis (47e de la draft 2019)

Coach : David Fizdale

Ce qui a changé cet été : une page se tourne

Suite à la fin du projet Porzingis, les Knicks étaient attendus sur deux points. D’abord, la draft. Les New Yorkais n’ont pas eu le First Pick mais s’en sortent pas mal avec le 3e choix… Et un RJ Barrett qui est déjà attendu comme le futur visage de la franchise. Ensuite, c’est lors de la Free Agency qu’on attendait cette franchise. Mais plutôt que d’aller chercher un gros nom, le board a construit un effectif avec des jeunes en constante progression. D’abord, Elfrid Payton sur le poste de meneur 16M sur 2 ans. Puis, Julius Randle (poste 4/5) qui prend 62M sur 3 ans et qui sort d’une grosse saison avec les Pelicans. Enfin, Bobby Portis (Poste 4) avec 15M sur 1 an et une Team option pour le même montant.  

Pour encadrer le tout, les Knicks ont signé 3 joueurs d’expérience. Marcus Morris qui viendra sur le poste 4 (voire 3). Contrat d’un an pour l’ancien de Boston. Sur le même poste, Taj Gibson a signé pour 1+ 1 en team option. Enfin, pour le poste 2 on retrouve un vagabond de la NBA avec Wayne Ellington qui va découvrir à 31 ans sa 9e équipe.

Beaucoup de changements et un besoin de repartir de l’avant assez important suite aux dernières années chaotiques. Enfin, ce qui peut changer positivement c’est l’impact de Frank Ntilikina. Boudé par le management des Knicks, les Français s’est révélé lors du mondial et pourrait bien devenir un membre important de la rotation. Et nul doute que si sa franchise n’en veut pas, d’autres sauront magnifier le French Prince.

Objectif : affirmer le projet comme viable

Le nouveau leader de cette équipe, du moins sur le papier, c’est Julius Randle. L’ex-Pelican a rejoint les Knicks après une très belle saison dans la Louisiane. Il devra faire progresser l’équipe au niveau comptable. Un bilan de 17/65 n’est pas quelque chose d’acceptable dans la Big Apple.

Il pourra compter sur Marcus Morris pour l’épauler. L’ex Celtic a signé pour une saison, mais elle va compter tant il peut s’affirmer comme un lieutenant redoutable. Il reste sur 2 saisons en 13 points de moyenne avec un pourcentage plus que correct.

Pour RJ Barrett, le but va être de se mettre le public du Madison Square Garden dans la poche. Un public qui attend sa prochaine star pour enfin se remettre à rêver. Si tous les dires sur le Canadien s’avèrent justes, alors New York pourra s’imaginer haut, très haut.

Enjeu pour le futur : rester intelligent

L’effectif des Knicks est bien construit mais a été finement étudié sur du court terme. Trois joueurs sont en fin de contrat à la fin de saison (Marcus Morris, Allonzo Trier, Dameyan Dotson) tandis que 6 joueurs ont une Team Option pour 2021.

Bobby Portis, Taj Gibson, Wayne Ellington, Franck Ntilikina, Dennis Smith Jr, Kevin Knox. Les Knicks vont devoir faire un choix car dans cette liste, on peut voir des joueurs avec une belle valeur marchande sur le marché du Trade. Trois choix s’offrent aux dirigeants :

  • Trader pour récupérer des picks de drafts et continuer à reconstruire par la jeunesse.
  • Trader pour essayer d’upgrader l’effectif et d’aller chercher plus haut au classement.
  • Ne pas bouger et prolonger tout le monde.

Le tout en ayant évidemment la possibilité de libérer (beaucoup) de masse salariale l’été prochain… Pour varier les plaisirs.

Quand on voit l’historique des négociations des dirigeants des Knicks, on peut être un minimum inquiet quant à la tournure des évènements. Les fans vont donc prier pour que le bon sens de l’été 2019 soit encore au rendez-vous.

Prono’ de la rédac :
13e de la Conférence Est

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*